Filmer le travail
Organisateur du Festival international Filmer le travail à Poitiers
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

1 Éditions

Billet de blog 2 févr. 2022

Festival Filmer le travail 2022 : demandez le programme

L'équipe du festival est très heureuse de vous dévoiler le programme de cette nouvelle édition ! Rendez-vous à Poitiers du 4 au 13 février 2022 pour le 13e Festival international Filmer le travail autour d’une nouvelle thématique centrale : le travail de la terre et avec le vivant.

Filmer le travail
Organisateur du Festival international Filmer le travail à Poitiers
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'équipe du festival est très heureuse de vous dévoiler l'affiche, la bande-annonce et le programme de cette nouvelle édition ! Rendez-vous à Poitiers du 4 au 13 février 2022 pour le 13e Festival international Filmer le travail autour d’une nouvelle thématique centrale : le travail de la terre et avec le vivant.

Dix jours de festival rythmés par de nombreux événements et en présence d’invité.e.s : projections de films suivies de débats, conférences et tables rondes, rencontres et ateliers, journées d’études, programmation jeune public, expositions et concert, et bien d’autres propositions à découvrir !

Bande-annonce | Festival international Filmer le travail 2022 © Festival international Filmer le travail

LE TRAVAIL DE LA TERRE ET AVEC LE VIVANT

« Agis en ton lieu, pense avec le monde » Édouard Glissant

Après une 12e édition en ligne, nous nous réjouissons que cette 13e édition soit l'occasion de retrouver le chemin des salles et le public. Pour la 3e année consécutive, Filmer le travail fait le choix d'une thématique centrale et transversale en prise avec des problématiques actuelles, le travail de la terre et avec le vivant, qui sera abordée au fil d'une programmation mêlant cinéma, recherche, littérature et création artistique.

Lieu de travail et de vie, espace menacé, territoire à protéger, zone à défendre, la terre se retrouve à la croisée d'enjeux politiques, sociaux et économiques. Cette édition mettra en résonance des portraits d'hommes et de femmes au travail, reliera les luttes d'hier et celles d'aujourd'hui, en identifiant les rapports de domination à l’œuvre et leur histoire. La revalorisation du milieu naturel et du vivant aujourd'hui permet d'interroger autrement les rapports de force existant entre pratiques intensives et nouvelles manières de travailler la terre, et nourrit un renouvellement des formes artistiques, que le festival se proposera d'explorer. Cette tension entre la destruction de l'environnement et le soin porté à la terre, à celles et ceux qui la travaillent, aux formes alternatives de travail en commun, aux liens qui relient l'homme à son écosystème, seront au cœur de cette édition.

Au programme, de nombreux événements dont deux expositions : la première sur la bande dessinée récemment parue de Étienne Davodeau, Le Droit du sol qui interroge l'histoire du sol comme peau du monde à travers l'évocation des traces laissées par l'homme ; la seconde composée des photographies de Claude Pauquet sur la décroissance et les nouvelles formes d'habiter et de travailler la terre ; côté musique, le duo formé par Lucas Ravinale et Loup Uberto reprendra très librement les polyphonies des travailleurs des champs du nord de l'Italie.

Le beau film de Florence Lazar, Tu crois que la terre est chose morte sera montré en ouverture : l'occasion de relier la lutte écologique menée sur les terres martiniquaises par des agriculteurs·trices, herboristes et citoyens·ennes à l'histoire coloniale ; la sélection de films programmée avec l'historien du cinéma Federico Rossin proposera un voyage dans le temps et les formes filmiques, avec des films de Youssef Chahine, Paul Leduc, Johan van der Keuken, Peter Nestler, Bill Douglas, etc., mêlant des portraits de bergers, de botanistes, d'indiens, de paysans en lutte au Mexique, au Japon, en Égypte ou en Angleterre. Le Brésil sera mis à l'honneur avec trois films récents: Chão de Camila Freitas, Rio de Vozes de Jean-Pierre Duret et Andrea Santana, et le magnifique premier film de Maya Da-Rin La Fièvre. Des films où l'épique et le poétique se mêlent pour aborder le Mouvement des paysans sans terre, la lutte des pêcheurs·euses du Nordeste brésilien ou la lutte intérieure d'un homme coupé de son environnement naturel, métaphore de l'écocide amazonien.

Particulièrement sensible à la question du travail de la terre, à la destruction des écosystèmes et aux menaces qui pèsent sur les travailleurs pauvres et les peuples autochtones, le cinéma brésilien sera à l’honneur de cette édition avec trois films récents.

Deux films accompagnés par Beatriz Rodovalho, professeure de cinéma, co-présidente d’Autres Brésils et coordinatrice du festival Brésil en Mouvements :

La Fièvre de Maya Da-Rin, dimanche 6 février à 18h30, suivi d’un échange en visio avec la réalisatrice.

Sans terre (Chão) de Camilla Freitas, lundi 7 février à 14h, suivi d’un échange avec un membre de l’équipe du film.

Un film sélectionné dans le cadre de la compétition internationale 2021 à redécouvrir en salle :

Rio de Vozes (Les Voix du fleuve) de Jean-Pierre Duret et Andrea Santana, vendredi 11 février à 21h. Suivi d’un échange avec les deux co-réalisateurs (projection en écho à une rencontre sur les luttes environnementales, voir page 3).

Côté danse, la chorégraphe brésilienne Lia Rodrigues sera l’invitée du TAP Théâtre Auditorium pendant le festival. Son dernier spectacle Encantado s'inspire des« encantados »,forces mystérieuses qui naviguent entre ciel et terre, dunes et rochers et sont intimement liées à une nature aujourd’hui menacée (voir programmation du TAP Théâtre Auditorium).

Côté jeune public, deux films d'animation particulièrement réjouissants seront proposés : Pompoko de Isao Takahata et La petite taupe aime la nature de Zdenk Miler, qui feront la part belle à l'amour des animaux et de la terre, au collectif et à l'amitié. La question du lien avec l'animal viendra d'ailleurs clore cette édition avec la projection en avant-première de Vedette de Claudine Bories et Patrice Chagnard.

Des rencontres croisées écrits/écrans rythmeront le festival, en présence de Barbara Glowczewski (Réveiller les esprits de la terre) et de la cinéaste Elsa Maury (Nous la mangerons, c'est la moindre des choses) que nous inviterons à dialoguer avec l'autrice et bergère Florence Robert (Bergère des collines). Une soirée consacrée aux dystopies environnementales croisera projection super 8 avec le collectif Les Scotcheuses et des lectures de textes choisis. Enfin, des cafés littéraires seront proposés à l'Envers du bocal qui deviendra le temps de cette édition un lieu partenaire privilégié.

Les journées d'études, co-organisées avec l'Université de Poitiers et soutenues par l'Organisation Internationale du Travail, porteront sur l'écologisation des pratiques agricoles, la réappropriation collective des terres et la question des communs, favorisant les dialogues entre chercheurs et cinéastes. En écho à une lutte locale, un dialogue croisé sur les luttes environnementales sera proposé en présence d'Antoine Chao, reporter radio, de cinéastes, et de militants du collectif Bassines non merci !

Nouveau temps fort du festival : l'invitation faite à un cinéaste travaillant sur la thématique centrale. Cette année, Vincent Lapize viendra présenter son film Le Dernier Continent et ses projets en cours.

Autre séance-événement du festival à ne pas manquer : la projection du film récemment restauré, Ali au pays des merveilles de Alain Bonnamy et Djouhra Abouda, film expérimental, politique et radical sur la condition des travailleur·seuse·s immigré·e·s en France au milieu des années 1970.

En écho à l'actualité et au travail des soignants, le film H6, plongée vertigineuse dans le plus grand hôpital de Shanghai sera projeté en présence de sa réalisatrice Ye Ye.

