Florence Braud
Prof HG, citoyenne du monde
Abonné·e de Mediapart

17 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 sept. 2015

l'indifférence meurtrière! dans la rue samedi à Paris, Place de la République, à 17 h!!!

Florence Braud
Prof HG, citoyenne du monde
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Tout y est dans ce récit tragique : l'indifférence meurtrière des gouvernements canadien, turc et de l'Union européenne. Pas un pour racheter l'autre. Mort quasi programmée. Des Kurdes de Kobané, les héros de la résistance à DAESH refoulés, et la mort d'enfants. Mais citoyens gouvernants, il y en a eu déjà des milliers et des milliers de héros, d'enfants innocents !! Allez citoyens de la base : dans la rue samedi à Paris, Place de la République, à 17 h!!!

http://laregledujeu.org/2015/09/03/25826/qui-etait-aylan-kurdi-le-petit-syrien-dont-la-photo-a-emu-le-monde/

Qui était Aylan Kurdi, le petit Syrien dont la photo a ému le monde ?

3 septembre 2015 par Alexandra Profizi

Le parcours de la famille de l'enfant mort retrouvé sur une plage de Turquie.

A gauche, Abdhullah Kurdi avec ses deux fils, Aylan, 3 ans, et Ghalib, 5 ans, qui ont tous deux péri. A droite, l'image d'Aylan retrouvé mort sur une plage de Turquie.

Après avoir été posté sur les réseaux sociaux mercredi, l’épouvantable cliché a rapidement été qualifié de « photo de la honte ».

Qui est l’enfant sur cette photo ? Il s’appelle Aylan Kurdi. Il est syrien, et est âgé de trois ans. Son corps a été retrouvé mercredi matin, sur l’une des plages de la station balnéaire très populaire de Bodrum, en Turquie. La veille au soir, il avait embarqué avec ses parents et son frère Ghalib, 5 ans, dans un canot pour rejoindre l’Europe par l’île grecque de Kos, l’un des plus courts passages maritimes entre la Turquie et l’Europe.

Très vite après leur départ, la mer s’est déchaînée. Le passeur turc a abandonné l’embarcation, un canot pneumatique de cinq mètres, qui a chaviré, une heure seulement après leur départ, emportant avec elle une douzaine de passagers.

Après avoir vu sa famille emportée par les vagues, Abdullah, le père, seul survivant de la famille, est resté trois heures dans l’eau avant d’être secouru par les garde-côtes grecs. D’après la journaliste Jenan Moussa, il avait emprunté de l’argent et payé 4000 euros pour que sa famille puisse monter sur le canot.

L’enterrement des deux enfants et de leur mère est attendu à Kobané dans les 48 heures à venir. Abdullah a confié à un journaliste de la BBC : « je veux juste revoir mes enfants une dernière fois, et rester avec eux pour toujours ».

La famille, des Kurdes vivant à Kobané, avait pris la fuite après les massacres commis par l’Etat islamique. Abdullah a été coiffeur à Damas, mais a dû quitter la ville lorsque la guerre civile syrienne a éclaté. « Ils ont quitté Damas en 2012 pour Alep, et lorsque des combats s’y sont déclarés, ils sont partis à Kobané », explique Mustefa Ebdi, un journaliste de Kobané contacté par l’AFP. A l’automne 2014, la famille s’est rendue en Turquie mais Abdullah n’est pas parvenu à gagner sa vie là-bas. En janvier 2015, lorsque le siège de Kobané a pris fin, ils y sont retournés, avant de devoir à nouveau fuir lorsque Daech a lancé une nouvelle offensive en juin. Cela faisait un mois qu’ils étaient en Turquie. Ils rêvaient d’un futur au Canada, et ce n’était pas leur première tentative d’aller en Grèce.

« J’ai appris la nouvelle à 5h du matin », dit Teema Kurdi, la sœur d’Abdullah, au National Post, depuis Vancouver, où elle vit. Teema est coiffeuse et a émigré au Canada il y a plus de vingt ans. Elle a également précisé que la famille espérait rejoindre le Canada, après la traversée de l’Europe, pour y vivre auprès d’elle. Mais, plus tôt dans l’année, la famille avait vu sa demande d’asile rejetée par les autorités canadiennes.

Abdullah, sa femme et leurs deux enfants pouvaient pourtant bénéficier d’une demande d’asile financée de façon privée, grâce au système du « Group of Five ». Un Group of five (G5) est un groupe d’au moins cinq Canadiens – ou résidents permanents – qui s’engagent à financer un réfugié résidant à l’étranger, afin de le faire venir au Canada. Teema raconte : « J’essayais de réunir les fonds, et j’avais des amis et des voisins qui m’ont aidée à faire des dépôts à la banque, mais nous ne sommes pas parvenus à les faire sortir, et c’est pour cela qu’ils sont montés sur ce bateau. Je payais un loyer pour eux en Turquie, mais la façon dont ils traitent les Syriens, là-bas, est horrible. »

Mais seul un demandeur d’asile qui a déjà été reconnu en tant que réfugié par les Nations unies ou par un Etat étranger peut être accepté. Le Ministère de la citoyenneté et de l’immigration canadien a rejeté la demande de la famille Kurdi en juin parce qu’ils avaient déjà quitté la Syrie et avaient fait leur demande depuis la Turquie. Le ministre de l’immigration canadien n’a pas encore fait de commentaire à ce sujet.

Le gouvernement turc avait refusé de leur accorder un visa de sortie tandis que l’Europe, impassible, se renferme.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Le naufrage d’un ministre désinvolte
Le voyage de Jean-Michel Blanquer aux Baléares, à la veille d’une rentrée scolaire à haut risque, résume deux années de gestion de la pandémie de Covid-19 : par désintérêt manifeste, il n’a jamais répondu aux craintes et à l’épuisement des enseignants comme des familles. 
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Anne Hidalgo face à Mediapart
Ce soir, une invitée face à la rédaction de Mediapart : la maire de Paris et candidate socialiste à l’élection présidentielle.  
par à l’air libre
Journal — Industrie
Industrie française : l’attractivité de la rente
Accusé d’être le fossoyeur de l’industrie, Emmanuel Macron entend contre-attaquer : grâce à sa politique, la France aurait retrouvé son attrait pour les investisseurs étrangers. Mais il confond compétitivité-prix et attractivité, qui repose sur des écosystèmes détruits systématiquement par le gouvernement au profit d’un capitalisme de rente.
par Martine Orange
Journal
La Serbie fait front derrière son héros Novak Djoković
Les aventures australiennes de l’actuel numéro un du tennis mondial, et son expulsion, ont mobilisé la Serbie, qui a défendu bec et ongles son champion. Sûrement parce qu’il incarne depuis plus d’une décennie les espoirs de tout le pays, mais aussi ses profondes contradictions. 
par Jean-Arnault Dérens, Laurent Geslin et Simon Rico

La sélection du Club

Billet de blog
Université et Recherche, fondements d'une VIème République, démocratique et sociale
Emmanuel Macron a prononcé un discours au congrès de la conférence des présidences d’Universités ce jeudi 13 janvier, dans lequel il propose une réforme systémique de l’université. Des chercheurs et enseignants-chercheurs membres du parlement de l’Union Populaire, des députés, ainsi que des membres de la communauté universitaire lui répondent.
par Membres du parlement de l’Union Populaire
Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points
Le vendredi 14 janvier 2022, vous avez déclaré « je ne suis pas parfait, je fais des erreurs… ». La liste des erreurs est longue. Une lettre d'une professeur de Lycée Pro, qui décline la longue liste des excuses qui serait nécessaire à Blanquer, bien plus que ce que le mouvement des derniers jours lui a arraché du bout des lèvres.
par Samy Johsua
Billet de blog
La gauche et l’éducation : l’impensé des savoirs scolaires
D’un débat entre représentants des candidats de gauche et de l’écologie sur l’éducation ressort l’impensé partagé des savoirs scolaires.
par Jean-Pierre Veran