INNER MAPPING, de Stéphanie Abdallah Latte et Emad Ahmad, 2017, 51’

Film présenté dans le cadre du Festival Résistances en séance spéciale Matinée Palestine, le samedi 10 juillet à 11h30.

Toutes les informations disponibles sur https://festival-resistances.fr/

Focus sur le film documentaire Inner Mapping de Stéphanie Latte Abdallah et Emad Ahmad, 2017.

photo-4

« Notre but est de raconter une sorte de carte de la Cisjordanie, ou de la Palestine, vue de l’intérieur. »

Pour toute une génération, le mot occupation est chargé d'un poids symbolique incontournable : dès que nous l’entendons, des images de guerre, de ligne de démarcation, de déportation de juifs, de chasse aux communistes et aux résistants nous viennent à l'esprit.

Il en va de même du mot colonies et de son cortège de terres confisquées, de richesses volées, de peuples asservis.

Occupation et colonies vont de pair avec domination, violences, destructions, détresses. Comment est-il possible que la chose soit oubliée à ce point lorsque les responsables israéliens, qui font partie de cette génération, s'enfoncent dans la politique mortifère de colonisation et d'occupation qui est la leur ? Au moins, qu'ils ne nous parlent pas d' "espace vital" (Lebensraum) pour la justifier !

D’ailleurs, que reste-t-il comme espace aux Palestiniens après qu'on leur a pris leurs terres, qu'on y a construit des murs et des checkpoints, qu'on a placé des hommes en armes autour de chaque colonie ?

Le film Inner Mapping, réalisé en 2017 par Stéphanie Abdallah Latte et Emad Ahmad, s’intéresse au fonctionnement d’un GPS permettant aux Palestiniens de circuler malgré tout en Cisjordanie. Il s’agit d’un GPS à deux entrées, car selon que vous êtes Palestinien d’Israël ou de Cisjordanie, vous n’avez pas accès aux mêmes routes. Le film décortique un processus d’apartheid dont la circulation routière est exemplaire d’une dissymétrie insupportable.

C’est insupportable car le colon se sent dans son bon droit, avec la légitimité du dominant qui s’est installé grâce aux moyens techniques de sa modernité sur des terres modestes de tradition ancestrale, dépouillant ses habitants du peu qui leur était nécessaire.

Sur ce petit bout de territoire à peine plus grand que l’Ariège, les routes et les villages construits par l’occupant pour l’occupant apparaissent ou disparaissent selon le réglage du GPS. Le but de cette géographie incomplète est de donner les moyens à ses utilisateurs de ne pas se perdre sur les chemins de leur pays qui leur sont interdits et où ils peuvent se faire tuer.

Le vrai mérite d’Inner Mapping, outre son montage d’une grande efficacité, est de nous faire passer avec beaucoup de précision de la théorie de la carte à la réalité du terrain. Les échanges dans la voiture où nous sommes embarqué.e.s, entre la Française, le Palestinien de Jérusalem et le Gazaoui de Ramallah éclairent singulièrement la situation d’un lieu où les colons parlant du droit international affirment crânement : « Je n’en ai strictement rien à faire (en français dans le texte) ». Ainsi va le monde, et c’est cet ordre des choses qui est inacceptable !

Ce film sera diffusé dans le cadre d’une matinée Palestine le samedi 10 juillet à l’occasion du festival Résistances de Foix en Ariège-Pyrénées qui aura lieu du 9 au 17 juillet 2021.

Manuel Meïer

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.