Ficanas
Editorialiste
Abonné·e de Mediapart

1398 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 févr. 2019

Ficanas
Editorialiste
Abonné·e de Mediapart

Surprenant : un deuxième repris de justice nommé au Conseil constitutionnel.

Ficanas
Editorialiste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le premier n’y siège plus depuis longtemps ; il était président de la République, il s’agit de Jacques Chirac. Il avait été condamné à deux ans de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Paris pour une affaire d'emplois de complaisance à la ville de Paris qui remonte au début des années 1990, quand il était maire de la capitale. Il avait été déclaré coupable dans les deux volets de l'affaire d’emplois fictifs pour « détournement de fonds publics », « abus de confiance » et « prise illégale d’intérêt », pour une vingtaine d'emplois litigieux. On avait attendu la fin de sa présidence à l’Elysée qui le protégeait vis-à-vis de la justice. Mais compte tenu de l’état de santé de l’ancien président l’affaire s’était conclue par une peine de prison avec sursis. On a peu vu Jacques Chirac au Conseil constitutionnel dont il est membre de droit en tant qu’ancien président. C’est d’ailleurs un automatisme que veut faire disparaître Emmanuel Macron. 

Mais subitement on voit le président de l’Assemblé nationale, Richard Ferrand (ancien PS) proposer Alain Juppé, le maire de Bordeaux, pour siéger au Conseil constitutionnel. Mais lui aussi a été condamné, pour « prise illégale d’intérêt » dans l’affaire des emplois fictifs du RPR en 2014, à quatre mois de prison avec sursis. Martine Billard, l’ex députée de Paris tweete : « Un fraudeur pour vérifier la conformité des lois avec la constitution !!! Pour les copains tout est permis. Scandaleux. » Alexis Corbiere député de la France insoumise déclare « Je suis surpris : je crois que le Conseil constitutionnel doit au moins être vierge de toute condamnation ».

En effet le choix surprend. Quand on lit Eric Ciotti qui écrit « je rends hommage à un homme d’État qui a bien servi notre pays et sa ville », il parle de Bordeaux uniquement. Qui a oublié, à Nice, le départ de Jacques Médecin voulu en son temps par Alain Juppé allié avec un socialiste Michel Charasse (ce dernier va d’ailleurs quitter le Conseil constitutionnel, remplacé par Jacques Mézard).

Mais il n’y a pas que cela. On se souvient aussi du passage d’Alain Juppé à Matignon où son plan sur la sécurité sociale provoquera des grèves d’une ampleur inaccoutumée. Il retirera d’ailleurs son projet et par là même quittera le gouvernement tellement il était devenu impopulaire. Après ses deux ans de traversée du désert au Québec il sera ministre de l’écologie sous Nicolas Sarkozy en se faisant battre aux législatives. Cela ne l’empêchera pas d’être ministre de la défense, puis des affaires étrangères, du budget. Donné favori pour les présidentielles de 2017, il se fait étendre par Fillon aux primaires de la droite.

Son émotion lors de ses adieux à Bordeaux, très rapides pour pouvoir rejoindre Paris, ont du émouvoir les bordelais… Le pauvre qui devra se contenter dorénavant de 13.300 euros nets qui vont être cumulés avec ses pensions de ministre, premier ministre, maire, député, porte-parole du gouvernement, adjoint au maire de Paris…

Quand on entend parler les gilets jaunes et d’autres dans les fameux grands débats, ne nous étonnons pas de ce fossé qui se creuse entre les citoyens et les hommes politiques !

Christian Gallo - © Le Ficanas ®

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Comment le gouvernement veut rattraper le retard français
Dans un contexte de risque élevé de tension sur le réseau électrique cet hiver, l’Assemblée nationale examine, à partir du lundi 5 décembre, le projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire en France.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Dans les Cévennes, les femmes promises à la misère obstétricale
Le 20 décembre, la maternité de Ganges suspendra son activité jusqu’à nouvel ordre, faute de médecins en nombre suffisant. Une centaine de femmes enceintes, dont certaines résident à plus de deux heures de la prochaine maternité, se retrouvent sur le carreau.
par Prisca Borrel
Journal
Affaire Sarkozy-Bismuth : les enjeux d’un second procès à hauts risques
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert seront rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant