florence prudhomme
Abonné·e de Mediapart

22 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 janv. 2016

Jours sombres à Calais

« Avant », ils ont fait le voyage le plus périlleux qu’on puisse imaginer : naufrages, passeurs, frontières hérissées de barbelés, menaces et violences. Aujourd'hui, ce sont les jours sombres à Calais.

florence prudhomme
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Par Florence Prudhomme, Solidarité Calais. Avant « avant », dans des pays en guerre, où les populations sont massacrées et bombardées, ils ont dû abandonner leur maison, leur famille, leur langue, leur pays, leur profession. Dans l’espoir de reconstruire leur vie. A Calais, dernière étape du voyage, ils ont trouvé la porte close, verrouillée, cadenassée. Calais, port du bout du monde pour eux, devait leur permettre de gagner l’Angleterre, qu’ils pensaient être leur pays d’accueil, mais qui leur refuse tout asile et toute hospitalité.

Ils sont restés là. Coincés. 4 500 à 6 000 personnes, là, depuis des mois dans des conditions de vie déplorables, inhumaines. Dans le froid, la boue, le manque d’hygène. Ils ont fait face, construisant avec les bénévoles et les associations des abris, des cabanes, des lieux collectifs, des écoles, des restaurants. Ils ont organisé des concerts, des expositions… Ils ont subi les assauts réitérés des forces de police.

Lundi 11 janvier, à peine installé, le camp de containers de l’Etat a eu droit à une couverture médiatique conséquente. Pourtant les candidats ne semblent pas se précipiter dans ces baraquements de tôle, alignés militairement, dotés de fenêtres minuscules, dans des espaces sans confort, exigus, sans douches ni lavabos, aux lits superposés, comme en prison… Le camp de l’Etat est entouré de grillages avec des maîtres-chiens. Il est ouvert la nuit sur présentation de la paume de la main.  

Le vendredi précédent, les réfugiés ont appris des associations, elles-mêmes informées par la préfète, qu’un espace de 100 mètres devait être dégagé autour de la « jungle » et qu’il fallait ôter les abris, cabanes et tentes s’y trouvant. Au bas mot cette mesure concerne près de 1 000 personnes. Cette destruction illégale n’a été précédée d’aucun jugement d’expulsion...  

Alors qu'ils ont déjà tout perdu, ils vont aller où ?

Dans ce contexte, la préfète du Pas-de-Calais se fait menaçante. Elle n’hésite pas à affirmer que « la structure n’est pas provisoire, c’est l’hébergement de personnes qui doivent comprendre qu’elles n’ont pas d’avenir à Calais ». Pas d’avenir… Comment prononcer pareille condamnation à l’égard d’êtres humains venus se réfugier là, dans l’espoir de passer en Angleterre ?  Comment oser les priver d’avenir ? Alors qu’ils ont déjà été arrachés à leur passé, à tout ce qui composait leur vie « avant »… Xavier Bertrand aussi se fait menaçant. Il réclame la présence de l’armée. Pour utiliser les véhicules blindés tout juste livrés à Calais ? Sa demande se fonde sur la fatigue des forces de police. Elles seraient « à bout ». Pourtant le rituel des harcèlements nocturnes à coups de grenades lacrymogènes accompli chaque nuit par les CRS a été renforcé par la présence à leurs côtés de groupes d'extrême-droite aguerris. Ce sont légitimement les réfugiés qui sont à même d’être à bout. Ils ont construit des abris, des cabanes, aidés par des bénévoles formidables, anglais et français. Aujourd'hui leurs efforts inlassables, leurs constructions d'abris, sont menacés. « Bons » pour la démolition. Et pour la destruction par bulldozer. En plein hiver, sans aucun respect pour la « trêve hivernale ». Sans aucun respect pour les conventions internationales, dont celle sur la protection contre la torture et les mauvais traitements.

Dernière minute, dernière trouvaille … La société Eurotunnel qui a fait raser en septembre 103 hectares de végétation vient d’inonder ces zones. Après avoir installé 29 kms de barrières de haute sécurité, pour enlever toute possibilité de se cacher pour les migrants, ainsi que des contrôles infrarouges ou par ondes, plus des clôtures électrifiées, des scanners, la société vient d’inonder les terrains concernés pour créer des obstacles infranchissables, des douves – avec deux lacs artificiels vers le centre commercial Cité Europe -, pour empêcher l’accès aux clôtures et leur éventuel franchissement.

Merci à toutes celles et ceux qui, contre vents et marées, affirment leur solidarité indéfectible. Merci à l'Auberge des migrants, à l'Ecole laïque, à l'Ecole des arts et métiers. Je ne cesse de penser à eux, à nous, réfugiés et bénévoles.

Résistons pacifiquement à leurs côtés.

A très bientôt, Florence

solidaritecalais@gmail.com

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le grand bond en arrière climatique
Et si le climat était une victime de la guerre en Ukraine ? Face au risque de pénurie énergétique provoquée par le conflit, les pays européens préparent un recours accru au charbon et au gaz fossile. Une marche arrière alarmante, à l’heure de l’urgence climatique, qui met en lumière notre terrible retard en matière de transition écologique.
par Mickaël Correia
Journal
Viktor Orbán est-il de plus en plus isolé en Europe ?
Embargo sur le pétrole russe, État de droit, guerre en Ukraine... Sur plusieurs dossiers, le premier ministre hongrois, à l’aube de son quatrième mandat consécutif, diverge de la majorité des Vingt-Sept. Débat avec une eurodéputée et un historien spécialiste de la région.
par Amélie Poinssot
Journal — Histoire
Le docteur est-il encore en vie ?
Le 4 mars 1957, le docteur Slimane Asselah est enlevé dans son cabinet médical, au milieu de la casbah d’Alger, par les forces de l’ordre françaises. Mort ou vif, sa famille ne l’a jamais revu. Deuxième volet de notre série.
par Malika Rahal et Fabrice Riceputi
Journal — Amérique du Sud
En Équateur, victoire en demi-teinte pour les autochtones après 18 jours de lutte
Un accord a été conclu jeudi entre le gouvernement et les responsables autochtones, à l’issue d’une longue grève générale, pour réclamer de meilleures conditions de vie. Dans la capitale Quito, la « Casa de la Cultura » (Maison de la culture) a été un endroit clef du mouvement.
par Alice Campaignolle

La sélection du Club

Billet de blog
Sale « Tour de France »
On aime le Tour de France, ses 11 millions de spectateurs in situ (en 2019) et on salue aussi le courage de Grégory Doucet stigmatisant le caractère polluant de l’événement. Une tache qui s’ajoute à celle du dopage quand le Tour démarre ce 1er juillet à Copenhague, où l’ancien vainqueur 1996 rappelle la triche à peine masquée. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Apprendre à désobéir
Les derniers jours qui viennent de s’écouler sont venus me confirmer une intuition : il va falloir apprendre à désobéir sans complexe face à un système politique non seulement totalement à côté de la plaque face aux immenses enjeux de la préservation du vivant et du changement climatique, mais qui plus est de plus en plus complice des forces de l’argent et de la réaction.
par Benjamin Joyeux
Billet de blog
Chasse au gaspi ou chasse à l'hypocrisie ?
Pour faire face au risque de pénurie énergétique cet hiver, une tribune de trois grands patrons de l'énergie nous appelle à réduire notre consommation. Que cache le retour de cette chasse au gaspillage, une prise de conscience salutaire de notre surconsommation ou une nouvelle hypocrisie visant préserver le système en place ?
par Helloat Sylvain
Billet de blog
Aucune retenue : l'accaparement de l'eau pour le « tout-ski »
J'ai dû franchir 6 barrages de police et subir trois fouilles de ma bagnole pour vous ramener cette scandaleuse histoire de privatisation de l'eau et d'artificialisation de la montagne pour le « tout-ski » en Haute Savoie.
par Partager c'est Sympa