Festival du Film Arabe de Fameck
Festival du Film Arabe de Fameck - Val de Fensch
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 sept. 2022

Festival du Film Arabe de Fameck
Festival du Film Arabe de Fameck - Val de Fensch
Abonné·e de Mediapart

Programmation du 33e Festival du Film Arabe de Fameck - Val de Fensch

Du 6 au 16 octobre 2022, le 33e Festival du Film Arabe de Fameck - Val de Fensch propose au total 45 films. La manifestation met également à l’honneur l’Algérie comme pays invité. Le jury longs métrages est présidé par la cinéaste Mounia Meddour. Le parrain d’honneur est cette année le réalisateur, scénariste et producteur Luc Dardenne qui sera présent à Fameck le second week-end.

Festival du Film Arabe de Fameck
Festival du Film Arabe de Fameck - Val de Fensch
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bande-annonce du Festival de Fameck 2022 © Festival du Film Arabe de Fameck - Val de Fensch

Cette 33ème édition propose une sélection d’une quarantaine de films, qui, tous genres confondus, témoignent de la montée en puissance continue des cinémas arabes, souvent associés à des coproductions internationales. Leur qualité est reconnue et primée par leur sélection dans les plus grands festivals.

Une fois encore, le Festival sonne le rendez-vous du cinéma et de l’Histoire avec des films documentaires ou de fiction qui apportent un éclairage nouveau sur des événements du passé dont le retentissement est toujours sensible : Les 54 premières années - Manuel abrégé d’occupation militaire d’Avi Mograbi, Les Harkis de Philippe Faucon, Sur les traces de Frantz Fanon de Mehdi Lallaoui, Toute l’Algérie du monde de Malek Bensmaïl, Et il y eut un matin d’Eran Kolirin, Amira de Mohamed Diab, Voisins de Mano Khalil.

Témoins de leur temps, les cinéastes arabes s’attachent à des personnages contemporains qui à travers leur différence ou leur révolte, expriment leur désir de liberté et de vie meilleure dans leur propre pays. Ainsi, dans des films qui nous interpellent comme un cri d’alerte, la jeune génération engagée, passionnée et passionnante manifeste son intolérance face au sentiment d’étouffement et d’un avenir sans horizon, tel est le cas de Harka de Lotfy Nathan, Nardjess A. de Karim Aïnouz, Sharaf de Samir Nasr, Sous les figues de Erige Sehiri et Le Barrage d’Ali Cherri.

Dans des univers différents, les projecteurs jettent une lumière vive sur des personnages emblématiques écrasés par des systèmes oppressifs voire répressifs, Et il y eut un matin d’Eran Kolirin, Sharaf de Samir Nasr, La Conspiration du Caire de Tarik Saleh, Costa Brava, Lebanon de Mounia Akl.

La quête identitaire se manifeste dans des situations nouvelles où le protagoniste cherche à réaliser ses aspirations qu’il doit confronter aux normes et aux traditions imposées par sa société ou sa famille, comme dans les films Habib, la grande aventure de Benoît Mariage, Citoyen d’honneur de Mohamed Hamidi, Le Bleu du caftan de Maryam Touzani, Rêve de Omar Belkacemi et Soula de Salah Issaad.

L’actualité de l’exil reste un thème fort pour des cinéastes engagés comme les Frères Dardenne avec Tori et Lokita, mais aussi Europa de Haider Rashid et Ziyara de Simone Bitton.

Souvent critique, et réaliste, le cinéma nous offre aussi des perspectives porteuses d’espoir en une société meilleure grâce à l’éducation au vivre ensemble et à la citoyenneté comme dans les films En nous de Régis Sauder, Allons enfants de Thierry Demaizière et Alban Teurlai et Placés de Nessim Chikhaoui.

Plus exceptionnels, mais indispensables, quelques films venus de pays bouleversés par la guerre nous montrent qu’après le temps des armes, du chaos et des ruines, brillent les lueurs de la résilience et de la reconstruction : Radio Al-Salam de Xavier de Lauzanne , Notre fleuve... notre ciel de Maysoon Pachachi et Le Dernier piano de Jimmy Keyrouz. Les plus jeunes ne sont pas oubliés, grâce aux œuvres récentes de deux maîtres du cinéma d’animation, Le Chameau et le meunier d’Abdollah Alimorad et Le Pharaon, le sauvage et la princesse de Michel Ocelot.

Une fois encore, le 7ème Art magnifie la grandeur des hommes et des femmes dans un florilège de créations cinématographiques qui interrogent souvent sans concession le réel, mais qui sont aussi porteuses d’espoir.

Blandine Besse & Daniel Flageul pour l'équipe de programmation du Festival 

Site Internet : www.festival-fameck.com

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Soupçons d’emploi fictif : une vice-présidente du RN visée par une enquête du Parquet européen
Selon nos informations, une série de perquisitions est en cours lundi 5 décembre, visant deux élus RN, dont Edwige Diaz, vice-présidente du parti, dans le cadre d’une enquête du Parquet européen. La justice se penche sur des soupçons d’emploi fictif, lorsque la députée était assistante parlementaire européenne en 2018-2019.
par Marine Turchi
Journal — Europe
Ukraine : la guerre, « un puissant accélérateur » pour les droits LGBT+
Depuis le début de l’invasion russe, de plus en plus de soldats ukrainiens portent publiquement les revendications des personnes LGBT+, en particulier la demande d’une union civile entre partenaires du même sexe. L’enjeu, en temps de guerre, est capital. Des hommes et des femmes meurent au combat, sans que leurs proches ne puissent revendiquer aucun droit sur leur corps.
par Mathilde Goanec
Journal
L’animateur de CNews Jean-Marc Morandini condamné à un an de prison avec sursis pour corruption de mineurs
Jugé pour corruption de mineurs sur deux jeunes de 15 ans et un autre de 16 ans, l’animateur de CNews a été condamné lundi à un an de prison avec sursis.  
par David Perrotin
Journal — Asie et Océanie
Rentrer ou pas à Futaba, près de Fukushima : le dilemme des anciens habitants
La dernière des 11 municipalités évacuées en 2011 à proximité de la centrale nucléaire de Fukushima accueille de nouveau des habitants sur 10 % de son territoire. La levée de l’interdiction de résidence, présentée comme un pas vers la reconstruction, ne déclenche pas l’enthousiasme.
par Johann Fleuri

La sélection du Club

Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère