Bouteille à la mer d’une prof d’anglais qui n’y comprend plus rien

État des lieux désespéré de la réforme du bac vue de l'intérieur, à mi-chemin de l'année scolaire. Avec des vrais morceaux de colère dedans.

Nota : Toutes les citations entre guillemets et en italiques proviennent de textes officiels ou de phrases prononcées par divers échelons de ma hiérarchie.

Il paraît qu’« il y a un hiatus dans l’exigence un peu plus forte » à laquelle les professeurs font face. C’est mon ministre qui me l’a dit la semaine dernière. Il ne s’adressait pas à moi personnellement, mais je l’ai quand même pris dans la figure.

C’est ma trentième année de carrière. Quand j’ai découvert les programmes de la nouvelle spécialité qui me concerne (l’anglais), j’ai trouvé ça intéressant : beaucoup de contenu culturel, des œuvres littéraires complètes, une grande liberté aussi dans le choix des documents et des approches. J’ai donc consacré un certain temps l’été dernier à bâtir une progression cohérente, ambitieuse, accessible aussi. Je tiens ce document à disposition, il peut être comparé aux diaporamas qu’on nous a montrés en formation, rappelant les Power Points des années 1980 avec dessins, flèches, cartes mentales et petits logos.

Après tout, chacun procède comme il l’entend puisqu’il s’agit de « construire le lycée des possibles ». J’ai travaillé seule, laissant de côté les conseils du type « Il faut greffer le culturel et le sociétal à l’œuvre pour en sortir et mieux y rentrer » qui ne m’aidaient pas. Au bout de quelques semaines de pratique, en décembre dernier, j’ai comparé ce que j’avais élaboré avec le travail de mes trois collègues. Chacun avait procédé à sa manière de son côté. Nous comptions comparer, discuter de ce qui avait plus ou moins fonctionné.

Mais là, coup de théâtre.

Le 7 janvier dernier, j’apprends que finalement cette nouvelle spécialité est bien trop littéraire et qu’une autre spécialité ouvria en septembre 2020, vers laquelle les élèves pourront éventuellement bifurquer. Ça s’appellera « anglais – monde contemporain ». Ça consistera à « laisser une place de choix à la lecture de la presse et à l’expression orale ». Pour l’instant, je n’en sais pas plus. C’est embêtant car mes élèves doivent décider en mars s’ils continuent la spécialité actuelle, s’ils optent pour la nouvelle dont ils ne savent rien et moi non plus, ou s’ils arrêtent carrément l’anglais en tant que spécialité.  

(Signalons au passage que les autres langues ne sont pas concernées par cette nouveauté. Pourquoi ? Mystère.)

Maintenant, je voudrais vous parler de l’anglais « normal », comme disent les élèves, c’est-à-dire obligatoire pour tous, celui qu’on évalue lors des désormais fameuses E3C (les Épreuves Communes de Contrôle Continu), qui comptent pour 30% du nouveau bac et battent leur plein au moment où j’écris.

Une réunion à la mi-juin 2019 nous annonçait : « Les banques de sujets ouvriront (publiques ou non : il y a encore débat) mi-septembre. » Elles ont finalement ouvert le 9 décembre, avec des sujets non classés par thèmes (pardon, on dit « axes », c’est plus dynamique), à charge pour nous d’en choisir deux en dix jours. Tout en continuant à faire cours. Pas de chance, c’était aussi la période des conseils de classes.

Vite, vite, il est déjà temps de s’inquiéter de préparer les élèves de Première aux deuxièmes E3C, pour fin avril. En anglais, on le sait, il y aura des questions de compréhension de texte. Des questions différentes dans leur forme de celles de l’ancien bac. Ou alors pas de question, juste une consigne générale. On verra quand la nouvelle banque de sujets ouvrira, pour l’instant on navigue dans le flou. Voilà tout ce que je sais à l’issue d’une formation (pardon, une « animation », mais pour qui nous prend-on à la fin ?) de mi-janvier. Les élèves, eux, veulent des détails sur les E3C2. Je n’ai rien à leur dire. J’ai l’air d’une incompétente. Je n’aime pas ça.

Mais voilà qu’il est temps aussi de corriger en ligne les premières E3C. Ma hiérarchie m’avait annoncé des lots d’environ 35 copies, mon inspection de 18 à 25. Finalement ce sera 41 pour moi, 45 pour certains collègues, 60 pour d’autres. Ah non, me dit-on, c’était un malentendu, 18 c’était un « niveau plancher, pour l’indemnité forfaitaire semble-t-il ». (Décidément, pour une prof agrégée, elle ne comprend vraiment rien, celle-là.) Et puis « la taille des paquets dépend grandement de l’organisation de la correction définie dans chaque établissement et qui est fonction d’un grand nombre de facteurs. » Débrouillez-vous avec ça… De toute façon, vers qui se tourner ? C’est « la machine qui affecte les copies ». Oui oui, c’est la Machine qui décide. Sans doute celle qui répondait 42. Franchement, la Machine qui décide. Vaut-il mieux entendre ça que d’être sourd ? Est-ce aussi la Machine qui a décidé que nous serions payés 50€ brut pour chaque « lot », quel que soit le nombre de copies qu’il contient ? Peu importe puisque si j’ai bien compris, il s’agit d’une indemnité exceptionnelle pour cette année seulement. Est-ce aussi la Machine qui a mis au point le scan vertical des copies qui laisse 2/3 de l’écran vide ?

Allez, une parenthèse pour se détendre : les aménagements officiels pour les élèves porteurs de handicap étaient « en cours de validation » le 22 janvier, pour des épreuves commençant le 20. C’est ça, l’avant-veille. Sans commentaire. Vive « l’inclusion ». Mes élèves sourds et aveugles se débrouilleront, puisque c’est « le lycée des possibles ». 

Je terminerai avec cette nouveauté qu’est le grand oral, qui comptera pour 10% de la note du bac et que les élèves passeront en terminale au printemps 2021, pas d’urgence, donc. Ah oui mais « dès la classe de Première, avec ses enseignements de spécialité, chaque élève choisira un projet qu’il préparera sur deux ans. » Oui mais non, car à cette heure, aucune information sur les modalités de cette épreuve ne nous est parvenue, alors la préparer dès la classe de Première est tout bonnement impossible ! Seule information reçue en juin 2019 : « Le lien entre spécialité anglais et grand oral reste à définir. » Depuis, silence radio.

Voilà, j’arrive au bout de mes questions, de mes motifs de mécontentement professionnel (je ne vous parle là que de mes malheurs de prof d’anglais, mais sachez que les enseignants des autres matières ont eux aussi une légitime colère). Quelqu’un au ministère saura-t-il y répondre en quelques phrases simples, en évitant les mots « synergie » et « tremplin », et ne pas me répéter qu’« il est nécessaire de repositionner le bac en le modernisant » ? Comprendrez-vous enfin qu’on ne peut pas bien travailler en avançant ainsi à tâtons ? Qu’on passe pour des rigolos ? Que c’est humiliant quand on a une conscience professionnelle, quand des élèves et des parents attendent de nous des précisions qu’on ne peut pas leur donner ?

Je cite le rapport qui a présidé à tout ça : « Première exigence : ne pas alourdir la part du travail de correction des enseignants, d’organisation des équipes administratives et, plus généralement, ne pas perturber le fonctionnement ordinaire du lycée. » C’est pourtant exactement ce à quoi on assiste. « Il serait en effet très décevant que le nouveau baccalauréat repose sur un niveau de contraintes organisationnelles comparables au système actuel et que l’allègement rendu possible par la réduction du nombre des épreuves terminales soit perdu par le transfert de la charge sur d’autres périodes de l’année scolaire. » Décevant ou prévisible, le chaos est total : épreuves qui se déroulent dans la plus grande confusion, proviseurs adjoints talonnés par les délais, périodes de réunions et de corrections qui s’enchaînent, tout le monde a la tête sous l’eau.

Je n’ai pas abordé mes motifs de mécontentement citoyen : l’incroyable rupture d’égalité que constituent les E3C (tous les élèves ne passent pas en même temps les épreuves, les sujets se retrouvent immédiatement en ligne alors qu’ils peuvent avoir été choisis par d’autres lycées, les conditions d’examen et de surveillance varient etc.), l’irruption de la police dans les lycées, les élèves gardés à vue, parfois même préventivement (bonjour Minority Report !), d’autres s’en sont chargés. Mais vraiment, au bout de tout cela, après tout ce mépris, je n’en peux plus alors qu’au fond, j’aime mon métier.

PS : J’ai hésité à écrire et envoyer ce texte parce que je suis une prof, c’est-à-dire une bonne élève redoutant les punitions. J’espère toutefois que je recevrai une autre réponse qu’une sanction décidée par la Machine.

Florence Arié, prof d'anglais au lycée Buffon, Paris

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.