Ficanas
Editorialiste
Abonné·e de Mediapart

1400 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 déc. 2015

Les amours de Donald Trump et Carla Sarkozy ?

Ficanas
Editorialiste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’homme politique Donald Trump est outrancier ; il remet en question la nationalité de Barack Obama, ne veut pas que l’on réglemente la possession d’armes à feu, qualifie le réchauffement climatique de « canular absolu », veut édifier un mur sur la frontière mexicaine en le faisant construire par ces derniers. Il veut aussi fermer internet pour éviter l’islamisme radical, approuve la légalisation des drogues et il est favorable à la torture.

Bref le personnage, haut en couleurs, ne se gène pas pour être excessif.

Les amours de Donald Trump, le candidat aux primaires du Parti républicain américain et surtout milliardaire de la construction, alimentent également la campagne américaine. Il a été marié trois fois : en 1977 avec le mannequin tchécoslovaque Ivana Zelnickova (3 enfants), en 1993 avec Maria Maples (1 enfant) et en 2005 avec Melania Knauss, mannequin slovène (1 enfant).

Donald Trump - Carla Bruni Sarkozy

Mais le Daily Mail nous apprend qu’il y a eu une relation méconnue de Donald Trump avec Carla Sarkozy (à l’époque Bruni) à qui il aurait demandé de se faire dépister pour le virus du VIH. C’est une habitude qu’il avait vis-à-vis des femmes qu’il convoitait. A l’époque il était encore marié, mais fréquentait déjà Maria Maples qu’il allait épouser plus tard. Nous sommes en 1991 et Carla avait alors une liaison avec Mick Jagger. Aux dires du biographe de Mick Jagger, Carla aurait proposé à Donald Trump de rompre avec Mick Jagger, si lui-même rompait avec sa compagne.

Alors pour ceux qui pensaient que Carla Sarkozy n’avait fréquenté que des gens de gauche avant l’ancien président français, ils se trompent. Elle connaissait déjà l’extrême-droite américaine !

Christian Gallo - © Le Ficanas ®

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Élisabeth Borne, une négociatrice compétente et raide au service du président
Ces deux dernières années, celle qui vient de devenir première ministre était affectée au ministère du travail. Tous les responsables syndicaux reconnaissent sa capacité de travail et sa propension à les recevoir, mais ont aussi constaté l’infime marge de manœuvre qu’elle leur accordait.
par Dan Israel
Journal — Politique
Le député de Charente Jérôme Lambert logé chez un bailleur social à Paris
Le député Jérôme Lambert, écarté par la Nupes et désormais candidat dissident pour les élections législatives en Charente, vit dans un logement parisien de 95 m2 pour 971 euros par mois. « Être logé à ce prix-là à Paris, j’estime que c’est déjà cher », justifie l’élu qui n’y voit rien de « choquant ».  
par David Perrotin

La sélection du Club

Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena
Billet de blog
par C’est Nabum
Billet de blog
par Fred Sochard
Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon