Pour une vraie politique de santé publique !

A 40 jours de l'inauguration du Festival de cinéma de Douarnenez, nous venons d'apprendre avec stupeur, qu'en tant qu'organisateur d’événement recevant plus de 50 personnes, nous allons devoir exercer un contrôle dit sanitaire des festivaliers.

 Les nouvelles annonces du Président de la République, en date du 12 juillet 2021, mettant en place le passe sanitaire étendu aux lieux et manifestations culturelles à partir du 21 juillet, nous conduiraient à exercer un rôle de police sanitaire.

 Cette obligation, en plus d'être en contradiction avec nos valeurs fondamentales, constitue une démarche loin des prérogatives de notre association.

 Nous  sommes pleinement conscients de la gravité de la situation causée par cette pandémie puisque chaque édition du festival, depuis plus de 40 ans, se préoccupe des personnes dans toutes leurs complexités. Nous nous sommes toujours penchés sur des sujets en lien direct avec les questions de santé publique, dans le monde entier, sur les conséquences des défauts des systèmes de santé, particulièrement chez les peuples minorisés  invités, souvent victimes de démocraties bafouées...

 Le Festival de Cinéma, conscient des nécessités sanitaires du moment, n'est en aucun cas, opposé à la vaccination !   

Cependant, nous estimons que les mesures de santé publique devraient aujourd'hui en France être portées collectivement sous l'égide de l'Etat. Ce dernier possède les outils de santé publique adéquats et il devrait leur donner les moyens d'assurer une véritable politique de santé.

 Nous pensons qu'une population bien informée et éclairée sur les enjeux est en mesure de prendre des décisions solidaires et rationnelles. 

Nous faisons nôtres les propos du Syndicat des Arts Vivants : « La vaccination et la prévention sont des affaires de santé publique : elles doivent être débattues, discutées, argumentées et faire l'objet d'une adhésion de la population. Nous ne pouvons accepter que cette composante fondamentale d'une nation démocratique, pour complexe qu'elle soit, disparaisse purement et simplement.

C’est pourquoi nous refusons de jouer le rôle que l’on nous assigne aujourd’hui et nous ferons tout ce qui est légalement possible de faire pour nous opposer à ce passe, qui n’a de sanitaire que le nom. »

Comme nous l'a montré le sociologue Aurélien Djakouane aux Etats généraux des festivals qui se sont tenus à Bourges le 28 juin dernier : « on comprend que ce qui aura manqué aux publics, avec l’annulation des festivals, c’est non seulement des œuvres mais aussi des temps de partage, des rencontres, des histoires. Le festival a aussi une dimension cathartique (...) il y a un enjeu social, un enjeu démocratique autour des festivals. Car faire un festival, c’est aussi faire société ».

Comme chaque année, nous mettrons en place toutes les mesures qui permettront aux festivaliers, aux invités, aux bénévoles de participer au Festival en toute sécurité mais dans le respect des  principes éthiques de responsabilité et de solidarité.  

 

Association Festival de Cinéma de Douarnenez

Association Daoulagad Breizh

Douarnenez, le 20 juillet 2021

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.