Les vrais-faux de Robert Indiana

Joao Tovar, marchand monégasque, vient de porter plainte devant la cour de justice de Rockland dan les états du Maine. Il avait acquis en 2008 et 2010 dix sculptures comparable au fameux « LOVE » mais en hindi « PREM ». Un certificat porte la signature « pour Tovar » de la main d’Indiana, mais pour ce dernier il s’agirait d’une dédicace et non pas d’un certificat d’authenticité.

PREM de Robert Indiana

 

PREM en sanskrit

Pour le juge américain l’accord signé en 2007 concernait les reproductions du mot « PREM » en sanskrit et non pas en alphabet latin. Tovar avait acquis ces œuvres pour 481.625 $. Mais pour couronner cette affaire Robert Indiana a déclaré que ces œuvres« ressemblaient à des réfrigérateurs… »

Christian Gallo - © Le Ficanas ®

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.