1912 : Le Petit Journal pour mardi-gras !

Ce mardi 9 février 2016 ce sera la fin de Carnaval (sauf à Nice), la veille du mercredi des Cendres et du début de la période de Carême.

Le dimanche 17 mars 1912 Le Petit Journal, à Paris, fête son cinquantenaire et à cette occasion publie un supplément illustré sur le Carnaval de Nice. A la une le char de S.M. Carnaval XXXX sur les boulevards de la capitale. Ce corso coïncide avec les fêtes de la mi-carême ou fête des blanchisseuses célèbres dans le monde entier et qui datent de l’ancien régime. Elles attirent des participants de toute l’Europe.

La une du Petit Journal du 17 mars 1912 La une du Petit Journal du 17 mars 1912

Le Petit Journal atteint un tirage d’un million d’exemplaires et pour fêter son cinquantenaire, il va faire monter à Paris cinq chars du Carnaval de Nice à ses frais. Mais avec les chars il fait venir à la capitale les animateurs et danseurs de Carnaval, qui pour certains d’entre-eux, visitent Paris pour la première fois. Les parisiens n’avaient jamais vu un tel corso.

Les chars de l’époque sont très grands et ils arrivent en pièces détachées. Pour les remonter un atelier provisoire va être installé sous le métro aérien, fermé par de  grandes bâches, à la station Corvisart.

La double page centrale du Petit Journal du 17 mars 1912 La double page centrale du Petit Journal du 17 mars 1912

Outre le char du roi, très rabelaisien, dont la tête est mobile, ils découvrent le char de la Rascasse avec un énorme poisson, celui des gardiens du Louvre et celui du bandit de Pégomas ; en effet une légende niçoise affirmait que c’était lui qui avait volé la Joconde le 22 Août 1911 (on ne la retrouvera qu’en 1913). Ces deux derniers chars, très satiriques firent grincer des dents certaines personnes… Enfin, comme à son habitude, la France était en pleine crise économique, le char de la Vie Chère parodiait l’augmentation incessante du prix des denrées.

Ce défilé de mi-carême va fortement impressionner les parisiens qui descendront très nombreux en 1913 et 1914 à Nice. Hélas la première guerre mondiale va mettre les Carnavals de Nice et de Paris en suspend dès 1915.

Christian Gallo - © Le Ficanas ®

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.