Ficanas
Editorialiste
Abonné·e de Mediapart

1398 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 juin 2014

Ficanas
Editorialiste
Abonné·e de Mediapart

Petite promenade au festival du livre de Nice

Ficanas
Editorialiste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les écrivains auraient pu être bien serrés les uns contre les autres sur la place Pierre Gautier devant la préfecture. Mais en cette après-midi de vendredi, ils ne l’étaient pas et leur présence était simplement exprimée par leur nom sur un cartel et une pile de livres. Ce sera probablement samedi et dimanche qui les verront apparaître. Alors en attendant autant aller voir les amis.

Richard Pogliano était assis à côté de Loïc le Floch-Prigent, revenu de sa prison togolaise,  qui présentait ses mémoires intitulées « Le Mouton Noir : 40 ans dans les coulisses de la République ». Hélas ces coulisses ne semblaient pas attirer grand monde, la quotidienneté républicaine dépassant les souvenirs historiques depuis quelques temps. A côté une place vide, celle du « Fils de Nice », qui n’en doutons pas va attirer les foules depuis qu’il a déclaré sa candidature, aujourd’hui même, aux primaires de la présidentielle de l’UMP (au cas où l’ex président renoncerait à ses tournées d’accompagnateur de sa femme).

Richard Pogliano, lou nissarte

Mais Richard Pogliano attirait du monde avec ses deux ouvrages « A propos de Nice », un essai qui témoigne de son attachement à sa ville et pose de judicieuses questions pour l’avenir, et « Nice au cœur des quartiers » qui recherche les traces du passé au travers de textes et de photographies d’époque. Passionnant.

Moya et sa biographe

Dans un coin de la place siégeaient les artistes plasticiens. D’abord Patrick Moya ; on oublie souvent qu’il possède de multiples talents, réels en tant que peintre, virtuels sur Second Life, exposant dans le monde entier. Tous les ouvrages qu’il présente sont de véritables sources de joie, d’optimisme, d’humour et de couleur. C’est beau, adorable, avenant, c’est Moya. A ses côtés, devinez qui était là ? Mais oui ! Son biographe attitré, Florence Canarelli…

Le docteur Taburchi

A côté de lui l’homme par qui le scandale risque d’arriver, Jérémy Taburchi. Depuis quatre longues années on attendait le volume 2 « Des artistes sous Antibios ». Pour cela il avait autour du cou un stéthoscope et remplissait des ordonnances douteuses. Dix artistes passent à la moulinette du talentueux Taburchi dont (vous avez dit bizarre ?) Roxane Petitier (Que c’est bizarre…)

Est-ce parce qu’elle n’était pas dans le bouquin du toubib que Guichou se mit en colère ? Non, ce serait à cause d’une œuvre accrochée dans le cœur de Saint Pierre d’Arènes. Cela laissa visiblement indifférent Maurice Maubert qui passait par là avec son vélo. Restons dans l’art plastique, puisque pour samedi on nous promet un débat entre Ben, Moya et Jean Ferrero sur l’école de Nice. Et les peoples seront là…

Christian Gallo - © Le Ficanas ®

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi
Journal — Santé
Crack à Paris : Darmanin fanfaronne bien mais ne résout rien
Dernier épisode de la gestion calamiteuse de l’usage de drogues à Paris : le square Forceval, immense « scène ouverte » de crack créée en 2021 par l’État, lieu indigne et violent, a été évacué. Des centaines d’usagers de drogue errent de nouveau dans les rues parisiennes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Justice
Un refus de visa humanitaire pour Hussam Hammoud serait « une petite victoire qu’on offre à Daech »
Devant le tribunal administratif de Nantes, la défense du journaliste syrien et collaborateur de Mediapart a relevé les erreurs et approximations dans la position du ministère de l’intérieur justifiant le rejet du visa humanitaire. Et réclamé un nouvel examen de sa demande.
par François Bougon
Journal — Euro
La Réserve fédérale des États-Unis envoie l’euro par le fond
Face à l’explosion de l’inflation et à la chute de l’euro, la Banque centrale européenne a décidé d’adopter la même politique restrictive que l’institution monétaire américaine. Est-ce la bonne réponse, alors que la crise s’abat sur l’Europe et que la récession menace ?
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Suites critiques aux « Suites décoloniales ». Décoloniser le nom
Olivier Marboeuf est un conteur, un archiviste, et son livre est important pour au moins deux raisons : il invente une cartographie des sujets postcoloniaux français des années 80 à aujourd’hui, et il offre plusieurs outils pratiques afin de repenser la politique de la race en contexte français. Analyse de l'essai « Suites décoloniales. S'enfuir de la plantation ».
par Chris Cyrille-Isaac
Billet d’édition
Klaus Barbie - la route du rat
En parallèle d'une exposition aux Archives départementales du Rhône, les éditions Urban publient un album exceptionnel retraçant l'itinéraire de Klaus Barbie de sa jeunesse hitlérienne à son procès à Lyon. Porté par les dessins du dessinateur de presse qui a couvert le procès historique en 1987, le document est une remarquable plongée dans la froide réalité d'une vie de meurtres et d'impunité.
par Sofiene Boumaza
Billet de blog
Nazisme – De capitaine des Bleus à lieutenant SS
Le foot mène à tout, y compris au pire. La vie et la mort d’Alexandre Villaplane l’illustrent de la façon la plus radicale. Dans son livre qui vient de sortir « Le Brassard » Luc Briand retrace le parcours de cet ancien footballeur international français devenu Allemand, officier de la Waffen SS et auteur de plusieurs massacres notamment en Dordogne.
par Cuenod
Billet de blog
Un chien à ma table. Roman de Claudie Hunzinger (Grasset)
Une Ode à la Vie où, en une suprême synesthésie, les notes de musique sont des couleurs, où la musique a un goût d’églantine, plus le goût du conditionnel passé de féerie à fond, où le vent a une tonalité lyrique. Et très vite le rythme des ramures va faire place au balancement des phrases, leurs ramifications à la syntaxe... « On peut très bien écrire avec des larmes dans les yeux ».
par Colette Lallement-Duchoze