Nice : Estrosi se plonge dans la cuisine !

Jacques Médecin, maire libéral de Nice, avait décidé de privatiser la plupart des services, en particulier les cuisines collectives. Il disait « je suis maire, je ne suis pas restaurateur ». Aujourd’hui Christian Estrosi se plonge dans la cuisine. Pas la cuisine politique, ça c’est quotidien, presque de la banalité, mais la cuisine collective qui va préparer les repas de ces chères têtes blondes. Il annonce que c’est l’investissement le plus important de son mandat pour la ville : 32 millions d’euros. (Ouf! On est rassuré, le tramway doit donc coûter moins cher.) 

04-apd-vue-003-ext-global-03-large

La nouvelle cuisine centrale, de la taille d’un stade de foot, va rassembler une centaine d’agents pour préparer 28.000 repas quotidiens pour les enfants des écoles, des crèches et des centres de loisirs de Nice.

88cc-model-pc-axo-hd-04-crop-large

Déjà cela coûte cher de bâtir et d’aménager une telle cuisine, mais en plus il faut salarier 100 personnes. Si comme avant, on commandait ces repas à des professionnels d’entreprises privées, on payerait la TVA (20%). Maintenant il va falloir payer les charges des employés (50%). Ces 30% ne risquent-ils pas d’augmenter les coûts de production qui sont à la charge des contribuables, comme le prix du bâtiment lui-même ? Enfin les nouveaux salariés seront heureux d’avoir un emploi et ils sauront qui remercier les moments venus…

Christian Gallo - © Le Ficanas ©

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.