Auxiliaires afghans de l'armée française suite: communiqué de presse

Nous, collectif d'avocats au service des auxiliaires afghans de l'armée française, revenons du rendez-vous fixé ce jour au Quai d'Orsay à 11h00.

Vous trouverez en PJ, le communiqué de presse que nous souhaitons faire publier.

Cette affaire est encore loin d'être terminée. Le quai d'Orsay semblait en effet peu au fait du fond de cette affaire et n'a vraisemblablement pas la même conception de la notion de menace que le collectif d'avocats constitué ad hoc pour la défense des auxilaires afghans recrutés par l'armée française.

Le Ministère des Affaires Etrangères (MAE) fait une appréciation très restrictive de la notion de menace qu'il semble vouloir évaluer uniquement à l'aune du niveau de dangerosité des missions pour lesquels les auxiliaires afghans ont travaillé, ce qui ne nous semble absolument pas pertinent.

Le collectif estime pour sa part au regard des 128 dossiers qu'il a instruit pendant un mois que le risque découle également et principalement de la notoriété de leur collaboration avec les forces françaises (entre autres).

Le MAE nous a également indiqué que  la nouvelle procédure se ferait dans le cadre d'un dispositif dérogatoire, c'est-à-dire en dehors de toute base légale; or, nous craignons qu'ainsi il tente d'échapper à tout contrôle juridictionnel.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.