Floreal Meneto
amateur
Abonné·e de Mediapart

15 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 oct. 2009

La photographie impersonnelle d'August Sander

 La fondation HCB expose jusqu'au 20 décembre une rétrospective du photographe allemand August Sander (1876-1964). On pourra y voir une centaine de tirages "vintage" de cette figure de la photographie dont l'œuvre voulait donner à « voir, observer, penser ».

Floreal Meneto
amateur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La fondation HCB expose jusqu'au 20 décembre une rétrospective du photographe allemand August Sander (1876-1964). On pourra y voir une centaine de tirages "vintage" de cette figure de la photographie dont l'œuvre voulait donner à « voir, observer, penser ».

L'instituteur © August Sander

August Sander écrit : « Je ne déteste rien plus que la photographie au sucre avec minauderies, poses et affectations. Cela étant laissez-moi dire sincèrement la vérité sur notre époque et ses hommes. » Ses portraits vont à rebours des lieux communs du genre. Point de psychologie de bazar, les états d'âme de ses sujets ne l'intéressent pas.

L'instituteur est à la lisière d'un champ. Il est vêtu d'un habit sombre. Il est droit, presque raide. Une main se glisse entre les pans de sa veste, dans l'autre il a un chapeau. Son front est dégarni. Derrière ses petites lunettes rondes, il a l'œil grave. Sa barbe, courte et bien taillée, souligne des traits sévères.

La pile de briques domine l'ouvrier et pèse lourdement sur ses épaules. Il ne plie pas. Sa casquette est enfoncée jusqu'aux oreilles, ses vêtements sont fripés et déchirés. Il a le regard dur et déterminé.

Le rictus du propriétaire terrien voudrait être un sourire. Il a enfilé un riche costume et mis ses chaussures vernis. Avec fermeté, il presse son épouse contre lui. Elle porte une longue robe chic et dans sa main droite, petit doigt levé, elle tient une fleure. On devine le parc à l'arrière plan.

L'ouvrier ; Le propriétaire terrien © August Sander

Progressiste

En 1910, August Sander s'installe à Cologne quand son studio de Linz (Autriche) périclite. Il s'y lie d'amitié avec les animateurs du « groupe des artistes progressistes de Cologne » (gruppe progressiver künstler köln) au début des années 20. Il fréquente les peintres Franz Seiwert, Heinrich Hoerle et surtout Gerd Arntz, qui auront sur lui une profonde influence.

Orientées très à gauche, leurs recherches sont issues du débat constructiviste et modelées par l'effervescence révolutionnaire de ces années là. Ils mettent en place un système de représentation très stylisé, réduisant la « patte de l'auteur », afin de dépasser la figure sentimentale et bourgeoise de l'artiste. Gerd Arntz est le plus radical du groupe. En 1927, deux ans avant l'exposition de Sander Antlitz der Zeit (Visages de notre temps), il publie un portfolio de douze gravures, Zwölf Häuser der Zeit (Douze maisons de notre temps).

Ces douze planches représentent en coupe douze lieux significatifs de la structure sociale de la république de Weimar. Les figures sont schématisées et chaque catégorie est identifiable par un maintien ou un attribut évocateur. A l'invitation de Otto Neurath, directeur du musée socio-économique de Vienne, il poussera cette démarche, proche de la signalétique, en créant une série d'isotypes (1928).

gruppe progressiver künstler köln © 
Douze maisons de notre temps / Isotype Museum of society and economy © Gerd Arntz

Influencer

Sander poursuit ces recherches dans le champ de la photographie, avec la même volonté militante. Selon lui, on pouvait « grâce aux possibilités d'expression de la photographie en tant que langage universel, influencer l'humanité entière » (Cinquième conférence radiophonique, 1931).

Dans ses portraits, le cadre varie peu, la lumière est constante, la vue est frontale, le regard direct. Le modèle s'installe dans son portrait, soigne son apparence comme il le souhaite. Le photographe ne cherchera pas à le surprendre.

La légende ne nomme pas mais indique un statut, elle guide le regard en précisant comment il faut voir l'image. L'ensemble est classé par catégories sociales et professionnelles. Une série portant sur le milieu, et dont l'exposition suggère quelques développements éventuels, devait venir en complément.

© August Sander

Opérateur

La forme banale de l'image

© August Sander

Amalgame

L'exposition minore, quand elle ne les passe pas sous silence, les déterminations fortes du travail de Sander. La scénographie en embrouille la réception plus qu'elle ne l'accompagne. Elle amalgame aux portraits de Antliz der Zeit des vues botaniques et animalières qu'on aurait préféré voir séparément. De manière discutable, cette confusion rattache August Sander au courant de la "Nouvelle objectivité". Or les préoccupations de ce courant, la transfiguration du banal, sont à mille lieues des intentions du photographe de Cologne. Moqueur, son ami, le dadaïste Raoul Hausmann, appelait cela, la "nouvelle guimauve".

