Nice : la peur au ventre.

Jeudi, un agent vérifiait, à sept heures du matin, les boites d’appâts installées dans le quartier des Liserons pour lutter contre les rats. Il va recevoir un projectile sur la tête jeté d’un immeuble et, le visage en sang, sera transporté à l’hôpital. C’est une situation regrettable à laquelle font face régulièrement différents services : pompiers, ambulanciers, policiers…

Alors Christian Estrosi, maire de Nice, président de la métropole Nice Côte d’Azur, président délégué de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, président du conseil de surveillance du CHU de Nice fait une déclaration :

«Je suis en colère ! Il m’est insupportable qu’un de mes agents, qui intervient dans le cadre de ses missions pour améliorer la qualité de vie dans ce quartier, soit victime d’un tel acte odieux. J’ai reçu cet agent, je lui ai fait part de tout mon soutien et de la pleine solidarité de la Ville de Nice. L’Etat de non-droit, ça suffit ! Je refuse que nos agents aillent travailler la peur au ventre. La Ville de Nice et la métropole Nice Côte d’Azur font tout ce qu’elles peuvent pour améliorer le cadre de vie aux Liserons mais sans l’Etat, rien ne sera possible durablement. La Ville de Nice porte plainte dès aujourd’hui. Je demande à ce que tout soit mis en œuvre pour retrouver l’auteur de cet acte inqualifiable et que la peine la plus sévère soit appliquée. Je me suis entretenu, cet après-midi, avec le Préfet des Alpes-Maritimes et lui ai demandé d’intervenir pour que des moyens soient mis en œuvre.»

p1120106-11

Bonne nouvelle : la victime va bien puisqu’elle a été reçue par le maire. Mais une fois de plus c’est la faute de l’Etat semble-t-il (comme un dans la nuit d’un triste 14 juillet). Si on connait Les Liserons, on sait que ce n’est pas un quartier de tout repos. Mais on peut se demander ce qu’a fait la Ville de Nice pour que les choses changent. Il y a-t-il eu de gros efforts pour équiper le quartier, a-t-on installé un tissu associatif au bénéfice des habitants, a-t-on assuré une mixité sociale permettant une vie plus tranquille ? On peut se demander si la Ville de Nice ne s’est pas contentée de laisser pourrir une situation difficile au lieu d’intervenir. Pourquoi ne pas y faire passer l’Iron Man l’année prochaine par exemple ?

Christian Gallo - © Le Ficanas ®

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.