Idriss Déby à la Nation : les jours des prévaricateurs sont comptés

Le président tchadien, Idriss Déby, a profité de la Journée nationale de la paix, de la cohabitation pacifique et de la concorde nationale pour réaffirmer avec force sa détermination à lutter contre la corruption. Déby a mis en garde les prévaricateurs : « Tous les prédateurs de la République doivent comprendre que leurs actes ne resteront pas impunis. »

le-president-tchadien-idriss-deby-vaincu-adversaires-premier-tour-election-presidentielle-0-1400-933

L’action du Président Déby contre la corruption et l’accaparement des deniers publics est bien connue. En ces temps de crise financière, alors que beaucoup de Tchadiens doivent consentir des sacrifices, elle est d’autant plus nécessaire. Lors de ses vœux présidentiels pour l’année 2017, il avait notamment annoncé la création d’une Cour dédiée à l’instruction des crimes et délits de nature économique.

Idriss Déby Itno s’est à nouveau adressé à la Nation tchadienne tout entière à l’occasion de la Journée nationale de la paix, de la cohabitation pacifique et de la concorde nationale, le 10 mars dernier. Son message était principalement centré sur la nécessité de continuer dans la voix de la tolérance et la responsabilité qui incombe à chaque Tchadien de ne pas céder aux sirènes de la discorde interconfessionnelle au prétexte de querelles de droit commun.

Il a également adressé un avertissement sans ambages aux prévaricateurs de toutes espèces. « Aujourd’hui, le niveau de la prévarication a atteint son firmament. Les preuves  de l’enrichissement illicite sont visibles, comme l’attestent les villas cossues qui poussent un peu partout. Tous les prédateurs de la République doivent comprendre que leurs actes ne resteront pas impunis. » Soutenant la nécessité d’une exemplarité absolue de la part des détenteurs de l’autorité publique, il a appelé les leaders religieux rassemblés autour de lui à diffuser un message de vertu à leurs congrégations.

Le discours d’Idriss Déby augure de lendemains difficiles pour ceux qui se sont adonnés à la corruption : « Pour ceux qui pensent que mon propos sera sans suite, ils vont bientôt se rendre à l’évidence. La loi sera appliquée dans toute sa rigueur, dans toute sa force et dans toute sa plénitude. » Il y a fort à parier que dans le large auditoire rassemblant tous les corps constitués, tout le monde ne s’est pas senti tout à fait à son aise lorsque le président a prononcé ces mots.

La détermination du Président Déby est connue – la secte Boko Haram, parmi d’autres, peut en témoigner ! Vu le frein que constitue la corruption pour le développement du pays, a fortiori dans un contexte de crise économique et financière, il y a fort à parier que ceux qui auront utilisé leur charge dans l’administration pour s’enrichir s’en mordront prochainement les doigts. Pour reprendre les mots du Président, « Chacun doit apprendre à vivre avec son salaire. Chacun doit justifier ses biens ».

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.