On peut mesurer l'écart entre Sander et cette "Nouvelle objectivité" de Albert Renger-Patzsch à l'appréciation que Walter Benjamin fait de l'un et de l'autre. Tandis qu'il encense Antliz der Zeit dans sa Petite histoire de la photographie (1931) il fustige la seconde dans son article de 1934, L'auteur comme producteur.

Curieusement, en le rapprochant de la "Nouvelle objectivité", en voulant surtout exhiber l'artiste, l'exposition minimise ce qu'il y a de plus personnel chez Sander, son parti pris.


else schuler, tristan remy, franz w. seiwert, gerd arntz © August Sander

August Sander, Voir, penser, observer, jusqu'au 20 décembre 2009

Fondation HCB, 2, impasse Lebouis, Paris 14e

01 56 80 27 00

----

1 August Sander, Instituteur

2 August Sander, Ouvrier ; Propriétaire terrien

3 Henrich Hoerle, Homme, 1920 ; Franz W. Seiwert, Travailleur, 1924 ; Travailleurs, 1930, photographié par A. Sander

4 Gerd Arntz, Douze maisons de notre temps, stade, theatre, bordel, immeuble, banque, bar, grand magasin, hotel, usine, hopital, caserne, prison, 1927 ; Responsabilities of the Chamber for employees and workers, Isotype, Musée économique et social de Vienne, 1928

5 August Sander, Ingénieur, Pâtissier, Agent de police, L'industriel, Chômeur

6 August Sander, Le jeune homme d'affaire, Les révolutionnaires, Charbonnier, Lycéen, Jeunes paysannes

7 August Sander, Les travailleurs intellectuels prolétariens (Else Schuler, Tristan Remy, Franz W. Seiwert, Gerd Arntz) vers 1925

---

Selon l'article L 122-5 du Code de la propriété intellectuelle: «Lorsque l'oeuvre a été
divulguée, l'auteur ne peut interdire: (...) les analyses et courtes citations justifiées par le caractère
critique, polémique, pédagogique, scientifique ou d'information de l'oeuvre à laquelle elles sont
incorporées.» La jurisprudence reconnaît aux photogrammes ou vidéogrammes de films la qualité
d'extrait bref, constitutif de l'exception de citation. Dans les conditions énoncées par la loi, la
publication de ces images ne suppose donc pas de demande d'autorisation préalable aux auteurs
ou à leurs ayants-droits.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Extrême droite
Révélations sur les grands donateurs de la campagne d’Éric Zemmour
Grâce à des documents internes de la campagne d’Éric Zemmour, Mediapart a pu identifier 35 de ses grands donateurs. Parmi eux, Chantal Bolloré, la sœur du milliardaire Vincent Bolloré, qui siège au conseil d’administration du groupe. Premier volet de notre série sur les soutiens du candidat.
par Sébastien Bourdon, Ariane Lavrilleux et Marine Turchi
Journal
La réplique implacable de Laurent Joly aux « falsifications » sur Vichy
En amont du procès en appel ce jeudi du candidat d’extrême droite pour contestation de crime contre l’humanité, l’historien Laurent Joly a publié un livre dévastateur. Il pointe ses mensonges sur le régime de Vichy, et analyse les raisons politiques de cette banalisation des crimes de l’époque.
par Fabien Escalona
Journal — Europe
Le double « je » de Macron au Parlement européen
Mercredi, à Strasbourg, Emmanuel Macron et ses adversaires politiques ont mené campagne pour la présidentielle française dans l’hémicycle du Parlement européen, sous l’œil médusé des eurodéputés étrangers. Le double discours du chef de l’État a éclipsé son discours sur l’Europe.
par Ellen Salvi
Journal — Médias
Bolloré : la commission d’enquête se mue en café du commerce
Loin de bousculer Vincent Bolloré, la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est montrée approximative et bavarde, mercredi, au lieu d’être rigoureuse et pugnace. L’homme d’affaires a pourtant tombé un peu le masque, laissant transparaître ses attaches patriotiques ou nationalistes.
par Laurent Mauduit

La sélection du Club

Billet de blog
Primaire et sixième République : supprimons l'élection présidentielle
La dissolution de l'Assemblée afin que les législatives précèdent la présidentielle devrait être le principal mot d'ordre actuel des partisans d'une sixième République.
par Jean-Pierre Roche
Billet de blog
Élection présidentielle : une campagne électorale de plus en plus insupportable !
Qu’il est lassant d’écouter ces candidats qui attendent des citoyens d'être uniquement les spectateurs des ébats de leurs egos, de s'enivrer de leurs mots, de leurs invectives, et de retenir comme vainqueur celle ou celui qui aura le plus efficacement anéanti son adversaire !
par paul report
Billet de blog
Lettre aux candidats : vous êtes la honte de la France
Course à la punchline, postillonnage de slogans... vous n'avez plus grand chose de politiques. Vous êtes les enfants de bonne famille de la communication. Vous postulez à un rôle de gestionnaire dans l’habit de Grand Sauveur. Mais je suis désolée de vous apprendre que nous ne voulons plus d’homme providentiel. Vous avez trois trains et quelques générations de retard.
par sarah roubato
Billet de blog
Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme
La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.
par Martine Chantecaille