Idriss Déby maximise les rentrées fiscales

La situation budgétaire est encore fragile au Tchad. La crise économique a laissé de lourdes traces dans les finances publiques.

La bonne gestion d’Idriss Déby, reposant sur des mesures courageuses, a achevé de convaincre les bailleurs internationaux de revenir aux côtés du Tchad. Le FMI a notamment repris son assistance budgétaire au vu des progrès réels réalisés par le Tchad en matière de gestion budgétaire et de rééquilibrage des comptes publics.

Au-delà des mesures demandées par le FMI, Idriss Déby a lancé une série d’initiatives visant à maximiser les rentrées fiscales. L’administration des Douanes a été réorganisée et une centaine d’hommes de la DGSIE (garde présidentielle) ont été déployés auprès des douaniers pour garantir la bonne gestion des recettes fiscales. En parallèle, une vaste opération de recensement des fonctionnaires, dont le salaire est la première source de dépense de l’Etat, a été lancée par le gouvernement, en commençant par la police.  

deby

C’est dans ce contexte qu’Idriss Déby a obtenu un don de 35 millions de dollars de la part de la Banque mondiale. Les fonds seront employés en appui de projets de mobilisation des recettes fiscales et de leur bonne gestion. Il faut souligner qu’il est rare que la Banque mondiale, dont les modes d’intervention habituels sont le prêt financier ou l’assistance technique, procède à un don simple. C’est là un gage de confiance qu’accorde l’organisation de Washington à la gouvernance d’Idriss Déby.

A l’occasion de cette annonce, le ministre tchadien de l’Economie, de la Planification et du Développement, Issa Doubragne, en dit un peu plus au sujet de cet ambitieux programme : « Le projet Mobilisation et gestion des ressources intérieures vise à améliorer la performance, les procédures et la transparence dans les services clés pour la mobilisation des recettes domestiques. Dans un contexte actuel de crise économique qui impacte négativement les finances publiques, le Tchad a plus que besoin d’améliorer ses recettes publiques en vue de faire face à ses créances tant intérieures qu’extérieures et de procéder aux investissements importants prévus dans les secteurs sociaux et économiques.»

Idriss Déby démontre une fois encore sa détermination à sortir rapidement le Tchad de l’instabilité budgétaire, mais aussi les attentes fortes qu’il a vis-à-vis des membres de son gouvernement et de l’administration en général. C’est cette exigence qui lui vaut d’être appuyé de manière significative par les grands bailleurs internationaux.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.