Nice : Gérard Lhéritier, escroc ou gros gagnant du loto ?

Gérard Lhéritier vient de sortir de garde-à-vue à Nancy, soupçonné d’escroquerie en bande organisée dans le cadre de ses activités de sa société Aristophil. Installé à Nice depuis 1984, il a au préalable découvert, pour faire plaisir à son fils collectionneur de timbres, une lettre portant la mention « par ballon monté », une pièce rare. Il va alors se passionner pour l’achat, la vente et l’expertise de lettres et de manuscrits et ouvre des succursales en Belgique, en Suisse, en Autriche et à Hong-Kong. Il crée un musée à Paris qui présente de pièces exceptionnelles, puis un autre à Bruxelles qui a fermé il y a trois mois.

Mais « L’empereur du manuscrit » vient d’être mis en garde-à-vue car sa société aurait surévalué la valeur des 90.000 manuscrits qu’elle possède, dont ceux de Zola, Victor Hugo et Albert Einstein. Cela permettait de les proposer à des prix plus élevés aux épargnants. Il n’est pas le seul à avoir été mis en garde à vue : sa fille, le comptable de la société, un avocat, Jean-Jacques Daigre, un libraire Jean-Claude Vrain (le fournisseur de François-Marie Banier et de Dominique de Villepin) ont pris également la direction du pôle financier. Les manuscrits de la société seraient assurés pour 500 millions d’euros auprès de la Lloyd’s.

Pour quitter la garde-à-vue Lhéritier a dû débourser deux millions d’euros. Les épargnants s’affolent. 16.000 clients ont investi dans des manuscrits vendus par Aristophil, surtout des petits épargnants. Un commerçant nancéen a investi 250.000 € ; Aristophil devait lui racheter ses parts et lui verser des dividendes : il attend toujours.

Nice et le Loto.

Charlie Hebdo, du temps où il avait moins de lecteurs, le 15 octobre dernier, avait enquêté sur cette affaire Lhéritier. Ce dernier aurait soi-disant gagné 169 millions d’euros au tirage de l’Euro-Millions du 13 novembre 2012, le plus gros gain en France. Grégory Leclerc, journaliste à Nice-Matin, l’aurait alors rencontré et il lui aurait fait des confidences. Depuis le journaliste ne dément, ni ne confirme l’article de Charlie Hebdo ; l’avocat de l’homme d’affaire fait de même. Il paraîtrait que lui-même et sa famille auraient joué ce jour-là plusieurs bulletins pour 7.000 euros (Le Point).

Gérard Lhéritier et Christian Estrosi à la villa Masséna

Gérard Lhéritier et Christian Estrosi à la villa Masséna

Des appuis !

Gérard Lhéritier vit à Paris et à Nice. D’ailleurs il ne manque pas de rappeler des dons de plusieurs millions d’euros qu’il a faits à la Ville de Nice. C’est en outre un généreux contributeur de l’UMP et parmi ses amis on retrouve Rachida Dati, Patrick Poivre d’Arvor et Christian Estrosi.

Nombreux pourtant sont ceux qui n’ont pas oublié l’affaire des timbres de Monaco en 1996. A cette époque Gérard Lhéritier avait été mis en examen par le juge Murciano pour escroquerie et placé en détention provisoire. Il avait été soupçonné d’avoir détourné 3 millions d’euros au préjudice de 70 de ses clients. La Principauté monégasque sera même mise en examen pour complicité d’escroquerie. Le juge Murciano sea dessaisi du dossier et Gérard Lhéritier relaxé en 2005 après 15 ans de procédure ! Il en publiera même un ouvrage : « Intime corruption ».

Alors d’où vient l’argent ? Du Loto ou bien de la vente pour 38 millions d’euros de la correspondance entre Albert Einstein et Michele Besso (qui avait été acquise pour 560.000 €) à un mystérieux milliardaire danois ?

Décidément il n’y a pas que les tableaux qui prennent de la plus-value en passant chez les juges…

Christian Gallo - © Le Ficanas ®

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.