Elle se marie en blanc parce qu’elle est vierge ?

Il est vrai que du temps de l’empire romain, la mariée était en blanc. Ensuite on oublia cela jusqu’en 1840 où la reine Victoria choisit de se marier en blanc ; en effet l’industrie du satin et celle de la dentelle se portaient mal et la tenue de la reine relança l’économie. En outre elle était probablement vierge attendant que son époux et cousin germain (et comme elle allemand!), Albert, la déflore. A la disparition de ce dernier elle continuera avec son palefrenier mais ne l’épousa pas. 

Mais la mode du mariage en blanc était lancée et les grands magasins allaient l’utiliser pour gonfler leurs chiffres d’affaires. Ah ce blanc, ce symbole de la pureté et de la virginité va permettre de produire des kilomètres de satin et de voile. D’autant plus que les coupes de robes vont suivre la mode, raccourcir, s’allonger, raccourcir à nouveau… Ce n’est qu’aujourd’hui que la télévision ne nous offre que deux choix : sirène ou princesse. Mais la production Cordula, arbitre de l’élégance, en a décidé ainsi sur M6. 

les-pires-photos-de-mariage-002-famille-de-pecno

Mais toutes ces belles mariées en uniforme blanc sont-elles vierges ? Pas certain du tout : La somptueuse robe de Grace Kelly en 1956, créée par Helen Rose, ne masquait aucune virginité parait-il. Par contre la robe de Lady Diana, créée par David Emmanuel et son épouse, enveloppait probablement une vierge.

Mais le mariage fait rêver ces demoiselles. La voiture, la mairie, la traîne, les témoins, les parents, les beaux-parents, la bouffe, l’ouverture du bal et surtout l’église. Dans un pays où les églises sont vides et n’attirent que des touristes, le jour du mariage elles sont pleines. Subitement, alors que la spiritualité est devenue celle de Leclerc ou de Carrefour, un petit air d’encens replonge les impétrants dans une béatitude religieuse qu’ils ne soupçonnaient plus. Les fleurs blanches, les grains de riz, les chapeaux des dames créent cette ambiance miraculeuse et magique symbolisée par la robe blanche de la vierge que l’on va livrer aux affres de l’homme que l’on pense obsédé (et qui l’est parfois…)

Mais rassurez-vous braves lecteurs, il n’y a rien d’iconoclaste dans ces propos, car souvent le mariage a été consommé depuis longtemps et la mariée ne se prend plus pour sainte Roselyne livrée aux lions. Mais profitons de ces derniers jours d’avril (la tradition voulant que l’on ne se marie pas en mai) pour aller voir ces vierges annoncées par les cloches qui sonnent à toute volée. C’est beau en fait la tradition.

Christian Gallo - © Le Ficanas ®

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.