Ficanas
Editorialiste
Abonné·e de Mediapart

1398 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 oct. 2019

Ficanas
Editorialiste
Abonné·e de Mediapart

Obsèques : répétition générale.

Ficanas
Editorialiste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le décès de l’ancien président Jacques Chirac a entraîné une mise en œuvre d’une activité populaire et institutionnelle de qualité. Elle a fait face à la demande des Français, ceux qui ont participé physiquement par leur présence effective et ceux qui l’ont regardée à la télévision.

Le point d’orgue fût le service funèbre à l’église Saint-Sulpice dans le sixième arrondissement de Paris. Deux milles invités étaient présents dans l’église mais des centaines de milliers regardaient cet hommage à la télévision. Certains, distraitement en faisant le ménage (vue l’heure de diffusion), et d’autres, dans les EHPAD, rêvant à de telles obsèques qu’ils eussent méritées si leurs vies avaient été autre.

Outre de nombreux chefs d’États ou leurs représentants, quatre présidents de la République française étaient présents : Valéry Giscard d’Estaing, Nicolas Sarkozy, François Hollande et Emmanuel Macron. Sagement alignés au premier rang, ils semblaient parfois perdus dans leurs pensées. En effet, pour eux, cette cérémonie était une répétition générale.

Tous les quatre sont des présidents laïcs. Valéry Giscard d’Estaing a eu une éducation religieuse classique mais le service de la France l’intéressait plus que ses convictions chrétiennes. A quoi pense-t-il alors ? Aime-t-il cette église ? Il va falloir qu’il résiste pour que le trou de Notre-Dame soit bouché à temps.

Avec Nicolas Sarkozy on a droit à un univers peu spirituel partagé entre une origine en partie juive séfarade et une tradition chrétienne. Après tout il est quand même allé voir le pape avec son copain Jean-Marie Bigard… Après tout il sera mort. Il s’en fout de la cérémonie.

Avec François Hollande, c’est plus embêtant, il est athée. En fait c’est plus intéressant la cérémonie aux Invalides qu’une messe ici ou à Notre-Dame. Le cortège ne pourra même pas passer par la rue de Solférino, ils ont vendus les locaux.

Quand à Emmanuel Macron, il évite de lever les yeux vers le plafond. Et pourtant il y pense : quand va-t-on enfin boucher le trou de Notre-Dame ? Il l’a promis et il faudrait le faire. Enfin il est jeune mais on ne sait jamais avec un attentat et il n’a plus Benalla pour assurer sa sécurité !

Il faut changer la constitution très rapidement. On ne peut plus rester avec un quinquennat qui a du mal à se renouveler. On va finir par passer son temps en hommage et en cérémonie. Une présidence de vingt années, c’est un minimum sinon il n’y aura plus rien à regarder à la télé.

Christian Gallo - © Le Ficanas ®

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Comment le gouvernement veut rattraper le retard français
Dans un contexte de risque élevé de tension sur le réseau électrique cet hiver, l’Assemblée nationale examine, à partir du lundi 5 décembre, le projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire en France.
par Mickaël Correia
Journal
États-Unis : en Géorgie, une enquête sur l’élection de 2020 menace Donald Trump
L’ancien président a moins de souci à se faire au sujet de la défaite attendue de son poulain, Herschel Walker, lors de la sénatoriale de Géorgie du mardi 6 décembre, que de l’enquête de la procureure Fani Willis, au terme de laquelle il pourrait être inculpé pour fraudes et ingérences électorales.
par Alexis Buisson
Journal — Asie et Océanie
Rentrer ou pas à Futaba, près de Fukushima : le dilemme des anciens habitants
La dernière des 11 municipalités évacuées en 2011 à proximité de la centrale nucléaire de Fukushima accueille de nouveau des habitants sur 10 % de son territoire. La levée de l’interdiction de résidence, présentée comme un pas vers la reconstruction, ne déclenche pas l’enthousiasme.
par Johann Fleuri
Journal
Les enjeux d’un second procès à hauts risques pour l’ancien président
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert seront rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez