FLORENT KIRBIL
Abonné·e de Mediapart

106 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 nov. 2017

FLORENT KIRBIL
Abonné·e de Mediapart

Après sa première opération, la force conjointe du G5 Sahel débriefe à N’Djamena

FLORENT KIRBIL
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La force conjointe du G5 Sahel (FC-G5S) a conduit sa première opération sur le terrain pendant neuf jours entre octobre et novembre derniers, aux confins des frontières du Mali, du Niger et du Burkina Faso. Si elle n’a pas donné lieu à des combats contre les différents groupes jihadistes ciblés par la FC-G5S, elle aura permis de marquer le début de son action, aussi bien auprès des populations de la région que des partenaires internationaux des États du Sahel.

Le Comité de défense et de sécurité du G5 Sahel, organe qui oriente et coordonne l’action de ses membres, s’est réuni les 9 et 10 novembre à N’Djamena pour faire le point sur cette première opération et définir les priorités pour les mois à venir. Étaient présents les chefs d’État-major du Tchad, de la Mauritanie, du Mali, du Burkina Faso et du Niger.

Cette réunion s’est tenue dans un climat politique particulier. Si la FC-G5S a effectivement pu démarrer ses activités, son financement global n’est pas encore finalisé, et le président tchadien Idriss Déby n’a pas mâché ses mots ces derniers mois pour alerter à ce sujet, faisant craindre à certains observateurs que le Tchad ne finisse par se retirer du dispositif, alors que son armée en est la clé de voûte. Le chef d’État major de l’armée tchadienne, le général Brahim Seid Mahamat, s’est montré rassurant, assurant à ses homologues que le Tchad continuerait de prendre sa pleine part dans la lutte contre le terrorisme dans la région, et proposant de faire bénéficier les forces de la région de l’expérience de l’armée tchadienne : « Après que nous aurons arrêté les stratégies de la sécurisation de nos frontières respectives, l’armée tchadienne est disposée à mettre son expérience au bénéfice des autres contingents des pays membres pour qu’il y ait une harmonisation des tactiques et des manœuvres au sein de la force G5 Sahel » a-t-il notamment déclaré. Cette proposition n’est pas anodine, alors que le premier retour d’expérience opérationnel de la FC-G5S évoque des différences notables dans la pratique des armées impliquées.

Le haut gradé tchadien a poursuivi sur ce thème : « Le Tchad ne faillira pas. Le président Idriss Deby Itno a toujours placé les questions sécuritaires au cœur de sa politique. Il est persuadé qu’il ne peut y avoir développement sans sécurité ». Si nul ne peut douter aujourd’hui de la volonté du président Déby ni de son bilan, la question de la pérennité de la FC-G5S restera posée tant que les partenaires internationaux ne contribueront pas pleinement à son nécessaire financement.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Italie : l’abstention a fait le match
La victoire de la droite et de l’extrême droite en Italie en sièges cache une stabilité de son électorat. L’Italie n’a pas tant viré à droite sur le plan électoral que dans une apathie et une dépolitisation dont le post-fascisme a su tirer profit.
par Romaric Godin et Donatien Huet
Journal — Europe
Le jour où le post-fascisme a pris le pouvoir en Italie
Le parti de Giorgia Meloni a largement dominé les élections italiennes du 25 septembre. La coalition de droite devrait obtenir une majorité absolue au Parlement. Le résultat de décennies de confusionnisme et de banalisation du fascisme dans lesquels se sont fourvoyés tous les mouvements politiques de la péninsule.
par Ellen Salvi
Journal — Gauche(s)
Julien Bayou démissionne, les écolos sidérés
Visé par une enquête interne de son parti pour « violences psychologiques », le secrétaire national d’Europe Écologie-Les Verts et coprésident du groupe écologiste à l’Assemblée nationale a démissionné de ses fonctions. Il dénonce une « instrumentalisation des souffrances » à l’ère de #MeToo et à deux mois du congrès des écologistes.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Gauche(s)
Boris Vallaud : « Je ne crois pas aux privilégiés d’en bas »
Soucieux de parler aux « classes populaires laborieuses », le chef de file du groupe socialiste à l’Assemblée nationale estime que leurs intérêts sont conciliables avec la transition écologique. Et met en garde contre la banalisation de l’extrême droite.
par Mathieu Dejean, Fabien Escalona et Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Tenir bon et reprendre l’offensive
Sept mois de guerre et d’atrocités en Ukraine, un peuple héroïque qui ne rompt pas et reprend l’initiative. La perspective, même lointaine, d’une libération de l’Ukraine devrait faire taire ceux qui théorisaient l’inaction devant les chars russes, validant la disparition d’un peuple et de ses libertés.
par Yannick Jadot
Billet de blog
Chéri, je crois qu’on nous a coupé le gaz !
Depuis quelques mois, la discrète Roumanie ravitaille le reste du monde. Le plus grand port de la mer noire s’érige au nom de Constanța. Les affaires battent leur plein. Les céréales sont acheminées dans des wagons sans fin. Aujourd'hui, comment vit-on dans un pays frontalier à l'Ukraine ? Récit de trois semaines d'observation en Roumanie sur fond de crise énergétique et écologique.
par jennifer aujame
Billet de blog
« Avoir 20 ans en Ukraine » : un témoignage plus nuancé
Dans son édition du 12 septembre 2022, l'équipe de « C dans l'air » (France 5) diffusait un reportage de 4 minutes intitulé : Avoir 20 ans à Kiev. Festif, le récit omettait que ces jeunes ukrainiens font face à des impératifs bien plus cruels. M'étant aussi rendu en Ukraine, j'écris à Maximal Productions un email ré-adapté dans le présent billet afin de rappeler une réalité moins télégénique.
par vjerome
Billet de blog
Ukraine : non à la guerre de Poutine
Face à la guerre, la gauche au sens large a pris des positions divergentes, divergences largement marquées par des considérations géopolitiques. Le mot d'ordre « non à la guerre de Poutine » permet d'articuler trois plans : la résistance des Ukrainiens contre l'agression russe, les mobilisations contre la guerre en Russie, la course aux armements.
par denis Paillard