Vente de l’aéroport de Nice : Faut boucher les trous ?

En février 2015 Christian Estrosi avait organisé un référendum pour qu’Emmanuel Macron, alors ministre, ne vende pas l’aéroport de Nice. Ce référendum avait couté 100.000€ aux contribuables et le Ficanas l’avait qualifié de cagade à l’époque (Voir les numéros du 12 février 2015 et du 20 février 2015). C’était en effet un référendum politique contre la loi Macron. Le résultat fut sans surprise malgré une très faible participation : 97,5% des votants étaient contre la vente des parts de la métropole à l’Etat. Le maire de Nice déclarait : « Sans cette maitrise de l'aéroport, les biens immobiliers des Niçois perdront de 30% а 40% de leur valeur et les grandes enseignes quitteront le territoire azuréen. » Bizarrement ça n’a pas été le cas…

estrosi-sourire

Alors pourquoi Christian Estrosi vient de faire voter aux représentant de la métropole la vente de 4 des 5% d’actions détenues ? Cela va rapporter 81 millions d’euros. La métropole serait elle en faillite ? Il est vrai qu’un tramway sous tunnel hors de prix, une cuisine centrale dispendieuse et en prévision une nouvelle gare, les frais du stade, ça coûte des sous aux contribuables et la nouvelle taxe foncière métropolitaine risque de ne pas suffire au remboursement du maelström financier métropolitain. Mais alors pourquoi vendre ces 4% de parts qui rapportent environ 3.300.000 euros par an ?

Ce qui est amusant c’est qu’à Paris on essaye de monter un référendum d’initiative populaire concernant la vent de l’aéroport de Paris, tandis qu’à Nice, seuls les béni-oui-oui du conseil métropolitain décident du contraire de ce qu’ont voté les habitants… Bizarrement ça rappelle un certain référendum sur la constitution européenne, mais à l’échelle niçoise.

Christian Gallo - © Le Ficanas ®

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.