Eric Laurent, Catherine Graciet, la honte

Eric Laurent Eric Laurent
 Jamais le monde des médias français n’a vécu un scandale aussi intense que celui-ci. Les journalistes Eric Laurent et Catherine Graciet ont été pris la main sur sac. Il faut dire aussi que le coup qu’ils préparaient était trop gros. Ils voulaient faire du chantage au roi du Maroc. Mohammed VI devait leur donner la somme de 3 millions d’euros pour éviter que le livre, compromettant, prétendent-ils, qu’ils auraient écrit ne soit publié. Une grosse affaire donc.

Les contacts avec le cabinet royal marocain ont commencé avec un avocat qui devait se mettre d’accord avec eux sur la somme, suivi d’une rencontre pour déterminer les modalités.

 Au troisième rendez-vous les négociateurs marocains n’étaient pas venus seuls. Ils ont certes remis l’argent, ou du moins une avance, aux journalistes maîtres chanteurs, mais ces derniers n’allaient pas pouvoir en profiter. La police était en veille, sur instruction du parquet de Paris qui a été saisi par les avocats du roi du Maroc. Une fois l’argent encaissé, les policiers sont intervenus. La prise est plus que compromettante. La somme en question bien sûr, mais il y aurait aussi l’engagement signé par les deux journalistes français de ne pas publier le livre. Il y a de quoi les coffrer, ce que n’ont pas hésité à faire les policiers.

Pour le moment, ils sont en garde à vue et une information judiciaire a été ouverte. Motifs : tentative d’extorsion de fonds et tentative de chantage, selon l’AFP qui cite une source judiciaire. C’est une grosse affaire qui jette un énorme discrédit sur le journalisme français.

Comment en est-on arrivé à ce degré de bassesse qui peut avoir de très graves conséquences ? La pratique des livres à charge contre des chefs d’Etats étrangers est très courante en France où des journalistes qui contestent les régimes critiqués, selon eux, non démocratiques et corrompus. Chaque fois l’affaire du bruit dans nos médias et ceux du pays concerné, mais cela ne va jamais plus loin. La pratique est devenue une sorte de harcèlement permanent et surtout une fabrique de cash prisée par des journalistes au bout du rouleau.

Nous sommes devant une situation inédite. Personne ne sait si des cas pareils ont eu lieu, mais ce qui est sûr c’est que le mercenariat journalistique ne sera plus aussi facilement pratiqué. Une fois que le discrédit est jeté sur une pratique, il faudra des générations pour l’effacer. C’est pourquoi il faut dès à présent nettoyer cette profession qui fait l’honneur de la France mais qui semble aujourd’hui obéir à des intérêts bassement vénaux. Le scandale est énorme et la justice devra être exemplaire. A l’heure où tout le monde se ligue contre le terrorisme, il serait tout aussi vital de lutter contre toute forme de mercenariat.

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.