Idriss Déby prêt à intervenir contre l’esclavage en Libye

esc

Les récentes révélations sur l’ampleur de la pratique de l’esclavage en Libye ont secoué l’Afrique et le monde. Dans un pays sans gouvernement central, des milliers de migrants, pour la plupart des africains cherchant à rejoindre l’Europe, sont à la merci des passeurs, trafiquants et nombreuses milices toujours en activité depuis la guerre civile de 2011. Beaucoup de ces hommes se retrouvent privés de leur liberté et vendus sur de véritables marchés aux esclaves.

À l’occasion de la Journée nationale de prière pour la paix, le 28 novembre, le président tchadien Idriss Déby s’est exprimé en des termes très forts pour dénoncer cette situation. Il a violemment condamné cette « pratique moyenâgeuse, abjecte et intolérable », dans un discours remarqué. En tant que Champion du thème 2017 de l’Union africaine dédié à la jeunesse du continent, Idriss Déby connaît bien le sujet. Et nombreuses ont été ses prises de position dénonçant le fléau de l’émigration à tout prix, dont la traite d’êtres humains en Libye est la plus tragique conséquence.

Pour Idriss Déby, le temps n’est plus uniquement aux discours : « l’Afrique doit agir, agir au mieux et au plus vite, pour sauver ces jeunes africains, victimes de la barbarie de ces  hommes qui haïssent la peau noire » a-t-il déclaré. « L’Union Africaine et tous les États africains doivent se lever comme un seul homme pour dissuader ces esclavagistes du 21ème siècle ». Comme président du Tchad, Idriss Déby a régulièrement démontré qu’il ne reculait pas face à la nécessité d’agir, conférant une gravité certaine à son discours : « Le Tchad, pour sa part, est prêt à l’action ».

À l’heure actuelle, le Tchad est en réalité déjà actif. En redéployant d’importants effectifs militaires dans le Nord du pays, Idriss Déby a souhaité entre autres mettre un maximum de pression sur les trafiquants qui opèrent aux confins de la Libye.

Ce discours d’Idriss Déby ne manquera pas de rappeler aux rebelles du FACT qu’ils sont avant tout des criminels. Ce groupe armé, replié en Libye depuis 2016, qui vise à renverser le gouvernement, a été mis en cause explicitement par un rapport des Nations unies de juin 2017. Les experts de l’ONU y affirment notamment que le FACT participe activement au trafic d’êtres humains en Libye. Voilà une raison supplémentaire pour ce groupe de trouver en Idriss Déby un adversaire résolu.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.