Un panneau solaire hybride testé et partiellement fabriqué en Saône-et-Loire

Des panneaux solaires hybrides sur un toit pionnier de Saône-et-Loire

La start-up Dualsun, installée à Marseille, a conçu un panneau solaire ingénieux qui combine photovoltaïque et thermique. Cette innovation technologique est partiellement réalisée à deux pas de Chalon, à Crissey, par l’entreprise Orbandal, une société experte dans la transformation des métaux et la tôlerie fine.

Frédéric Farré, un habitant de Simandre (Saône-et-Loire) passionné de nouvelles technologies environnementales, a fait partie des premiers clients Dualsun. Volontaire pour tester l’efficacité des prototypes de ces panneaux solaires bi-fonction. Installés sur le toit d’un bâtiment orienté plein sud dans ce petit village entre Saône et Seille, ses six panneaux Dualsun lui fournissent eau chaude et électricité. Utilisables depuis janvier 2014 sur quelques m2 d’avancée, ses six panneaux produisent 10 kWh par jour ce mois d’avril.

A vue d’œil, pas vraiment de différence avec un panneau solaire traditionnel mais à l’intérieur, un dispositif thermique inédit fait toute la différence. « L’an dernier, j’ai revendu pour 900 € d’électricité à EDF, précise ce consultant indépendant spécialisé dans le conseil aux entreprises désirant s’implanter et exporter en Turquie. Et j’ai produit au total, avec mes dix panneaux (dont 4 uniquement photovoltaïques), 3137 kWh depuis l’installation. » Pour ce père de famille qui se passionne de plus en plus pour un mode de vie écologique, de la lecture de Pierre Rabhi à la cuisine bio, l’autonomie énergétique via des techniques renouvelables était une évidence. « Je sais aussi que la production et la bonne marche de mes panneaux sont surveillées à distance. Via internet et un site dédié, je peux connaître  la production à l’heure près de mon installation. J’ai trouvé le concept sympa, combiner thermique et photovoltaïque, j’ai trouvé ça hyper pratique et totalement adapté aux besoins de ma famille. »

Dualsun qui après 4 ans de recherche et développement a lancé son panneau hybride  sur le marché, a été créé en 2010 par deux anciens élèves de Centrale Paris, spécialisés dans l’énergie et le bâtiment. A un moment plutôt difficile pour l’industrie de l’énergie solaire. Encouragés par de fortes subventions et aides soudain diminuées en 2010, l’installation et l’achat de panneaux solaires, davantage considérés par certains comme un placement financier que comme une source d’énergie propre autonome, connaissaient alors une sévère crise. Ce moratoire problématique des aides, qui a supprimé ou réduit de nombreux projets individuels et collectifs et sinistré un moment l’ensemble du secteur français, n’effraie pas le PDG de Dualsun, Jérôme Mouterde. « Le secteur du solaire n’aura pas besoin de subventions pour se développer un maximum dans les années qui viennent, affirme-t-il. Le coût de production d’énergie traditionnelle va augmenter et le recours au solaire est logique. Pour notre part, nous avons toujours cru en notre concept, la combinaison du thermique et du photovoltaïque qui avait été peu exploitée, même par les chercheurs. Nous en avons fait une innovation mondiale, avec les brevets et les certifications européennes. En 2014, nous avons atteint notre objectif avec 1000 panneaux installés, souvent connus par bouche à oreille. » En 2015, la jeune société vise les 3000 panneaux annuels vendus et posés et ne compte pas s’arrêter à ce nombre. Les panneaux sont entièrement fabriqués en France. En Normandie, et pour la partie thermique, à deux pas de Chalon-sur-Saône, à Crissey.

Orbandal, spécialisée en tôlerie fine, qui accompagne Dualsun depuis ses débuts a même conçu une machine spéciale automatique de soudure par points, baptisée Woodi pour permettre à la jeune entreprise marseillaise de répondre à la demande. Frédéric Blanc, directeur d’Orbandal est convaincu de la viabilité et du futur succès des nouveaux panneaux et du projet global de Dualsun. Il a suivi de près les tests multiples jusqu’au résultat actuel, ce panneau solaire hybride et unique au monde. « Nous, on se concentre sur la soudure de deux plaques d’inox, réalisée point par point, ce qui est un travail hyper précis et était réalisé manuellement jusqu’à la création de notre nouvelle machine. On  peut compter 1200 points de soudure par pièce ». Une exigence de qualité, de savoir-faire, de précision et d’invention réunies qui balaie l’image de l’énergie renouvelable loufoque et inefficace que certains lobbies attachés à la promotion d’énergies plus polluantes aimeraient encore colporter...

Dualsun a en tout cas été sélectionnée par la Fondation Nicolas Hulot pour  figurer dans son opération « My positive impact » qui incite les internautes intéressés par les innovations environnementales, solidaires et écologiques à voter  (jusqu'au 19 avril) pour désigner leurs préférées. Les initiatives favorites des internautes bénéficieront d’une vraie campagne de promotion multimédia. Il suffit de cliquer sur l’initiative pour lui faire gagner des points et qui sait, décrocher le maillot jaune parmi cinquante projets retenus. Pour l’instant, Dualsun et son panneau solaire hybride, qui porte un peu d’intelligence chalonnaise, figure à la 13e place sur cinquante candidats.

 

Florence Genestier

http://dualsun.fr/produit/panneau-solaire-photovoltaique-thermique/

http://www.orbandal.com/fr/woodi-soude-par-points-en-automatique

http://www.mypositiveimpact.org/projets/solution/item/dualsun-58

(Article paru dans une version légèrement différente sur infoChalon.com le 14 avril)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.