Filmer le travail s'affirmera cette année encore comme un lieu d'émergence de nouveaux talents avec la compétition internationale de films documentaires récents, grand temps fort du festival. Cette année 18 films documentaires inédits seront présentés, proposant un renouvellement des formes et des sujets. La création d'un nouveau prix, le Prix du partenariat France – OIT, viendra réaffirmer la dimension internationale du festival. Des moments de rencontres professionnelles seront également proposés (sur le montage, la diffusion, le documentaire sonore, etc.) ainsi que des avant-premières, dont Une partie en cours de Jean-Philippe Rimbaud, film lauréat de l'appel à projets lancé avec France 3 Nouvelle-Aquitaine.

À bientôt sur le festival, et très belle édition à toutes et tous !

Découvrez le programme complet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Diplomatie
Macron passe la diplomatie française à la sauce « libérale »
Sous prétexte d’accroître la « mobilité interne » au ministère des affaires étrangères, la réforme prévue par Emmanuel Macron permettra d’offrir des postes d’ambassadeur à des amis politiques ou des cadres du monde des affaires qui ont rendu des services. Tout en réglant son compte à un corps diplomatique que l’Élysée déteste.
par René Backmann
Journal — France
Fausse rétractation de Takieddine : sur la piste d’un « cabinet noir » au service de Sarkozy
L’enquête sur l’interview arrangée de Ziad Takieddine révèle les liens de plusieurs mis en cause avec le clan Sarkozy et leur volonté de « sauver » l’ancien président, mais aussi ses anciens collaborateurs, Brice Hortefeux et Thierry Gaubert, également mis en examen dans l’affaire libyenne.
par Karl Laske et Fabrice Arfi
Journal — Terrorisme
Les confidences du commissaire des services secrets en charge des attentats du 13-Novembre
Le commissaire divisionnaire SI 562 – le nom de code le désignant – a dirigé la section chargée des enquêtes judiciaires liées au terrorisme islamique à la DGSI, entre 2013 et 2020. Il offre à Mediapart une plongée inédite dans les arcanes du service de renseignement.
par Matthieu Suc
Journal — Justice
À Marseille, des juges font reculer l’incarcération à la barre
L’aménagement de peine, par exemple le bracelet électronique, prononcé dès le jugement, est une possibilité qui n’avait jamais décollé avant 2020. Mais à Marseille, la nouvelle réforme de la justice et la volonté d’une poignée de magistrats ont inversé la tendance. Reportage.
par Feriel Alouti

La sélection du Club

Billet de blog
La comédie des catastrophes
Au Théâtre de la Bastille, le collectif l'Avantage du doute dresse un hilarant portrait de la société contemporaine pour mieux en révéler ses maux. De l’anthropocène au patriarcat, de la collapsologie aux comédiennes mères ou non, du besoin de tendresse des hommes, « Encore plus, partout, tout le temps » interroge les logiques de puissance et de rentabilité par le biais de l’intime.
par guillaume lasserre
Billet de blog
La chanson sociale, comme levier d’empowerment Bernard Lavilliers en concert
Dans la veine de la chanson sociale française, l’artiste Bernard Lavilliers transmet depuis plusieurs décennies la mémoire longue des dominés, leurs souffrances, leurs richesses, la diversité des appartenances et propose dans ses narrations festives et musicales. Balzac disait que «Le cabaret est le Parlement du peuple ». En quoi la chanson sociale est-elle un levier de conscience politique ?
par Béatrice Mabilon-Bonfils
Billet de blog
La clique de « Kliniken » vue par Julie Duclos
Quinze ans après Jean-Louis Martinelli, Julie Duclos met en scène « Kliniken » du dramaturge suédois Lars Noren. Entre temps l’auteur est décédé (en 2021), entre temps les guerres en Europe ont continué en changeant de pays. Immuable, la salle commune de l’hôpital psychiatrique où se déroule la pièce semble jouer avec le temps. Troublant.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Un poète palestinien : Tawfik Zayyad
Cette poésie simple, émouvante, populaire et tragique a circulé d'abord sous les tentes des camps de réfugiés, dans les prisons avant d'être lue, apprise et chantée dans toute la Palestine et dans tout le monde arabe.
par mohamed belaali