Alpes-Maritimes : une députée surprenante !

Quand Nice-Matin se pose la question de savoir si Estrosi est soutenu par La République en marche, on pourrait croire à une blague. Mais il n’y a pas que Nice et il y a plus surprenant. La quatrième circonscription des Alpes-Maritimes, celle de l’Est du département, est représentée à l’Assemblée nationale par Alexandra Valetta Ardisson, élue sur la lancée macroniste lors des dernières législatives. Mais aujourd’hui tout le monde se pose la question : a-t-elle voté la motion de censure contre son propre gouvernement il y a deux jours ? Surprenant ? Peut-être, mais pourtant…

0ad855d5-af54-4172-b11c-90b437fa4625

Pour les élections municipales à Menton cinq listes sont en présence dont trois semblent être en tête du scrutin : Olivier Bettati pour le Rassemblement national (et de nombreux membres venant d’horizons divers), Jean-Claude Guibal (maire sortant) pour Les Républicains et Patrice Novelli, UDI soutenu par le MoDem et Agir (l’aile droite du gouvernement). Il y a également une liste d’union de la gauche avec Frédéric Pellegrinetti et une liste EELV de Laurent Lanquar-Castel.

La logique et la fidélité politique voudraient que Madame la députée présente des candidats de la majorité présidentielle à Patrice Novelli qui représente deux des trois composantes de la majorité. Eh bien non, elle préfère les faire inscrire sur la liste du maire sortant, membre de Les républicains : il s’agit de Sébastien Uscher, Romain Ciberi et Florence Lagache. Pourtant le parti Les républicains vient de déposer, sans succès, une motion de censure pour faire sauter le gouvernement. On peut alors se poser légitimement la question : Alexandra Valetta Ardisson est-elle toujours dans la majorité présidentielle pour en arriver à caser ses candidats dans le parti des opposants au détriment de sa majorité ? A-t-elle voté la motion de censure ou alors prépare-elle un avenir personnel incertain et surprenant ?

Christian Gallo - © Le Ficanas ® - photo : Clotilde Dumay.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.