Ficanas
Editorialiste
Abonné·e de Mediapart

1400 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 août 2015

Combien y a-t-il de racistes en France ?

Ficanas
Editorialiste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le chiffre est simple : pour 66.317.994 habitants nous avons 49.738.495 de français qui déclarent qu’il y a trop d’immigrés en France. Étonnant quand on sait que la France est un pays qui, en Europe, a peu d’immigrés, mais qui a la particularité d’en enfermer le plus. Alors qui ces Français ne veulent-ils plus voir ?

Les Roms : 87% des Français ne veulent plus les voir. Le discours de Nicolas Sarkozy de Grenoble du 30 juillet 2010, écrit par son chef de cabinet Cédric Goubet, a laissé des traces profondes.

Les Gens du voyage : ceux que l’on a longtemps qualifiés de « voleurs de poules » sont rejetés de ville en ville, alors que la loi oblige à aménager des espaces pour les recevoir. 82% des Français n’en veulent plus. Problème : la plus grande partie d’entre eux sont des citoyens français !

Les Musulmans : 56% des Français ne les veulent pas. C’est un chiffre qui va s’aggraver car on mélange facilement l’islam à l’islam radical de Daesh qui n’est en fait qu’un prétexte pour la prise du pouvoir au Moyen-Orient. C’est là un racisme de base correspondant à la « Fille ainée de l’Eglise » qui est quand même arrivée elle même à vider ses propres lieux de culte.

Les Maghrébins : Il est vrai que les Maghrébins ne sont pas forcément musulmans. Certains sont athées et d’autres chrétiens. C’est peut-être pour cela que le chiffre tombe à 46%.

Les Asiatiques : On parle peu du racisme envers les asiatiques ; en général discrets, ils ne se plaignent pas sur les plateaux de télévision. Ils apparaissent pour le nouvel an chinois avec leurs dragons ou quand les hommes politiques vont leur faire la cour. Pourtant 41% des Français ne les aiment pas.

Les Juifs : là on est dans la tradition. Enfants et petits-enfants de collaborateurs vichystes, membres des partis d’extrême-droite, nostalgiques de l’ordre promu par le IIIe Reich. L’antisémitisme convainc encore 31% des Français.

Les Noirs : Ils ont un gros problème, ils sont noirs ! Ce qui est embêtant c’est que nous descendons tous de l’homo erectus qui était noir. Et en outre nos concitoyens des dom-tom sont souvent noirs eux-aussi. Il faut quand même en virer 23%.

Les Homos : ce n’est pas considéré comme une forme de racisme, car on ne possède des résultats que sur les actions violentes à l’encontre de cette population qui sont en augmentation permanente.

En conclusion pour 75% des français il y a un problème vis-à-vis de leurs concitoyens. Car la grande majorité de ceux dont on ne veut pas sont de nationalité française. Alors on va les différencier. Et l’on constate que pour 68% des Français il existe une nouvelle catégorie « les Français d’origine étrangère qui ne s’intègrent pas ». Par contre pour 22% c’est la société qui refuse de les intégrer.

Donc, on surfe sur la vague. C’est du pain béni pour les politiques qui sont convaincus qu’en divisant les Français on va les attirer dans son propre camp. C’est la méthode d’Hitler : on livre en pâture une partie de la population (à l’époque, les juifs) pour recueillir des voix pour se faire élire. Certains prônent le droit du sang, d’autres les charters pour expulser des Français de France, d’autres enfin, les camps de rétention. « Douce France, beau pays de mon enfance… »

Christian Gallo - © Le Ficanas ® - Source : CNCDH (http://www.cncdh.fr/)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal — Politique
À Drocourt, le bassin minier oscille entre abandon et vote Le Pen
Dans cette petite ville communiste du Pas-de-Calais, les échanges avec les habitants laissent apparaître l’ampleur de la déconnexion avec les thèmes et paroles qui rythment la campagne électorale médiatique.
par Jean-Louis Le Touzet

La sélection du Club

Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose