Ils sont tous prêts pour la mort de Chirac.

L’ancien président de la République, Jacques Chirac, vit dans un hôtel particulier prêté par François Pinaud. Il souffrirait d’anosognosie, un trouble neurologique qui fait qu’il perd conscience de sa maladie. Âgé de 84 ans, il est en permanence en tête à tête avec son épouse Bernadette. Régulièrement des bruits courts annonçant sa fin et alors les rédactions des chaînes info et du 20 heures ressortent les films qui retracent sa carrière.

Mais dans ces moments inéluctables et qui seront forcément tristes, il faudra bien meubler les émissions de télévision en faisant appel aux amis, bien sûr, mais surtout aux fameux experts qui parsèment les plateaux depuis longtemps.

post-chirac

Alors pour être sûrs d’être présents, ils sortent tous leurs bouquins pour cette rentrée, non pas pour prétendre au prix Goncourt, mais pour être prêts au cas où… On a donc droit à « Chirac, Assad et les autres » de Manon-Nour Tannous, « Jacques Chirac, une vie pour la France » de Christian Boyer, « Un anthropologue nommé Chirac » d’Alain Nicolas, « Jacques Chirac a dit… » de Laurent Pfaadt. On a aussi « Président, la nuit vient de tomber » d’Arnaud Ardoin qui énonce les confidences d’un ami du président, Daniel Le Conte qui vient de disparaître.

Les Français aiment bien Chirac, aujourd’hui, il obtient même 63% d’opinions positives (Mitterrand 61%), score qu’il eut aimer avoir du temps de sa présence à l’Elysée. Alors les scribouilleurs qui se prennent pour des historiens foncent. S’il est autant aimé, on va vendre du bouquin.

Maintenant, si on se retourne, on se demande ce qui va marquer l’histoire : la création du RPR, puis de l’UMP, d’avoir trahi Giscard d’Estaing et de ce fait avoir favorisé Mitterrand, d’avoir créé le quinquennat, d’avoir dissous l’Assemblée nationale avec son copain Juppé, d’avoir évité la guerre en Irak pour les Français, d’avoir créé le musée des arts premier, d’avoir reconnu la responsabilité de la France au Vel’d’Hiv ? Hélas, il est également le seul président de la Vème République a avoir été condamné pour détournement de fonds publics et abus de confiance. Il y a aussi son opportunisme, sa volonté de vaincre et surtout les femmes.

Pour l’avoir rencontré à plusieurs reprises dans un cadre privé, il y a chez lui un sens de l’accueil incomparable et surtout une immense humanité : Chirac aime les gens, les écoute et les apprécie. C’est cela que l’on regrettera.

Christian Gallo - © Le Ficanas ®

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.