Ficanas
Editorialiste
Abonné·e de Mediapart

1400 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 mai 2016

Nice se plonge dans l’archéologie sous-marine

Ficanas
Editorialiste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Une campagne de fouilles archéologiques sous-marines va avoir lieu dans la Baie des Anges, à l’emplacement des anciens casinos de la jetée promenade.  Jusqu’au 13 mai des sondages vont essayer de retrouver, à une vingtaine de mètres de profondeur, des vestiges du casino qui a flambé en 1883, trois jours après son ouverture. Cette campagne qui est menée depuis sa création par la cellule sous-marine du Service d’archéologie Nice Côte d’Azur se fera en collaboration avec l'Institut Niçois d'Archéologie Subaquatique et Sous-marine (INASS), association de plongeurs bénévoles qui collabore aux opérations sous-marines de la Ville de Nice depuis 2011.

Monsieur le marquis d’Espouy de Saint Paul rêve de doter Nice d’une réplique du fabuleux Cristal palace de Londres. La mode est en effet à ces grands bâtiments de fer et de verre qui défient les lois de l’architecture. Le 20 novembre 1875 il présente un projet à la municipalité qui l’adopte. Mais où l’implanter ? Le Paillon n’est pas encore couvert, alors le marquis va décider de le poser sur la mer, devant l’Hôtel des Anglais (l’actuel Méridien) et les travaux commencent en 1880.

La Jetée-Promenade - milieu 1882 (Jean Giletta phot.) Archives photographiques (Médiathèque du Patrimoine) © Caisse Nationale des Monuments

Le maire Alfred Borriglione fera tout pour que le bâtiment ne se termine pas, car en même temps on construit sur la place Masséna le casino Lazard, devenu par la suite casino municipal. Pour cela il refuse tout simplement l’autorisation de construire la coulée de la passerelle qui borde la promenade des Anglais. Le casino de la jetée serait alors inaccessible. Mais le préfet prend un arrêté de raccordement et Borriglione fait machine arrière.

Ça y est le pavillon au style oriental est terminé. Le dôme culmine à vingt mètres et le casino comprend kiosque à musique, salle de concert, théâtre, cercle nautique et bains de mer. Certains journalistes le comparent à une méduse, d’autres y trouvent un romantisme nouveau dans l’architecture de Nice.

L'incendie de la Jetée-Promenade - 4 avril 1883 17 h 30 (Jean Giletta phot.) Archives photographiques (Médiathèque du Patrimoine) © Caisse Nationale des Monuments

Il est ouvert le 1er avril 1882 et le 4 avril à 17h33 une légère fumée s’élève du dôme du théâtre. Dix-neuf minutes plus tard, dans un fracas épouvantable la coupole s’effondre. Le palais était vide et les pompiers n’arriveront à sauver que la passerelle d’accès. À 21h30 tout est terminé.

En 1891, on construira le casino de la jetée que l’on voit sur les cartes postales anciennes et qui vivra jusqu’au 8 mars 1942 où il sera dépecé par les armées allemandes pour récupérer le cuivre et le fer. Il sera dynamité le 26 mai 1944. Mais c’est une autre histoire…

Maintenant on peut se poser la question de savoir à quoi peuvent servir de telles fouilles ?

Christian Gallo - © Le Ficanas ®

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À LR, des alertes jamais vraiment prises au sérieux
L’affaire Damien Abad concerne d’abord la majorité d’Emmanuel Macron qui l’a promu ministre. Mais elle interpelle aussi son ancien parti, Les Républicains, alors que plusieurs élus affirment avoir été alertés de longue date.
par Lénaïg Bredoux et Ilyes Ramdani
Journal — Politique
Le « parachutage », révélateur des dilemmes de la représentation
Les élections législatives fourmillent de cas de « parachutages ». Volontiers dénoncés, sont-ils si choquants ? La pratique, parfois assumée, n’a pas toujours été mal vue par le passé. Si elle reste sulfureuse, c’est à cause des failles de la représentation dont elle est le symptôme. 
par Fabien Escalona et Ilyes Ramdani
Journal — International
Au Pakistan, la température frôle les 50 °C et accable les plus pauvres
Classé en 8e position parmi les pays les plus à risques face au changement climatique, le Pakistan vient de subir une vague de chaleur quasi inédite. D’Islamabad à Karachi, des millions de personnes ont fait leur possible pour assurer le quotidien dans des conditions extrêmement difficiles.
par Marc Tamat
Journal — Écologie
Planification écologique : un gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
L’Âge de pierre, de terre ou de raison ?
Le monde du BTP doit se réinventer d’urgence. Les récents événements internationaux ont révélé une nouvelle fois son inadaptation face aux crises de l’énergie et des matières premières. Construire avec des matériaux locaux et peu énergivores devient une évidence de plus en plus difficile à ignorer pour ce secteur si peu enclin au changement.
par Les Grands Moyens
Billet de blog
Habiter
Les humains ne sont pas les seuls à « habiter » : pour les animaux aussi, c'est une préoccupation. Sous la pression économique, les humains n'abandonneraient-ils pas la nécessité d'«habiter » pour se résigner à « loger » ?
par Virginie Lou-Nony
Billet de blog
L'espace public, un concept « vide » ?
Comme le souligne Thierry Paquot dès l’introduction de son ouvrage, « l’espace public est un singulier dont le pluriel – les espaces publics – ne lui correspond pas. » Alors que le premier désigne grossièrement la scène du débat politique, les seconds renvoient à une multiplicité de lieux (rues, places, jardins, etc.) accessibles à tous et la plupart du temps relevant d’une propriété collective.
par Samuel PELRAS
Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter