Vanyan, court-métrage de Raymond Samedy

Raymond  Samedy, le réalisateur de ce court métrage qui en dit long sur la situation en Haïti aujourd'hui, a choisi de suivre plus particulièrement Kébert Bastien, chanteur militant, animateur, éveilleur de consciences aux réalités qui écrase une population exsangue, affamée, méprisée.

Vanyan, un court-métrage de Raymond Samedi

Thématique MUSIQUE : ACCORDS ET À CRIS (du 10 au 11 juillet 2021)

47845

"Pour dire la vérité,
Change tes pas,
Prépare-toi à devenir un incendie.

ADONIS  (poète Libanais)

Ils sont un feu en marche et en danse vaudou, ces jeunes Haïtien·ne·s,  pour crier leurs vérités, coûte que coûte. C'est par trop souvent la mort au bout de leurs manifestations soutenues par des musiques, des chants à thèmes social et politiques.

Raymond  Samedy, le réalisateur de ce court métrage qui en dit long sur la situation en Haïti aujourd'hui, a choisi de suivre plus particulièrement Kébert Bastien, chanteur militant, animateur, éveilleur de consciences aux réalités qui écrase une population exsangue, affamée, méprisée. La caméra est frontale pour recueillir les propos, souvent pédagogiques et émancipateurs, dans les braises de la colère qui court les rues.

Dénonciation du néo-colonialisme état-sunien, de la corruption des dirigeants successifs, abandon des secteurs de la santé, de l'économie locale, de l'éducation ; avec, notamment des structures universitaires caduques, ravagées par la décrépitude. Des paroles brutes de décoffrage, scandées en manifestations déterminées, chantées par des artistes engagés jusqu'au bout des risques par Kébert Bastien et d'autres hérauts, porteurs de volonté indéracinable, d'espoir à changer concrètement l'état des choses, empêcher le départ massif des jeunes vers les mirages capitalistes. Pour se ressourcer dans les valeurs ancestrales des mouvements de libération de Haïti (qui a vu la première révolte d' esclaves dans les Caraïbes dès 1804), l'usage du créole est évident, la colère est canalisée par le chant, la danse, elle n'en est pas moins puissante et joyeuse.

Le feu couve à Haïti, prêt à exploser ici et là, à brûler un passé qui ne passe pas, ne guérit pas les plaies, mais ouvre la perspective d'un chemin d'indépendance, d'émancipation et de récupération de la dignité pour choisir son futur. Raymond Samedy a su capter l'essentiel de cette situation urgente en se plaçant au centre des vagues protestataires.

G. Bérail

Festival Résistances

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.