En Juin, à Saint Paul de Vence, BHL chez Maeght

La grande exposition estivale de la fondation Maeght sera une carte blanche offerte à Bernard-Henri Lévy sur le thème « Les aventures de la vérité ». Une centaine d’œuvres anciennes et contemporaines, issues de collections publiques ou privées, françaises ou étrangères, vont être réunies.

BHL nous proposera de réfléchir sur la question des relations entre l’art et la philosophie et sur les relations entre la peinture et la littérature. Pour y parvenir un itinéraire se déploiera en sept stations : La tyrannie des ombres, Technique du coup d’état, La Voie Royale, Contre-Être, Tombeau de la philosophie, Libérez les artistes ! et Plastèmes et philosophèmes.

Des œuvres anciennes et contemporaines se feront face. Une crucifixion de Bronzino rejoindra un Basquiat, une Sainte-Véronique du XVe siècle sera réinterprétée par Picabia ou Jim Dine. Des courtes vidéos réalisées par Bernard-Henri Lévy feront apparaitre de nombreux artistes : Marina Abramovic, Miquel Barceló, Olafur Eliasson, Alexandre Singh, Huang Yong Ping, Jacques Monory, Anselm Kiefer, Gérard Garouste, Kehinde Wiley, Maurizio Cattelan, Zeng Fanzhi ou Enrico Castellani. Ils liront devant la caméra une page de philosophie (Platon, Hegel, Schelling, un fragment du Talmud, etc.).

Stefano Montefiori introduit cette exposition en précisant : « Les relations entre peinture et philosophie n’ont pas commencé sous les meilleurs auspices. Il y a deux mille quatre cents ans, Platon prononça sa célèbre condamnation de l’art, en prenant l’exemple du peintre qui peint un lit en copiant le lit en bois fabriqué par l’artisan, qui lui-même le copie d’après l’idée du lit. Le peintre, aussi talentueux et inspiré soit-il, ne pourra créer que des copies de copies, et l’art ne sera jamais qu’« imitation d’imitation », encore plus éloigné de la vérité de la réalité apparente. C’est à partir de cette sentence millénaire que Bernard-Henri Lévy a choisi d’affronter le rapport entre peinture et philosophie »

En 1973, la fondation Maeght avait essayé d’exposer le musée imaginaire d’André Malraux. Celle prévue par Lévy est différente car le rapport entre la peinture et la philosophie se base principalement sur l’iconoclastie. En effet quel lien entre le fait qu’au IXe siècle on brûlait croix et reliques considérées comme un héritage du paganisme et les artistes contemporains ?

Ce parcours ne va sûrement pas manquer d’intérêt.

Christian Gallo - © Le Ficanas ® - Photo : Christian Gallo

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.