florence prudhomme
Abonné·e de Mediapart

22 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 déc. 2018

La fin du mois, la fin de l’année, la fin du monde…

florence prudhomme
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

De quel deal Benalla est-il le nom ? Pourquoi, comment ? De qui détient-il les cartes maîtresses du jeu ? Le deal : tu me laisses accéder aux plus hautes sphères du pouvoir et moi je ne dis rien. Rien ? Quoi ? Ce qui se passe avec Benalla (acte 2) est une bombe. En France, l’intox est pulvérisée à grande échelle, et les violences, - media et policiers main dans la main -, sont justifiées à une plus grande échelle encore. Là elles visent un mouvement spontané de pauvres, de femmes célibataires, de celles et ceux qui vivent dans les banlieues, petites villes ou communes désertifiées, privées des services publics (écoles, hôpitaux, transports), de celles et ceux qui ne peuvent vivre de leur retraite et n’ont pas même accès aux mouroirs désespérants que sont les Ephad.

Le mouvement des gilets jaunes est une réponse à l’arrogance effrénée du pouvoir et à son mépris à l’égard de celles et ceux qui n’ont pas accès au minimum vital, les « sans dents ». Les propos des histrions fascistes numériquement minoritaires qui s’efforcent de gangréner et corrompre le mouvement ne sont pas une réponse. Et pas davantage les violences des casseurs/pilleurs qui s’y greffent. Par hasard ? Ni les mises en scène macabres. Ni les insinuations ou insultes antisémites délibérées. Les anathèmes pleuvent pour le condamner au nom de ces dévoiements, mais le mouvement a un parfum de mai 68 dans son envolée, son insolence, ses jeux de mots, et surtout dans son désir de justice et d’égalité qui s’exprime. Le désir de vivre. Les lendemains de 68 ont donné naissance aux mouvements des femmes, des homosexuel-le-s, des écologistes et des zadistes. Les surlendemains ont donné l’esprit féroce des revanchards anti-68, misogynes, homophobes, racistes. Bourgeois effarés, capitalistes déroutés par la situation, mais experts des niches fiscales, et de plus en plus riches.

Les signataires de la pétition « l’affaire du siècle » parlent de la même chose. Du désir commun de vivre et de laisser advenir un futur pour les enfants et la planète « Nous pouvons changer les choses, si nous sommes ensemble ! Alors agissons pour la justice sociale et climatique, saisissons la justice pour que la France respecte enfin ses engagements sur le climat. Ensemble, portons et remportons ce qui est déjà, partout dans le monde, et aujourd’hui en France, l’Affaire du Siècle ». Près de deux millions de signataires.

Dans le monde, l’accroissement des richesses, les bénéfices et dividendes gonflent la poche de quelques-uns (8 milliardaires possèdent autant que 3,6 milliards de pauvres). L’évasion fiscale est la règle. C’est le monde entier qui tremble et s’effondre (migrations désespérées, exil des réfugiés fuyant la guerre, la misère et les désastres écologiques, animaux dont les espèces s’éteignent, forêts primaires dévastées et populations autochtones expulsées). L’humanité est menacée. Les colibris sont menacés et les sauveteurs attaqués en justice. C’est l’Europe qui se fascise (Italie, Hongrie, Pologne, Andalousie...). En face, pas de « gauche ». Pas de partis, déconsidérés et détestés pour leur corruption  et leurs mensonges. Les partis tournent à vide comme des pantins désarticulés. Les égos achèvent de démanteler l’illusion démocratique. Avalanche d’anathèmes là aussi.

Des hommes, des femmes, des enfants, des mineurs fuient les terres ensanglantées du Soudan, de l’Afghanistan, de la Syrie, de l’Erythrée. Où la pauvreté règne tandis que les richesses sont détenues par des autocrates cupides et haïs, aidés par des milices sanguinaires (RDC, Turquie, etc.), dont le seul rêve est d’être les « maîtres du monde » à l’instar de Trump, de Poutine, Erdogan, MBS… Les Kurdes sont abandonnés par la « communauté internationale », comme l’ont été en 1994 les Tutsi livrés aux génocidaires au Rwanda. Complicité des assassins et des vendeurs d’armes. Les mêmes en fait…

Par où passer ? Où aller ? Que faire ? Comment faire ensemble ?

Florence Prudhomme

30 décembre 2018

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
À LREM, des carences systématiques
Darmanin, Hulot, Abad : depuis 2017, le parti d’Emmanuel Macron a ignoré les accusations de violences sexuelles visant des personnalités de la majorité. Plusieurs cas à l’Assemblée l’ont illustré ces dernières années, notamment au groupe, un temps présidé par Gilles Le Gendre. 
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Total persiste et signe pour le chaos climatique
Dans une salle presque vide à la suite du blocage de son accès par des activistes climatiques, l’assemblée générale de Total a massivement voté ce 25 mai pour un pseudo-plan « climat » qui poursuit les projets d’expansion pétro-gazière de la multinationale.
par Mickaël Correia
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelque mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet
Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Portrait du ministre en homme fort (ou pas)
Le nom de Damien Abad m'était familier, probablement parce que j'avais suivi de près la campagne présidentielle de 2017. Je n'ai pas été surprise en voyant sa photo dans la presse, j'ai reconnu son cou massif, ses épaules carrées et ses lunettes. À part ça, je ne voyais pas trop qui il était, quelles étaient ses « domaines de compétences » ou ses positions politiques.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
En finir avec la culture du viol dans nos médias
[Rediffusion] La culture du viol est omniprésente dans notre société et les médias n'y font pas exception. Ses mécanismes sont perceptibles dans de nombreux domaines et discours, Déconstruisons Tou(rs) relève leur utilisation dans la presse de masse, dans la Nouvelle République, et s'indigne de voir que, depuis près de 10 ans, ce journal utilise et « glamourise » les violences sexistes et sexuelles pour vendre.
par Déconstruisons Tours
Billet de blog
Violences faites aux femmes : une violence politique
Les révélations de Mediapart relatives au signalement pour violences sexuelles dont fait l'objet Damien Abad reflètent, une fois de plus, le fossé existant entre les actes et les discours en matière de combat contre les violences sexuelles dont les femmes sont victimes, pourtant érigé « grande cause nationale » par Emmanuel Macron lors du quinquennat précédent.
par collectif Chronik
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
[Rediffusion] Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart