Vers l'infini et au delà, ou comment convaincre que l'immobilier ne peut que monter

Surfant sans vergogne sur le succès de Toy Story 3, je me permets ce rapide billet afin de commenter ma trouvaille du jour. C'est sur un forum que j'ai découvert un calculateur très intéressant mis en ligne sur le site des Echos, très sérieux site dont le sujet principal est l'économie et la finance.

Surfant sans vergogne sur le succès de Toy Story 3, je me permets ce rapide billet afin de commenter ma trouvaille du jour. C'est sur un forum que j'ai découvert un calculateur très intéressant mis en ligne sur le site des Echos, très sérieux site dont le sujet principal est l'économie et la finance.

Ce comparateur n'est pas inutile, ses calculs sont justes, le problème n'est pas là.

Le problème réside simplement dans le fait qu'il colporte fortement un mythe fondateur des bulles immobilières. En effet, dans la case réservée à l'estimation de l'évolution du prix du logement visé, aucune valeur négative n'est possible ! La phrase la décrivant est d'ailleurs sans équivoque : "Vous estimez que la valeur de votre logement augmente en moyenne chaque année de". Même la valeur zéro est interdite !

Nous voilà en face d'une de ces petites choses colportées involontairement (du moins on l'espère pour la plupart), mais souvent par méconnaissance du sujet, par les médias, et qui conduisent à penser que l'immobilier ne peut pas baisser. Conséquence logique, puisque ça ne baisse jamais, c'est toujours le moment d'acheter, puisque demain, ce sera plus cher, d'où les titres récurrents "C'est le moment d'acheter", voire, pour les plus nuancés, "Immobilier, est-ce le moment d'acheter ?" mais dont la réponse est claire et nette dans l'article qui suit, "Oui, c'est le moment, car...".

Ce comportement humain a été étudié avec attention par Karl Case et Robert Shiller (les mêmes que ceux de l'indice du prix immo américain, le fameux Case-Shiller) et il est malheureusement constatable dans la plupart des pays développés (en tout cas, tous ceux où s'est développée une bulle immobilière), il en est même qui le croient encore quand un krach immobilier a lieu dans la ville des sujets questionnés.

Si même des publications où l'on s'attend normalement à une connaissance des marchés un peu plus poussée que celle d'un journal gratuit contient les mêmes âneries, les résultats de Case & Shiller ne sont malheureusement pas près de changer.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.