Flor Tercero et Claire Dujardin
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 nov. 2022

Flor Tercero et Claire Dujardin
Abonné·e de Mediapart

La Fraternité mise en danger au sein de la République française

Le 27 octobre, invité sur le plateau de France 2, le Président de la République a repris l’un des axes thématiques des partis de droite dite « dure » établissant un lien consubstantiel entre immigration et délinquance, à l'aune d'un crime odieux. Nous mettons en garde contre une utilisation de chiffres et de statistiques assénés hors contexte et hors contrôle, utilisés à des fins démagogiques contre des populations particulièrement vulnérables mais peu protégées.

Flor Tercero et Claire Dujardin
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 27 octobre 2022, invité sur le plateau de France 2 pour être entendu sur des questions de politique intérieure, le Président de la République a repris l’un des axes thématiques des partis de droite dite « dure » venant faire un lien consubstantiel entre immigration et délinquance, alors que jusque-là, il s’y était toujours refusé voire l’avait dénoncé.

A l’aune d’un crime odieux, actuellement surmédiatisé, et dont se sont emparés certains partis politiques, flairant la récupération populiste qu’ils pouvaient en faire, le Président a choisi donc, à l’instar de Reconquête, du Rassemblement National, des Républicains ou de son ministre de l’Intérieur, de participer à la diffusion de l’idée selon laquelle les étrangers sont des criminels en puissance.

Pour étayer cette assertion hasardeuse, celui-ci va énoncer des chiffres, repris ce jour par le préfet de police de Paris, Monsieur NUNEZ, selon lequel la moitié des délinquants parisiens serait de nationalité étrangère. Ledit préfet précisait, sur France info que ce chiffre visait effectivement les « mis en cause » c’est à dire les personnes interpellées, et non les « condamnées » c’est-à-dire les personnes ayant effectivement été jugées coupables des faits reprochés.

Par la suite, le Ministère de l’intérieur et la préfecture de police ont confirmé au journal 20 minutes, que si 48 % des mis en cause pour des faits de délinquance à Paris dans leur ensemble sont des étrangers, indépendamment de leur situation administrative, ils ont également précisé que ce chiffre ne concerne que les 6 premiers mois de l’année 2022 et, insisté de nouveau sur le fait qu’ils ne concernent pas des personnes déclarées coupables mais simplement interpellées.

Cette odieuse assertion était mise en parallèle d’avec « les chiffres de la justice 2021 », synthèse statistique de la chancellerie rappelant qu’en 2021, 16% des condamnés étaient de nationalité étrangère, dont moins de 1% de condamnés pour crime, alors que 84% des délinquants et criminels sont Français.

La surreprésentation des étrangers dans les statistiques d’interpellation policière n’est en rien étonnante dès lors que divers travaux sociologiques démontrent qu’un étranger est plus souvent contrôlé et que ces contrôles, donnant lieu à des interpellations, sont suivis majoritairement par des remises en liberté ou des mises hors de cause. De plus, nombre d’infractions liées aux conditions d’entrée et de séjour, toujours plus restrictives, ne peuvent par définition qu’être commises par des étrangers.

Par ailleurs, la situation souvent précaire d’une personne étrangère venant se réinstaller dans un pays nouveau génère des difficultés qui donnent plus souvent lieu à de la délinquance de survie de faible gravité, mais toutefois bien plus visible que la délinquance organisée aux conséquences plus profondes.

Enfin, ainsi que le reconnaît le Ministère, ces chiffres ne valent que dans les quelques grandes villes agglomérant la grande majorité des populations étrangères en France et s’effondrent dans les moyennes et petites villes dans lesquelles les communautés étrangères sont plus éparses voire inexistantes.

Au regard de cette présentation faussée et des correctifs concédés, nous déplorons l’absence de nuance du chef de l’Etat et de ses plus hauts responsables dans un domaine propice à la surenchère de haine raciale et de rejet.

Nous mettons en garde contre une utilisation de chiffres et de statistiques assénés hors contexte et hors contrôle, utilisés à des fins démagogiques contre des populations particulièrement vulnérables mais peu protégées.

Nous appelons à une réflexion apaisée dans le débat public sans céder, dans le cadre de réformes à venir, aux chimères d’une frange nationaliste de la population, manipulée par des partis politiques dont l’histoire récente démontre que l’arrivée au pouvoir a été suivie de désillusions et d’une rapide éviction.

Nous condamnons les propos racistes d’un député du RN, éructés dans l’enceinte de l’Assemblée nationale, fait qui démontre qu’à force de reléguer la Fraternité au dernier rang de nos valeurs républicaines et à alimenter la haine de l’étranger, les institutions françaises érodent dangereusement le socle de notre République.

8 novembre 2022

Flor TERCERO, présidente de l’association Avocats pour la Défense des Droits des Etrangers (ADDE)

Claire DUJARDIN, présidente du Syndicat des Avocats de France (SAF)

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
Affaire « Paul Bismuth » : Sarkozy prend ses distances avec les autres prévenus
L’ancien président conteste avoir commis la moindre infraction, malgré des enregistrements diffusés par la cour d’appel de Paris indiquant le contraire. À l’entendre, il n’était « pas passionné de procédure pénale », à l’inverse de Thierry Herzog, son ami avocat, et de l’ex-magistrat Gilbert Azibert.
par Michel Deléan
Journal — International
Opération « Sauver Sarko » : un diplomate libyen rattrapé par la justice
Un diplomate libyen en lien avec les services secrets français a été mis en examen pour « corruption de personnels judiciaires étrangers ». Il a reconnu avoir servi d’intermédiaire pour essayer d’obtenir la libération d’un des fils de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi dans le but de servir les intérêts de Nicolas Sarkozy.
par Fabrice Arfi, Karl Laske et Antton Rouget
Journal
Drones, « exosquelettes » et nouvelles brigades : comment Darmanin va dépenser ses milliards
Les députés ont adopté mardi la version sans doute définitive de la Lopmi, ce texte qui fixe les objectifs et moyens des forces de l’ordre pour les cinq prochaines années. Elle prévoit une augmentation de leur budget de 15 milliards d’euros, dont la moitié sera consacrée à la numérisation de l’ensemble de leurs activités.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Prof harcelée par l’extrême droite : « Maintenant, il faut une protection policière pour réfléchir sur la fraternité ? »
Sophie Djigo, enseignante de philosophie en classe préparatoire à Valenciennes, a été la cible d’une campagne en ligne parce qu’elle organisait une sortie pédagogique auprès d’une association d’aide aux migrants à Calais. Dans un entretien à Mediapart, elle demande à l’Éducation nationale de « protéger les collègues ».
par Célia Mebroukine

La sélection du Club

Billet de blog
L’art nous empêche-t-il de construire un monde meilleur ?
L'art peut-il être un outil politique pour surmonter les crises environnementales et sociales que nos sociétés traversent ? A-t-il vraiment le pouvoir de créer de nouveaux récits pour amener une mutation profonde et nécessaire ? Non. Car dans un monde profondément individualiste, l'art est fondamentalement du côté des forces réactionnaires.
par Sébastien Piquemal
Billet de blog
Jean-Charles Richard et autres héros du jazz
Sur l’album L’Étoffe des Rêves, le saxophoniste Jean-Charles Richard converse avec le pianiste américain de jazz Marc Copland. La vocaliste Claudia Solal et le violoncelliste Vincent Segal les rejoignent. L’entente des deux leaders, le talent apporté par leurs renforts, façonnent un univers harmonique enchanteur. Et délivre, cet automne, un concert réel comme un songe.
par BRUNO PFEIFFER
Billet de blog
Sans couronne se relever
Au cours de sa formation théâtrale, Suzanne de Baecque répond à un travail d’immersion en s’inscrivant au concours de Miss Poitou-Charentes. Avec Raphaëlle Rousseau pour complice, elle narre son expérience à partir des coulisses, observant ses concurrentes, les racontant pour mieux donner naissance à « Tenir debout », docu-fiction entre rire et larmes, premier spectacle magnifique.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Dominique Blanc porte haut « La douleur » de Marguerite Duras
L’actrice dit vouloir jouer encore et encore ce spectacle, « jusqu’ au bout ». Elle a raison. Ce qu’elle fait, seule en scène, est indescriptible. Thierry Thieû Niang l’accompagne dans ce texte extrême de Marguerite Duras créé sous le direction de Patrice Chéreau il y a bientôt dix ans.
par jean-pierre thibaudat