Nice sauvée du Corona virus.

Son épouse est partie travailler à Paris. Ils ont pensé être malades tous les deux, mais ça va mieux. Mais il a peur quand même et il reste enfermé dans son appartement. Mais comment exister quand on est enfermé vis à vis de ses concitoyens ? Heureusement son épouse connaît du monde et parle de lui avec des journalistes de chaînes de télévision.

Il peut donc lancer des appels sur son téléphone. Mais pas de maquillage, pas de prompteur pour lire le texte ; c’est dur, dur… Et en outre il faut avoir des idées et avant les autres. Dans sa région il y a des gens qui ont des initiatives : un tel veut fournir des masques à tous les habitants, un autre vaporise du désinfectant sur la ville, un autre, encore, installe des centres de dépistages publics. Le problème est qu’ils décident tous avant lui.

Alors il a repris la méthode de l’effet d’annonce : on évoque une grande décision et peu importe si on la réalise beaucoup plus tard ; elle a été annoncée. Tandis que l’action se déroule chez les voisins, il affirme qu’elle va se dérouler chez lui avec grande ampleur. Son bon peuple, qui n’a pas le droit de se rencontrer et passe sa journée devant un téléviseur, se téléphone en permanence. Car tous ont peur, très peur même, alors, tel le petit père des peuples, le Duce ou le conducator, il les rassure en démontrant que le chef a des initiatives qui vont les protéger. 

6eaa73-d0e86363833f4f1081378ba290c59d81-mv2

Et c’est vrai : que peut le virus face au chef ? Il a essayé de l’attaquer mais sans résultat, le chef est toujours debout. Il est question de construire dans la plaine du Var une nouvelle église du vœux. La première a été édifiée pour remercier la Vierge d’avoir protégé la ville du choléra en 1832. La nouvelle, plus laïque encensera le protecteur du Corona virus (avec dit-on statue monumentale en vrai bronze). 

Christian Gallo - © Le Ficanas ®

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.