Filip FI
Étudiant L2 Histoire | Blogueur | Je travaille notamment sur les mouvements progressistes en Amérique latine, en particulier au Venezuela.
Abonné·e de Mediapart

24 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 mars 2018

Cinq ans après sa mort, pourquoi essaie-t-on toujours de tuer Chavez ?

Le 5 mars 2013 disparaissait le président de la République Bolivarienne du Venezuela, Hugo Chavez. Cinq ans après, il semblerait que certains veuillent encore le tuer, et pour cause, son spectre hante toujours le Venezuela, le spectre du chavisme. Pourquoi donc les puissants de ce monde tentent-ils de s’unir pour traquer ce spectre ? Pourquoi la mort de Hugo ne suffit-elle pas pour tuer Chavez ?

Filip FI
Étudiant L2 Histoire | Blogueur | Je travaille notamment sur les mouvements progressistes en Amérique latine, en particulier au Venezuela.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Hugo Chavez en meeting de fin de campagne présidentielle sous une pluie battante, 4 octobre 2012

Ce 5 mars 2013, certains pensaient en avoir fini avec ce qu’ils considéraient comme la cause de tous leurs maux. A leur grand désespoir, et ce malgré un redoublement d’efforts pour arriver à leurs fins, ils n’y sont pas arrivés. Nous sommes en 2018 et le chavisme semble plus vivant que jamais, bien qu’ayant subit une période difficile. Pour comprendre ce phénomène, il ne faut pas s’intéresser à l’homme mais à ce qu’il incarnait.

Chavez, c’est d’abord l’incarnation d’une dignité retrouvée. Avant son arrivée au pouvoir, plus d’un Vénézuélien sur deux est pauvre, un sur cinq n’a pas accès à l’eau potable, un enfant sur deux ne va pas dans l’enseignement secondaire, et tout ça pendant que 20% de la population concentre plus de la moitié des richesses du pays. A sa mort, Chavez laisse un pays libre de l’analphabétisme, un pays où l’espérance de vie a augmenté de trois ans, un pays où l’on a construit plus de 8 000 établissements de santé et des centaines de milliers de logements gratuits, bref, un pays dont le peuple a renoué avec l’espoir de ne plus avoir à survivre mais à vivre tout simplement.

Chavez c’est aussi l’incarnation d’une parole retrouvée. En 1989, ce sont environ 3 000 personnes qui ont trouvé la mort dans une sanglante répression de manifestations contre le président alors en place, Carlos Andres Perez. Sous Chavez, ces oubliés, ces humiliés, ont retrouvé leur droit à s’exprimer et à agir démocratiquement pour peser sur la vie politique, notamment à travers la rédaction d’une nouvelle constitution par une assemblée nationale constituante en 1999, qui permet entre-autre de pouvoir révoquer n’importe quel élu par référendum, allant du maire de sa commune au président de la République, pour ne citer que ça.

Enfin, Chavez c’est l’incarnation d’une souveraineté retrouvée. Une souveraineté politique du peuple sur son destin on l’a vu, mais aussi une souveraineté économique, avec la réappropriation par le peuple des richesses pétrolières qui auparavant partaient dans les poches de quelques-uns, et une souveraineté étatique, avec la fin d’un pouvoir politique qui prend ses ordres à Washington (que ce soit au FMI ou à la Maison Blanche), et un renouveau de la place du Venezuela sur la scène continentale et internationale, notamment par la reprise du vieux rêve d’unification latino-américaine du Libertador Simon Bolivar.

C’est donc tout ça que les puissants n’ont pas réussi à tuer. Pour beaucoup de Vénézuéliens, notamment issus des couches populaires de la population, on n’oublie pas les changements qu’a occasionné Chavez par son arrivée au pouvoir, et on continue de soutenir la révolution, dans ses réussites et ses échecs, dans ses hauts et ses bas, mais toujours en allant de l’avant dans l’espoir d’un avenir meilleur. Les puissants ont ainsi compris qu’il ne suffisait pas de tuer le révolutionnaire pour tuer la révolution, il faut aussi s’attaquer à sa mémoire et c’est ce qu’ils font.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, le calvaire des exilés
Dans notre émission ce soir, reportage aux portes de l'Union européenne, où des migrants et des migrantes sont toujours retenus dans des conditions inhumaines. En plateau : Anaïs Vogel, qui a fait cinq semaines de grève de la faim pour dénoncer le traitement des exilés à Calais, et Catherine Wihtol de Wenden, directrice de recherche émérite au CNRS. 
par à l’air libre
Journal — France
La candidature de Zemmour prend une mauvaise tournure
L’ancien éditorialiste de CNews et du Figaro a officialisé, mardi, sa candidature à l’élection présidentielle dans un clip reprenant toutes ses obsessions identitaires. Sur le terrain, sa campagne est devenue particulièrement compliquée.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Pour Pécresse et Bertrand, une campagne aux airs de pénitence
Après avoir claqué la porte du parti Les Républicains, ils ont repris leur carte pour obtenir l’investiture présidentielle. Pendant des mois, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand ont remis les mains dans le cambouis partisan et arpenté les routes de France pour convaincre.
par Ilyes Ramdani
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
La beauté fragile d'un combat
« Nous ne combattons pas le réchauffement climatique, nous nous battons pour que le scénario ne soit pas mortel. » Parfois, par la grâce du documentaire, un film trouve le chemin de l’unisson entre éthique et esthétique. C’est ainsi qu’il faut saluer « L’hypothèse de Zimov  », western climatique, du cinéaste Denis Sneguirev, à voir absolument sur Arte.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Les Œillades d'Albi : « Retour à Reims (fragments) » de Jean-Gabriel Périot
Autour de l’adaptation du livre autobiographique du sociologue Didier Éribon « Retour à Reims », Jean-Gabriel Périot avec l’appui de nombreuses archives audiovisuelles retrace l’histoire de la classe ouvrière de 1950 à nos jours.
par Cédric Lépine