La guerre Estrosi - Ciotti : Estrosi avoue tout !

Il fallait la visite de Gérard Larcher, le président LR du Sénat, pour que le maire de Nice dévoile son ambition au public. En passant au Rouret, Larcher déclare « Je sais l’importance des métropoles, mais je n’oublie pas les villes de taille intermédiaire qui sont un élément de la vitalité de notre pays. Je crois aux intercommunalités, mais attention aux intercommunalités XXL où les maires n’ont plus le sentiment d’exister. » Les métropoles XXL c’est le cas du Grand-Lyon ou celle d’Aix-Marseille. 

Mais voila une déclaration qui ne fait pas les affaires de Christian Estrosi. Lorsque Nicolas Sarkozy avait demandé à Estrosi de créer la métropole Nice-Côte d’Azur, il souhaitait qu’elle couvre tout le département. Echec d’Estrosi qui n’arrivera qu’a fédérer péniblement 49 communes et un territoire qui coupe le département en trois ; l’Ouest et l’Est refusant d’y participer.

nq8a0270

Alors Estrosi va essayer de convaincre Larcher en parlant de métropole de solidarité (qui a le choix ?), de la maîtrise des orientations des maires (il leur reste l’Etat civil), et surtout d’ « en finir avec la fausse opposition entre les grandes métropoles et les territoires ruraux ».

La réalité va au-delà de ces simples déclarations. La réforme constitutionnelle va supprimer un certain nombre de députés et en particulier un certain Eric Ciotti, questeur et député de la première circonscription des Alpes-Maritimes. Que va-t-il faire ? Retourner prendre la place de Charles-Ange Ginésy qui ne peut pas la lui refuser au Conseil départemental ?

Mais si la métropole Nice-Côte d’Azur couvre tout le département, le Conseil départemental devient inutile et disparaît. Pour cela Estrosi a voulu convaincre Larcher d’une fusion entre le Département des Alpes-Maritimes et la Métropole Nice Côte d’Azur. L’avantage est que cela va permettre d’absorber la dette de l’actuelle métropole. Ciotti avait affirmé que « la ville et la Métropole s’endettent considérablement avec 2 milliards d’euros de dettes. » En outre Estrosi ayant fait voter une nouvelle taxe foncière de 6,5 % pour les habitants de la métropole, elle s’étendra alors à tout le département.

Du coup Eric Ciotti est en campagne auprès des maires des communes extérieures à la Métropole (et même parfois intérieures comme Rimplas et son maire Christelle d’Intorni qu’Estrosi a viré). Sa candidature à la mairie de Nice est donc avant tout une candidature métropolitaine et la guerre entre les deux impétrants est loin d’être terminée. Les maires ne semblent pas désirer devenir les béni-oui-oui du président de la Métropole, comme c’est le cas majoritairement aujourd’hui. L’Etat va-t-il imposer cette métropole départementale ? Cela risque de ne pas être apprécié. 

Christian Gallo - © Le Ficanas ®

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.