Menton : Olivier Bettati n’est pas de gauche.

Tandis qu’à Nice on prévoit une élection municipale sans intérêt, mis à part la propagande engendrée par la candidature du seul postulant (Ah il y en a d’autres ?), à Menton on s’éclate. Sur les trois candidats de droite, Guibal pour les LR, Novelli pour l’UDI et Bettati soutenu par le RN, ce dernier avait semblé être à gauche pour le Ficanas le 29 octobre dernier.

dm-zkubw0aa0hu7

Immédiatement Olivier Bettati nous avait déclaré « Mais moi je suis depuis toujours et pour toujours de droite et ceux qui m’accompagneront le savent. » L’électorat mentonnais semblait rassuré, mais on apprend subitement que les partis qui soutiennent les colistiers putatifs de Bettati ne veulent plus de leurs poulains qui ont tellement oeuvrés pour eux.

Le parti radical de gauche (PRG), dont fait partie le conseiller municipal et pharmacien Claude Calvin, semble oublier sa progéniture. Il déclare démentir tout soutien à Olivier Bettati. Mea culpa, le Ficanas reconnaît ce titre d’article erroné, Claude Calvin était-il tout simplement un ersatz de gauche ? Il vient pourtant de faire toute la mandature sous cette étiquette.

Jean-Marc Chipot est apparu sur le port de Nice en compagnie de Nicolas Dupont-Aignan. Il est le secrétaire départemental de Debout la France et a déclaré « Même si les enjeux ne sont pas nationaux, il est important que notre parti soit présent dans cette élection, d’autant plus qu’il existe un espace politique entre Philippe Vardon et Christian Estrosi. » C’est à dire entre le Rassemblement national et Les républicains. Et justement, à Menton, nous avions signalé le soutien à Olivier Bettati de Thierry Giorgio, conseiller national du parti Debout la France. Patatras ! Jean-Marc Chipot nous apprend que « Thierry Giorgio n’exerce plus aucune fonction nationale au sein de Debout la France ». 

Décidément la droite mentonnaise semble être en plein bouleversement : celle de Bettati, le parachuté niçois, se délite, probablement pour mieux se reconstruire, celle de Guibal doit affronter un maire (lui-même) en poste depuis si longtemps (1989) avec une épouse ayant des problèmes de santé et une belle-famille peu aimée, celle de Novelli ancien premier adjoint et délégué départemental de l’UDI qui se retrouve soutenu de fait par Jean-Christophe Lagarde (aie !). 

Mais que font les grands leaders locaux, face à cette situation ? Christian Estrosi est-il tellement préoccupé par son élection au premier tour et non pas au deuxième à Nice qu’il est médiatiquement débordé ? Eric Ciotti, questeur de l’Assemblée nationale, président de la commission d’enquête sur l’attentat de la préfecture de Paris et surtout président de la commission d’investiture des LR ne s’intéresserait-il pas à Menton ? Pourtant si la réforme de l’Assemblée est décidée avant les prochaines législatives, sa circonscription niçoise serait rattachée à celle de Menton. 

En attendant, puisque l’on s’ennuie à Nice, continuons à observer Menton ; c’est plus distrayant.

Christian Gallo - © Le Ficanas ®

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.