Filip FI
Étudiant L2 Histoire | Blogueur | Je travaille notamment sur les mouvements progressistes en Amérique latine, en particulier au Venezuela.
Abonné·e de Mediapart

24 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 mars 2018

Le président Macron reçoit un « parrain de la pègre »

Par un intense travail de propagande et de silence médiatique, la guerre qui a éclaté l'ex-Yougoslavie dans les années 1990 a été comme effacée de la mémoire collective, et ses acteurs avec. Pourquoi je vous dis ça? Tout simplement car c'est ainsi que le président Macron peut recevoir dans la plus grande tranquillité Hashim Thaçi, actuel président du non-Etat qu’est le Kosovo.

Filip FI
Étudiant L2 Histoire | Blogueur | Je travaille notamment sur les mouvements progressistes en Amérique latine, en particulier au Venezuela.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Passons sur la question du Kosovo en soi, sur laquelle vous pouvez vous référer au dernier billet de blog de Jean-Luc Mélenchon sur la question (même si vous détestez JLM), auquel je me joins à cent pour cent (Le Kosovo, Etat croupion, a déjà 10 ans). La question ici est de savoir à qui Macron ouvre les portes de la République française en accueillant cet homme.

Hashim Thaçi reçu par Emmanuel Macron le 14 mars 2018

Hashim Thaçi, c'est un ancien de l'UÇK (Armée de Libération du Kosovo), organisation criminelle qui, sous couvert de lutte pour l'indépendance, a baigné dans les pires exactions allant de crimes de guerre jusqu'à l'épuration ethnique, en passant par le trafic de drogue et d’organes. Thaçi lui-même, est accusé dans un rapport de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe daté de 2011, dirigé par Dick Marty, d’avoir été un « acteur clé » de la « criminalité organisée » du Kosovo, d’avoir « contrôlé de façon violente » le « commerce de l’héroïne et d’autres narcotiques », ou encore d’avoir « personnellement veillé au bon déroulement d’un certain nombre d’assassinats, de détentions, d’agressions et d’interrogatoires ». Et ce n'est qu'une partie du rapport que vous cite ici. Allez y lire ce qui est dit sur le Groupe de Drenica dirigé par Thaçi lui-même, et vous verrez à quelle genre de personne on a à faire.

Les différents rapports des services secrets de l’OTAN et d’autres gouvernements étrangers désignaient tous Thaçi comme le plus dangereux des « parrains de la pègre » de l’UÇK. Comment alors le président de la République peut-il recevoir un tel personnage sans que personne ne s’en indigne ou s’en inquiète? Thaçi se vante partout de sa rencontre avec le président de la République française. Emmanuel Macron donne ainsi un aura de respectabilité à un homme qui représente ce qu’il y a de pire sur cette planète. Oui nous avons de quoi avoir honte.

P.S.: Évidemment, Hashim Thaçi n’a pas manqué de profiter de son voyage en France pour remercier ses fidèles soutiens comme Bernard Kouchner, Nicolas Sarkozy (à qui il a remis la « Médaille de l’Indépendance ») ou encore Alain Juppé (à qui il a décerné « l’Ordre de la Liberté »).

Sources:
Rapport de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe de 2011, dirigé par Dick Marty: Le traitement inhumain de personnes et le trafic illicite d’organes humains au Kosovo

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait
Journal — Asie
« Une grande purge est en cours »
Le militant hongkongais Au Loong-Yu réside temporairement à Londres, alors que sa ville, région semi-autonome de la Chine, subit une vaste répression. Auteur de « Hong Kong en révolte », un ouvrage sur les mobilisations démocratiques de 2019, cet auteur marxiste est sévère avec ceux qui célèbrent le régime totalitaire de Pékin. 
par François Bougon
Journal — France
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
Face à Mediapart : Fabien Roussel, candidat du PCF à la présidentielle
Ce soir, un invité face à la rédaction de Mediapart : Fabien Roussel, candidat du Parti communiste français à la présidentielle. Et le reportage de Sarah Brethes et Nassim Gomri auprès de proches des personnes disparues lors du naufrage au large de Calais.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky
Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa
Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan