De Rugy, le ministre victime de la copine de sa femme !

Décidément les écolos nous feront toujours rire. Mais celui-là bat des records. François de Rugy a confondu le ministère avec « Au théâtre ce soir ». La politique à l’hôtel de Lassay s’est transformée en « Hôtel du libre-échange » de George Feydeau. Rendez-vous des époux presque infidèles, bruissement, portes qui claquent, François de Rugy et Séverine Servat de Rugy, journaliste à Gala, ont été espionnés par la copine de cette dernière. Elle a pris des photos et les a données (ou vendues) à Mediapart. 

Décidément la dite Séverine a des problèmes avec les femmes. Elle fut mariée à un député socialiste, Jérôme Guedj dont elle a eu un garçon. Le député vit aujourd’hui avec Emilie Frèche ayant écrit un livre « Vivre ensemble » qui, aux dires de Séverine Servat de Rugy, s’inspirerait de sa vie privée. Elle a même déclaré un « viol de l’intimité sous un jour dégradant, sinon malveillant ». Elle a entamé un procès à l’auteure, puis a renoncé. 

Mais débordé par l’Assemblée nationale, François n’a rien vu venir. On ne parle pas d’un ménage à trois, loin de là, mais d’une méchante, pressée de trahir ses amis, qui pourtant l’invitaient avec des agapes délicates et onéreuses aux frais du contribuable. Ce pauvre homme cerné par ces mondanités, essayait d’en réchapper mais comment faire quand on épouse une représentante de ce que l’on nomme le « people » ? Comment peut-on, alors que sa moitié court avec ses consoeurs à la recherche du scoop, être épargné au moment où l’on est soi-même atteint par la célébrité ?

Les citoyens payeurs se gaussent et la presse concurrente s’en donne à cœur joie dans l’espoir d’augmenter son tirage en pleine canicule. Mais le plus étonnant restait à venir. Pour être président de l’Assemblée nationale, il se doit avant tout d’être député. Alors de Rugy va faire appel au jugement de Dieu. Rassurez-vous on a supprimé les joutes moyenâgeuses qui menaient à la blessure ou à la mort. De nos jours ce jugement consiste simplement à enquêter. Sauvé, on apprend alors que les dîners organisés à l'hôtel de Lassay étaient bien « des dîners professionnels ». Mais alors où était le professionnalisme pour ce repas de la Saint Valentin en 2018? La République, laïque, a-t-elle décidé de fêter tout le calendrier religieux ? Alors de Rugy nous explique : Ce soir là il n’a pas pu amener son épouse au restaurant car il était « entre deux séances » à l’Assemblée. Donc dîner au salon avec pétales de roses et bougies, ces éléments « qui n’ont pas ruiné l’Assemblée » plaide-t-il. Mais à Mediapart on découvre alors que la séance s’est terminée à 19h20 selon le compte-rendu officiel et n’a repris que le lendemain. Et en plus ce n’était pas de Rugy le président de séance !

Saint Valentin Saint Valentin

Et bien les députés qui ont enquêté n’ont rien vu ! Ni ceux de la majorité, ni ceux de l’opposition. La solidarité de classe l’a emporté sur l’honnêteté. Depuis Richard Ferrand, l’actuel président serre les fesses ; un pet de travers et il se retrouve atomisé par les médias. Quant à François Goullet de Rugy il est exilé comme simple député de la Loire-Atlantique et va regarder d’en bas le perchoir qu’il avait tant aimé. Il va avoir le temps de lire enfin l’ouvrage qu’il avait écrit « A quoi peut bien servir un député écolo ».

Christian Gallo - © le Ficanas ®

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.