Les « likes » vont-ils disparaître ?

C’est l’Huffpost qui vient de publier cette information : Facebook, comme l’a déjà fait Instagram dans certains pays et l’a testé Twitter, n’afficherait plus les « likes » à la suite des publications. Ils seraient simplement visibles de la part de leurs auteurs. « Cette modification majeure permettrait d’alléger quelque peu la pression sociale liée au besoin de gagner l’approbation de ses pairs, et de concentrer l’attention sur le contenu en soi, plutôt que sa popularité. »

dislike-symbol

Lorsque l’on regarde la télévision on nous cite sans arrêt le nombre de « like » qu’à récolté tel chanteur, acteur ou homme politique. Un événement suscite souvent une émotion telle qu’elle finit au travers de ces appréciations de transformer le dit événement en une situation culte ! De là à ce que se mette en place une opération de marketing à finalité commerciale c’est courant. Elle est complémentaire au nombre de participants à un concert ou une manifestation, au nombre de spectateurs au cinéma, au nombre de disques vendus.

On va le voir avec les élections municipales de mars prochain. Les politiques ont pendant longtemps dédaigné les réseaux sociaux ; aujourd’hui c’est leur principal moyen de communication et ils mesurent leur popularité en fonction des « likes » qu’ils reçoivent. Ils ont même mis en place des structures pour provoquer ces appréciations et écrire des commentaires dithyrambiques. Quand on sait que nombreux sont les internautes qui ne s’intéressent aux sujets publiés qu’en fonction du nombre de « like », on conçoit qu’il n’y a pas de réflexion par rapport à une information, mais seulement une réaction émotive. Au Ficanas on a constaté cette situation lorsque l’on voit de très nombreux commentaires par rapport aux articles publiés : un mot, dans un titre suffit à provoquer une avalanche de commentaires et de « likes » qui n’ont aucun rapport avec le sujet abordé…

La suppression des « likes » à la suite des publications sur Facebook va-t-elle engendrer une frustration ou bien une satisfaction ? La réaction est-elle émotive ou réfléchie ? Si Facebook met en place cette mesure, on va vite le savoir.

Christian Gallo - © Le Ficanas ®

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.