Chourouk Hriech : Chaque temps en efface-t’il vraiment un autre

« Encore une histoire de ce que l’on voit,
de ce que l’on suppose voir, 
ou de ce que nous aimerions voir… 
Un poème court qui nous placerait face à nous même. 
Car les paysages que nous supposons ne sont toujours que les reflets des pensées qui nous façonnent. 
Et il y a toujours des parts de soi-même que l’on ne connaît pas. 
Nous les rencontrons dans ce que j’appellerai la pratique du monde. » 

chourouk-hriech-narcissio

Le travail de Chourouk Hriech se construit à partir du ressenti des paysages qu’elle traverse, urbains ou ruraux, bucoliques ou industriels. C’est une relation constante à l’architecture qu’elle met en scène dans ses dessins mais aussi aux personnes qui traversent ces paysages. C’est cette expérience singulière qui nous a intéressés dans le travail de Chourouk. Lors de ses premières visites, l’artiste se réjouit de la lumière de Nice qui se joue des contrastes, où le blanc des façades est éblouissant, des petits riens qui seront des points de départ, peut-être. Elle repère des motifs, qu’elle empruntera sans doute, pour des clins d’œil. Avec le désir de redonner ce qui lui a été transmis, Chourouk démontre que l’art est conscience de soi, conscience du rapport de soi au monde. Ces moments, sans doute si sensibles, seront donnés à voir au Narcissio par une fresque murale, des dessins et une vidéo. 

Du 26 avril au 20 juillet 2019 (Vernissage jeudi 25 avril à 18h30)

LE NARCISSIO – 16 rue Parmentier 06100 NICE – Tél. 04 93 84 81 30 
Ouvert du mardi au vendredi de 14h30 à 18h (et bien plus) et sur rendez-vous. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.