Ficanas
Editorialiste
Abonné·e de Mediapart

1398 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 janv. 2017

Ficanas
Editorialiste
Abonné·e de Mediapart

Non Monsieur Ciotti, votre département n’est pas uniquement ségrégationniste

Le quotidien local, Nice-Matin, avait décidé d’organiser l’élection de l’azuréen de l’année. Les lecteurs ont alors choisi Cédric Herrou, le fameux citoyen solidaire qui est venu en aide aux migrants dans la vallée de la Roya. Il est élu par 55% des voix des 4.257 lecteurs du journal qui ont participé à ce scrutin.

Ficanas
Editorialiste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cédric Herrou est un agriculteur de 37 ans qui, avec son association, a pris sous son aile des migrants. Ils viennent de Vintimille car si la France surveille la frontière avec l’Italie, elle a oublié celle de la vallée de la Roya. Une habitante de la vallée raconte : « Ce sont des gens qui sont en mauvaise santé, qui sont épuisés, qui voyagent depuis des mois. Ils prennent énormément de risques pour passer la frontière, passent par des routes super dangereuses. Souvent, ils marchent de nuit, pour se cacher des autorités qui les traquent. Longent les lignes de chemin de fer, l’autoroute, dorment dans des fourrés ou sous les tunnels. Comme des fantômes. »

 Les habitants ont été très émus par la situation de ces pauvres gens et ont décidé de s’organiser ; ils ont fondé une association « Roya citoyenne » et le soir apportent des sandwichs aux migrants affamés, mais en cachette. Cédric Herrou a décidé lui d’héberger chaque soir entre 15 et 40 personnes sous son toit. Ils restent environ une semaine et des médecins viennent les soigner. Le citoyen solidaire dit : « Moi je vois des gamins de 16 ans, qui se sont fait sortir de leur pays par la guerre, la dictature, à qui leurs parents manquent. » Cédric Herrou risque 5 ans d’emprisonnement et 300.000 euros d’amende pour « aide à l'entrée, à la circulation et au séjour d'étrangers en situation irrégulière ». Le procès déjà reporté aura lieu le 4 janvier à Nice. Et il ne sera pas de tout repos car l’avocate de Mr Herrou, Maître Françoise Cotta, a fait remarquer que « les Alpes-Maritimes sont une zone de non- droit, même la politique gouvernementale n’est pas appliquée » et elle ajoute « Christian Estrosi (président de Région) et Eric Ciotti (président du Département) disent qu’ils ne veulent pas de réfugiés chez eux. Mais l’aide sociale à l’enfance a l’obligation de prendre en charge les mineurs. On veut absolument que les pouvoirs publics prennent leurs responsabilités. »

 Alors les autorités locales attaquent par voie judiciaire : jugement d’un enseignant qui a fait monter trois Erythréennes dans sa voiture, mise en garde à vue d’une dizaine d’habitants de la vallée Etc. Mais il faut dire que la nomination de Cédric Herrou a semble-t-il fait péter les plombs à Eric Ciotti. Et c’est dans un long article à Nice-Matin qu’il affirme que Herrou ne peut pas être l’azuréen de l’année car il va passer en correctionnelle le 4 janvier. Car pour le président du département l’affaire est déjà jugée ! La présomption d’innocence, il ne connaît pas. La protection des mineurs n’est pour lui qu’un moyen d’apitoyer les gens. Il ajoute même « Son action est une insulte aux policiers, aux gendarmes et aux militaires de Sentinelle » !

 Il est vrai que lorsque qu’une centaine de migrants traversent les Alpes-Maritimes, les habitants proches de la droite populiste et de l’extrême-droite se calfeutrent chez eux en priant pour ne pas être massacrés. Serait-ce là l’électorat de Monsieur Ciotti ? Est-ce pour cela qu’il se refuse à toute humanité ? Est-ce pour cela qu’il ne veut pas, avec Christian Estrosi, de places d’hébergement ?

 Mais rassure-vous Monsieur le président du Conseil départemental, il existe encore des azuréens qui ont le sens de la générosité, du partage, de la charité, de l’humain. Désolé pour vous.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Ce slogan, c’est un projet politique »
Alors que des milliers de personnes bravent la répression et manifestent en Iran depuis une semaine, le régime des mollahs est-il menacé ? Nous analysons ce soulèvement exceptionnel impulsé par des femmes et qui transcende les classes sociales avec nos invité·es. 
par À l’air libre
Journal — Social
Mobilisation pour les salaires : pas de déferlante mais « un premier avertissement »
À l’appel de trois organisations syndicales, plusieurs manifestations ont été organisées jeudi, dans tout le pays, pour réclamer une hausse des salaires, des pensions de retraite et des minima sociaux, avec des airs de tour de chauffe avant une possible mobilisation contre la réforme des retraites.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Santé
La hausse du budget de la Sécu laisse un arrière-goût d’austérité aux hôpitaux et Ehpad publics
Pour 2023, le gouvernement propose un budget en très forte augmentation pour l’assurance-maladie. Mais les hôpitaux publics et les Ehpad ont fait leurs comptes. Et ils ont de quoi s’inquiéter, vu la hausse du point d’indice, la revalorisation des carrières et l’inflation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Au Royaume-Uni, la livre sterling tombe en ruine
En campagne, la première ministre Liz Truss avait promis le retour aux heures glorieuses du thatchérisme. Trois semaines après son accession au pouvoir, la livre s’effondre et la Banque d’Angleterre est obligée d’intervenir. Premier volet de notre série sur le chaos monétaire mondial.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Violences en politique : combats anciens et avancées récentes
Même si les cellules de signalement sont imparfaites, même si le fonctionnement de certaines d’entre elles semble problématique à certains égards, aujourd’hui, une organisation politique ou syndicale qui ne dispose pas a minima de ce mécanisme interne n’a plus aucune crédibilité sur le sujet des violences faites aux femmes. 
par eth-85
Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES
Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org
Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel