Fonction publique : Idriss Déby obtient la fin de la grève par la négociation

Idriss Déby a finalement obtenu gain de cause : les fonctionnaires tchadiens en grève depuis des mois vont reprendre sans tarder le chemin du travail.

Vendredi 26 octobre, les syndicats ont accepté de signer un accord en sept points négocié avec le gouvernement. Idriss Déby est donc parvenu à trouver une position médiane entre l’intransigeance des syndicalistes, prêts à ne consentir aucune remise en cause de leur augmentation de l’année malgré un contexte économique encore difficile, et l’impératif d’austérité qui aurait conduit à supprimer purement et simplement cette augmentation. « Le gouvernement s’engage à consentir 15 % sur la coupe des augmentations générales spécifiques, à compter de janvier 2019, ramenant ainsi le rétablissement [des AGS]à 65 %», selon le communiqué du gouvernement publié à l’issue de la négociation. Cette mesure ne sera donc pas rétroactive.

Une contrepartie importante obtenue par Idriss Déby, en plus de la reprise du travail, consiste en l’accélération de la campagne d’assainissement des listes de fonctionnaires, lancée par le gouvernement en septembre dernier. « Un comité paritaire sera mis en place dans un délai n’excédant pas une semaine pour l’assainissement du fichier de la solde sur une période n’excédant pas 45 jours », selon le même communiqué. Les syndicats s’étaient longtemps opposés à cette mesure, alors qu’elle vise à débusquer les emplois fictifs qui grèvent inutilement le budget de l’Etat. Le réalisme du président tchadien aura donc finit par l’emporter sur la solidarité de caste entretenue par la plateforme syndicale, et seuls seront désormais payés les fonctionnaires travaillant effectivement pour le Tchad et les Tchadiens.

Le travail a donc repris dès lundi 29 octobre. Les élèves tchadiens ont enfin pu reprendre le chemin de l’école, et les hôpitaux et dispensaires accueillent désormais leurs patients à pleine capacité. Cette victoire d’Idriss Déby est donc avant tout un soulagement pour la population, qui n’a que trop souffert de cette grève longue.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.