Parricide: la vengeance de Jean-Marie Le Pen

Jean-Marie Le Pen, l’exclu du Front national, vient d’adresser un courrier rendu public à sa fille Marine qu’il nomme « la présidente du Front national ». Il veut faire « l’unité de son mouvement et de la mouvance nationale ». Il redoute que certains candidats menacent la présence du Fn au second tour des élections présidentielles.

Pour éviter cet écueil il est très clair : « Si notre démarche n’aboutit pas, conscients des terribles dangers qui menacent notre patrie, nous ne baisserons pas les bras, et agirons alors, et à regret, en dehors du Front national. »

Et voilà, à 87 ans, le fondateur du Fn envisage tout simplement d’embêter sa fifille et laisse se profiler une candidature pour 2017 ; la sienne ? Il y avait déjà eu des annonces lors de l’université d’été du Fn en 2015 à Marseille. Mais cela était resté sans suite. Jean-Marie Le Pen constate qu’à force de laver plus blanc, sa fille s’est détachée de l’extrême-droite la plus radicale, même si l’on retrouve Philippe Vardon dans ses listes à la région PACA. Mais le papy du Fn dit dans son courrier « Il ne faut pas perdre une partie de son capital politique pour espérer en conquérir d’autres. Il faut être soi-même ».

xvmebf3c3c4-cffe-11e5-9772-38fb77381989

La remarque vaut actuellement pour tout le monde ; la gauche gouvernementale est partie à droite, la droite se déchire entre les républicains et les populistes, et l’extrême-droite se rapproche de la droite traditionnelle pour récolter des voix. Il est vrai que l’extrême-droite populiste et fascisante se retrouve orpheline. Mais Jean-Marie Le Pen cherche-t-il un pouvoir qu’il n’a jamais véritablement ambitionné ou bien veut-il tout simplement assouvir une vengeance vis-à-vis de sa fille ? Il est clair qu’il ne lui pardonne pas son éviction du parti qu’il a fondé.

A 87 ans, celui qui est apparu masqué pour mardi-gras sur la chaine TVlibertés d’extrême-droite, n’a plus rien à perdre et veut visiblement finir sa carrière en beauté. Mais le concombre masqué est encore député européen et il est accompagné par Bruno Gollnisch et Marie-Christine Arnautu, l’élue de Nice. Va-t-on voir apparaître le fameux Rassemblement bleu-blanc-rouge qui risque de faire perdre sa fifille aux présidentielles ? La droite va se réjouir de cette situation, voire l’encourager en sous-main.

Christian Gallo - © Le Ficanas ®

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.