La Bibliothèque vivante de la «Jungle» de Calais

La « Bibliothèque vivante » a pour vocation de recueillir, recenser et transmettre les textes écrits ou dits par les réfugié-e-s, à la "Jungle" de Calais et ailleurs. Elle est née pour faire entendre la voix des réfugiés et faire connaître leurs paroles, leurs cris, leurs espoirs, leurs vies.

La « Bibliothèque vivante » a pour vocation de recueillir, recenser et transmettre les textes écrits ou dits par les réfugié-e-s, à la "Jungle" de Calais et ailleurs. Elle est née pour faire entendre la voix des réfugiés et faire connaître leurs paroles, leurs cris, leurs espoirs, leurs vies. Elle est conçue comme un lieu de rassemblement des textes et de témoignages écrits de celles et ceux qui souhaitent ou veulent faire connaître au monde ce qu’ils ont vécu avant - dans leur pays d’origine -, ou pendant et après leur exil vers l’Europe.

Rassembler ces textes, c’est faire émerger une histoire individuelle et une histoire collective, celle de centaines de milliers de réfugiés qui ont parcouru des dizaines de milliers de kilomètres, fuyant la mort, la guerre, les massacres, dans l’espoir de trouver refuge pour reconstruire leur vie. Recueillir ces textes, c’est rendre hommage à leur courage et c’est témoigner de la richesse polyphonique de leurs vies, qui doit être écrite et préservée. Connaître leurs vies, c’est aussi échapper aux amalgames désastreux que subissent les réfugiés, en plus des conditions inhumaines et indignes dans lesquelles ils sont maintenus.
Leur texte peut à leur gré faire le récit de :
• Leur vie passée, leur enfance, leur famille, leurs paysages, leurs souvenirs, les récits et les chants, la musique, entendus dans leur enfance et jusqu’à récemment encore, avant de quitter par force leur pays, leur maison, leur langue, leur culture.
• Leurs trajets vers l’Europe.
• La vie présente, leurs attentes, leurs rêves, leurs souhaits, leur colère, leurs besoins. Les bons et les mauvais souvenirs.
• De thèmes qu’ils choisiront.
Il n’est donné aucune consigne de style, ni de longueur de texte. Les textes peuvent être des poèmes, des cris, ou autres. Ceux qui le souhaitent écrivent dans leur langue d’origine.
Les participants sont accompagnés par des personnes qui, sans être des psychologues professionnels, ont une écoute bienveillante ou qui, sans être nécessairement des professeurs ou des écrivains, peuvent donner des conseils à celles et ceux qui le souhaitent. Des écrivains, des libraires, des artistes, seront occasionnellement invités à partager une séance de l’atelier  « Bibliothèque vivante ».
Les séances d’échanges sur les écrits ont lieu dans la salle de réunion de l’Ecole laïque (adultes). Entre temps chaque participant peut écrire dans un cahier. Lors des séances collectives, chaque participant écoute les autres, pose les questions qu’il souhaite. L’échange entre des personnes ayant vécu des expériences proches est souvent un appui pour chacun d’entre eux.

Cet atelier s’inspire d’une expérience similaire menée au Rwanda avec des rescapés du génocide des Tutsi. Dans le contexte de la « Maison de quartier Rwanda avenir » une trentaine de femmes et d’hommes, jeunes ou âgés, ont écrit chacun leur Cahier de mémoire, sur le principe de « avant »,  « pendant » et « après » le génocide. Cette expérience a donné lieu à une publication individuelle remise à chacun dans sa langue, le kinyarwanda. La plupart des textes ont été traduits en français.
Cet atelier s’inspire également des « Maisons pour tous », créées après le tsunami au Japon. Et des sections « Human library », ouvertes aux néo-arrivants dans plusieurs grandes bibliothèques au Canada.
Depuis septembre 2015, je me suis rendue une fois par mois à Calais, avec Michelle Muller, Hélène de Gunzbourg, Yves Bonin, Nadia P., Huayra. Ensemble nous avons élaboré le projet de Bibliothèque vivante.

Merci à Zimako d’avoir créé l’Ecole laïque du chemin des dunes qui accueille la Bibliothèque vivante. Merci à Virginie, Olivier et Dany, présents à la réunion constitutive du 24 janvier, avec Florence et Hélène.

Florence Prudhomme

solidaritecalais@gmail.com

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.