Ficanas
Editorialiste
Abonné·e de Mediapart

1400 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 mai 2015

Rama Yade s’enfonce de plus en plus.

Ficanas
Editorialiste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Elle vient d’essuyer, une fois de plus, un échec judiciaire, mais qui est-elle donc ? Son papa était le secrétaire particulier du président sénégalais Léopold Sédar Senghor. Elle-même a épousé un historien, Joseph Zimet, militant au Parti socialiste. Brillante étudiante elle est devenue haut fonctionnaire, administratrice au Sénat à partir de 2002. A près chaque échec politique elle y retourne d’ailleurs.

En septembre 2006, aux dires de Roselyne Bachelot, de retour des Etats-Unis, Nicolas Sarkozy a été impressionné par Barack Obama et prédit « Ce type est le prochain président des Etats-Unis. » Et il rajoute en s’adressant à ses conseillers « Bon, vous vous mettez en chasse. Il me faut un Noir. Ou mieux, une Noire ». Ce sera donc Rama Yade, nommée secrétaire d’Etat auprès du ministre des Affaires étrangères, chargée des Affaires étrangères et des Droits de l’Homme. Son ministre, Bernard Kouchner, ne l’aime pas mais elle va s’offrir son moment de gloire le 10 décembre 2007 lors de la visite rocambolesque de Kadhafi en déclarant qu’il doit « comprendre que notre pays n'est pas un paillasson sur lequel un dirigeant, terroriste ou non, peut venir s'essuyer les pieds du sang de ses forfaits. La France ne doit pas recevoir ce baiser de la mort ». Depuis elle surfe sur cette vague. Elle sera nommée ensuite secrétaire d’Etat chargée des sports auprès de Roselyne Bachelot qui ne l’aime pas non plus.

Comme l’écrit Le Canard Enchaîné Rama Yade « s'est peu à peu forgé l'image de celle qui dit non à Sarko... mais sans jamais prendre le large ». Accumulant les échecs électoraux, elle va pourtant, tout en restant à l’UMP, rejoindre la Parti radical valoisien de Jean-Louis Borloo et se faire nommer première vice-présidente du parti. Mais elle est radiée des listes électorales de Colombes pour avoir menti ; en effet elle ne paye pas ses impôts dans la commune en question.

En 2012, n’ayant toujours pas démissionné de l’UMP, elle rejoint l’UDI, puis décide de se présenter à la présidence du Parti radical. Elle est battue dès le premier tour et s’empresse de déposer plainte contre son parti et son nouveau président Laurent Hénart, élu avec 61% des voix. Sa plainte portait sur 8.000 irrégularités et a été jugée irrecevable par le tribunal.

Il est vrai qu’elle est une spécialiste des plaintes et des condamnations. En 2012 et 2013 elle est condamnée pour diffamation à l’encontre du maire de Colombes, en 2013 elle est déclarée coupable pour diffamation et injure contre l’ancien député Manuel Aeschlimann, en 2014 pour injures vis à vis de Marine et Jean-Marie Le Pen.

Depuis elle critique Nicolas Sarkozy, mais ne serait pas contre un retour auprès de lui, mais en y mettant une condition « Ca dépend pour quoi faire. Il n’y a pas encore d’automatismes »

Christian Gallo - © Le Ficanas ®

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat