Florence Braud
Prof HG, citoyenne du monde
Abonné·e de Mediapart

17 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 sept. 2015

Rassemblement ce samedi 5, à Paris, place de la République, à 17h !

Florence Braud
Prof HG, citoyenne du monde
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pas en notre nom  #PasEnNotreNom #Réfugiés #Europe #RefugeesDignity

Un mouvement citoyen né en réaction à l'épouvantable condition des migrants appelle à se rassembler ce samedi à Paris, Place de la République

Trois mille personnes, hommes, femmes, enfants, sont mortes ces derniers mois en essayant de rejoindre l’Europe. Les réfugiés affluent quotidiennement dans des conditions iniques. Peut-être le temps est-il venu pour notre société de se rassembler avec ampleur pour soutenir l’accueil de ces damnés de la terre ? Des voix se sont levées, déjà, des ONGs s’épuisent, des initiatives individuelles fleurissent, des artistes s’engagent mais quid du mouvement massif que la situation exige ?

Un évènement, peut-être un mouvement, discrètement revendiqué circule actuellement sur les réseaux sociaux. Les initiateurs de ce bouillonnement né sur Facebook, nous invitent à nous mobiliser pour l’accueil des réfugiés ce samedi à 17h, place la République, en tant que « simples citoyens ne pouvant rester indifférents à une tragédie humaine qui déshonore la France et l’Europe ». Dans l’appel inscrit sur le tract numérique, on peut y lire les arguments de cette belle démarche de solidarité :

« […] Pour montrer notre solidarité et marquer notre indignation. Pour demander l’accueil des réfugiés et le respect de la dignité humaine de tous les migrants. Pour dire que l’Europe ne peut se hérisser de murs et transformer ses mers en charniers sans perdre son âme. Notre âme. Pour affirmer que pareilles politiques répressives menant à tant de drames humains ne sauraient être menées en notre nom. Pour partager notre honte, mais aussi nos espoirs […] »

Le titre et les slogans de la manifestation donnent le ton de la mobilisation sur les réseaux sociaux : #PasEnNotreNom #Réfugiés #Europe #RefugeesDignity. À utiliser sans modération.

Derrière ces hashtags, des citoyens solidaires sans bannière ni drapeau, de plus en plus nombreux, qui souhaiteraient voir de tels rassemblements se dérouler en région, et promettent, en tout cas, de se rendre Place de la République à Paris, toutes les semaines à partir de ce week-end.

Peut-être est-ce là le début d’une grande vague de solidarité, à l’instar de ce qu’il se passe en Allemagne ? Difficile de le dire mais c’est finalement à chacun d’entre nous de jouer, ici et maintenant.

Une crise migratoire submerge l’Europe, dit-on. En réalité une crise de réfugiés, devenue le symptôme de la difficulté européenne à s’accorder sur ses valeurs fondatrices.

Si Laurent Fabius s’est dit scandalisé par les pays d’Europe n’acceptant pas les contingents de répartition des exilés, la Hongrie d’Orban a entamé l’édification d’un mur pour tenter d’endiguer le flux de réfugiés et exige que soient trouvées des solutions communes face à « la pression stupéfiante et dramatique subie du fait de la migration via les Balkans de l’Ouest ». Elle semble surtout patauger. Tout comme la Serbie voisine. Car la violence de ce mur ne règlera en rien la situation, sauf à tenter de rassurer une population déjà soumise aux dérives haineuses de son administration. Ce qu’un mur produit sur un réfugié fuyant la guerre et la mort pour sauver sa famille : prises de risque, drames et malheurs en plus, mais il ne l’arrêtera en rien.

L’Allemagne quant à elle, ironie de l’histoire contemporaine, est devenue le nouvel eldorado pour les arrivants de Syrie, d’Irak, d’Afghanistan ou du Pakistan. De nombreux élans populaires de soutien aux réfugiés y ont vu le jour dans la presse, les stades et les rues. Angela Merkel, la chancelière allemande, a barré clairement la route à toute manifestation d’intolérance : « Les droits civils universels étaient jusqu’ici étroitement associés à l’Europe et à son histoire. Si elle échoue sur la question des réfugiés, ce lien étroit se briserait et ce ne serait plus l’Europe telle que nous nous la représentons », a-t-elle prévenu.

Pour l’heure, aucun consensus, excepté sur la date d’une réunion des ministres européens de la justice et des affaires intérieures réclamée par Berlin et Paris. Il est venu le temps pour nous de battre le pavé….

Pour suive la mobilisation, cliquez ici.

Aline Le Bail-Kremer http://laregledujeu.org/2015/09/02/25815/pas-en-notre-nom/  2 septembre 2015

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gouvernement
Covid : Blanquer a annoncé le nouveau protocole des écoles depuis Ibiza
Les vacances de fin d’année du ministre, mis en cause pour sa gestion tardive de la crise sanitaire, suscitent depuis plusieurs jours des tensions au sein du gouvernement. Son entretien polémique au « Parisien », qui a provoqué la colère des enseignants, a en réalité été réalisé depuis l’île des Baléares, a appris Mediapart. Ce qui avait été caché. 
par Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
La Serbie fait front derrière son héros Novak Djoković
Les aventures australiennes de l’actuel numéro un du tennis mondial, et son expulsion, ont mobilisé la Serbie, qui a défendu bec et ongles son champion. Sûrement parce qu’il incarne depuis plus d’une décennie les espoirs de tout le pays, mais aussi ses profondes contradictions. 
par Jean-Arnault Dérens, Laurent Geslin et Simon Rico
Journal
Avec Roberta Metsola à la tête du Parlement, la droite se rapproche du « Grand Chelem » à Bruxelles
Malgré ses positions anti-IVG, la conservatrice maltaise a été élue mardi avec une large majorité – et les voix des eurodéputés LREM - à la présidence du Parlement européen. La droite dirige désormais presque toutes les institutions de premier plan au sein de l’UE.
par Ludovic Lamant
Journal
Après un mois de débats, l’Autriche se dirige vers l’obligation vaccinale
Le Parlement, qui a reçu 110 000 contributions citoyennes, a commencé lundi l’examen du projet de loi introduisant la vaccination obligatoire générale. Le texte devrait être voté dans la semaine et entrer en vigueur en février, malgré les nombreuses réserves qu’il suscite. 
par Vianey Lorin

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points
Le vendredi 14 janvier 2022, vous avez déclaré « je ne suis pas parfait, je fais des erreurs… ». La liste des erreurs est longue. Une lettre d'une professeur de Lycée Pro, qui décline la longue liste des excuses qui serait nécessaire à Blanquer, bien plus que ce que le mouvement des derniers jours lui a arraché du bout des lèvres.
par Samy Johsua
Billet de blog
La farandole ultra-droitière d'un ministère de « l'Instruction publique »
Eric Zemmour vient de présenter comme un point important de son programme éducatif la « création d'un grand ministère de l'Instruction publique ». Cela avait déjà été préconisé dès 2013 dans le projet d'« une droite forte » rédigé par deux secrétaires nationaux de l'UMP : Guillaume Peltier et Didier Geoffroy. Et Jean-Michel Blanquer l'aurait aussi suggéré à Emmanuel Macron lors de sa nomination.
par claude lelièvre
Billet de blog
Université et Recherche, fondements d'une VIème République, démocratique et sociale
Emmanuel Macron a prononcé un discours au congrès de la conférence des présidences d’Universités ce jeudi 13 janvier, dans lequel il propose une réforme systémique de l’université. Des chercheurs et enseignants-chercheurs membres du parlement de l’Union Populaire, des députés, ainsi que des membres de la communauté universitaire lui répondent.
par Membres du parlement de l’Union Populaire
Billet de blog
La gauche et l’éducation : l’impensé des savoirs scolaires
D’un débat entre représentants des candidats de gauche et de l’écologie sur l’éducation ressort l’impensé partagé des savoirs scolaires.
par Jean-Pierre Veran