L’éternité de Johnny

Certains ont cru qu’il était décédé le 5 décembre 2017 à son domicile de Marnes-la-Coquette. C’est un fake, une fausse nouvelle. Quelques mois après, en 2018, il sortait un nouvel album, « Mon pays c’est l’amour » et en trois jours 680.000 fans s’étaient empressés de l’acheter. L’album dépassera le million d’exemplaires. Il est vrai que si l’enterrement était gratuit à la Madeleine, il fallait mettre en œuvre des services de sécurité hors normes, plus un transport en avion. Ce n’est pas gratuit tout cela.

maxresdefault

Donc, aujourd’hui, vendredi 25 novembre 2018, on retrouve dans les bacs le nouveau Johnny intitulé « Johnny ». Sur la couverture en noir et blanc, son seul prénom en lettres dorées : Johnny. 13 chansons déjà distribuées à 100.000 exemplaires. Le Monde nous dévoile qu’Yvan Cassar, son compositeur, a supervisé la conception du nouvel objet culte. « Les voix de cet album sont des voix de studio, ou des voix enregistrées en live qui n’ont jamais été utilisées. Les bandes sont accompagnées par un orchestre symphonique, mais en aucun cas l’esprit n’a été changé. Je pense que ça aurait plu à Johnny. J’ai essayé de réunir les mondes, pour le mieux. »

Orchestre symphonique ? Il est vrai qu’un bon orchestre joue n’importe quoi, mais du rock symphonique, Johnny aurait-il voulu cela ? Alors soit il n’est pas mort et on nous a monté un fake retentissant, soit il réapparaît, comme dans Ghost, à Yvan Cassar en lui demandant une musique orchestrée pour l’éternité…

Christian Gallo - © Le Ficanas ®

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.