Festival de cinéma de Douarnenez
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 juil. 2021

Pour une vraie politique de santé publique !

A 40 jours de l'inauguration du Festival de cinéma de Douarnenez, nous venons d'apprendre avec stupeur, qu'en tant qu'organisateur d’événement recevant plus de 50 personnes, nous allons devoir exercer un contrôle dit sanitaire des festivaliers.

Festival de cinéma de Douarnenez
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 Les nouvelles annonces du Président de la République, en date du 12 juillet 2021, mettant en place le passe sanitaire étendu aux lieux et manifestations culturelles à partir du 21 juillet, nous conduiraient à exercer un rôle de police sanitaire.

 Cette obligation, en plus d'être en contradiction avec nos valeurs fondamentales, constitue une démarche loin des prérogatives de notre association.

 Nous  sommes pleinement conscients de la gravité de la situation causée par cette pandémie puisque chaque édition du festival, depuis plus de 40 ans, se préoccupe des personnes dans toutes leurs complexités. Nous nous sommes toujours penchés sur des sujets en lien direct avec les questions de santé publique, dans le monde entier, sur les conséquences des défauts des systèmes de santé, particulièrement chez les peuples minorisés  invités, souvent victimes de démocraties bafouées...

 Le Festival de Cinéma, conscient des nécessités sanitaires du moment, n'est en aucun cas, opposé à la vaccination !   

Cependant, nous estimons que les mesures de santé publique devraient aujourd'hui en France être portées collectivement sous l'égide de l'Etat. Ce dernier possède les outils de santé publique adéquats et il devrait leur donner les moyens d'assurer une véritable politique de santé.

 Nous pensons qu'une population bien informée et éclairée sur les enjeux est en mesure de prendre des décisions solidaires et rationnelles. 

Nous faisons nôtres les propos du Syndicat des Arts Vivants : « La vaccination et la prévention sont des affaires de santé publique : elles doivent être débattues, discutées, argumentées et faire l'objet d'une adhésion de la population. Nous ne pouvons accepter que cette composante fondamentale d'une nation démocratique, pour complexe qu'elle soit, disparaisse purement et simplement.

C’est pourquoi nous refusons de jouer le rôle que l’on nous assigne aujourd’hui et nous ferons tout ce qui est légalement possible de faire pour nous opposer à ce passe, qui n’a de sanitaire que le nom. »

Comme nous l'a montré le sociologue Aurélien Djakouane aux Etats généraux des festivals qui se sont tenus à Bourges le 28 juin dernier : « on comprend que ce qui aura manqué aux publics, avec l’annulation des festivals, c’est non seulement des œuvres mais aussi des temps de partage, des rencontres, des histoires. Le festival a aussi une dimension cathartique (...) il y a un enjeu social, un enjeu démocratique autour des festivals. Car faire un festival, c’est aussi faire société ».

Comme chaque année, nous mettrons en place toutes les mesures qui permettront aux festivaliers, aux invités, aux bénévoles de participer au Festival en toute sécurité mais dans le respect des  principes éthiques de responsabilité et de solidarité.  

Association Festival de Cinéma de Douarnenez

Association Daoulagad Breizh

Douarnenez, le 20 juillet 2021

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Clinea, la psychiatrie très lucrative façon Orpea
Les cliniques psychiatriques Clinea sont la filiale la plus rentable d’Orpea. Elles profitent des largesses de l’assurance-maladie, tout en facturant un « confort hôtelier » hors de prix à leurs patients. Pour les soins et le management, le modèle est un copié-collé du groupe.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Gouvernement
Le malentendu Pap Ndiaye
Insulté par l’extrême droite et critiqué par certains partisans de Macron, le ministre de l’éducation nationale est en réalité un modéré, loin des caricatures indigénistes et des procès en wokisme. Mais, entouré de proches de Jean-Michel Blanquer et du président, Pap Ndiaye aura du mal à s’imposer.
par Joseph Confavreux et Ellen Salvi
Journal
Législatives : comment le RN cible le rassemblement des gauches
Mediapart a pu consulter les documents fournis aux candidats du parti d’extrême droite pour les législatives. Ils montrent que le parti fait manifestement peu confiance à ses troupes sur le terrain. Ils s'en prennent à la coalition de gauche Nupes, rebaptisée « extrême gauche pro-islamiste ».
par Lucie Delaporte
Journal
Le travail sexuel, angle mort de la Nupes pour les législatives
Le sujet n'a jamais fait consensus à gauche. Le programme de la Nupes est marqué par les positions abolitionnistes, majoritaires dans les partis. Plusieurs acteurs de terrain s'insurgent. 
par James Gregoire

La sélection du Club

Billet de blog
A quoi sommes-nous sensibles ?
La mort des non Occidentaux semble invisible. Qu’ils soient Syriens, Afghans, Nord Africains, du Moyen Orient, d’Asie... Ils sont comme fantomatiques, presque coupables d’effleurer notre champ de vision.
par Bruno Lonchampt
Billet de blog
Couple binational : le parcours du combattant
Si on m’avait dit auparavant, qu’en 2021 je serais mariée, j’aurais éclaté de rire ! Pourtant, par amour, on est capable de tout.
par Amoureux Au ban public
Billet de blog
Accès au droit des étrangers : régularisons l’administration !
Des élus de la République, des responsables associatifs, des professionnels du droit et autorités administratives intervenant dans le 20e arrondissement, et à Paris, sonnent la sonnette d'alarme. La prise de rendez-vous dématérialisée auprès des préfectures en vue de déposer des demandes de titres de séjour est devenue quasi impossible. « La déshumanisation et le dévoiement des services publics sont à leur comble ! » 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Mineur·es en danger à la rue, il est urgent de les protéger !
« Les droits de l’enfant ne se discutent pas, encore moins au profit d’affichages politiciens de “lutte contre l’immigration”. » Face au nombre croissant d’enfants migrants en grand danger faute de prise en charge, une soixantaine d'associations locales de terrain et d'organisations nationales tirent la sonnette d’alarme. Ils demandent que « la présomption de minorité soit inscrite explicitement dans la loi. »
par Les invités de Mediapart